En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR9012-MARLOU-023 - Post-doc (H/F) : en analyse de données sur la photoproduction de quarkonia des collisions Pb-Pb périphériques aux collisions Pb-Pb centrales, avec l'expérience ALICE au LHC.

Post-doc (H/F) : en analyse de données sur la photoproduction de quarkonia des collisions Pb-Pb périphériques aux collisions Pb-Pb centrales, avec l'expérience ALICE au LHC.

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 5 juillet 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR9012-MARLOU-023
Lieu de travail : ORSAY
Date de publication : mardi 24 mai 2022
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 novembre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2743 et 3161€ bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Nous ouvrons à candidature un poste de CDD chercheur de deux ans pour un/e post doctorant/e doté/e d'une forte motivation afin de travailler sur l'étude de la photoproduction de quarkonia des collisions Pb-Pb périphériques à centrales, dans l'expérience ALICE au LHC. Le/La candidat/e travaillera sur l'analyse de la polarisation des J/psi photoproduits en collisions Pb-Pb périphériques, dans le canal de désintégration dimuonique, avec le spectromètre à muons situé vers l'avant. Grâce à la statistique qui sera collectée en 2022, le/la candidat/e étendra la mesure de la section efficace de photoproduction du J/psi vers les collisions les plus centrales, et à d'autres quarkonia si faisable (Psi(2S), Upsilon(1S)). Le/La chercheur/se sera basé/e au laboratoire IJCLab d'Orsay en France, dans le groupe ALICE, et sera amené/e à voyager régulièrement au CERN.

Activités

Le poste concerne l'analyse des données du Run3 de l'expérience ALICE. ALICE offre une opportunité unique d'étudier les quarkonia à basse impulsion transverse et sur un large intervalle en rapidité. En collisions ultra-périphériques (UPC), les noyaux sont séparés par un paramètre d'impact supérieur à deux fois leur rayon, et en conséquence, les interactions hadroniques sont supprimées. La photoproduction de mésons vecteurs, dans de telles collisions, fournit des informations sur la distribution des gluons dans le noyau de Plomb, sur un large intervalle de valeurs de x-Bjorken. La première indication de la photoproduction cohérente de J/psi mesurée par ALICE [1] à rapidité avant, en collisions périphériques avec recouvrement nucléaire apporte un nouvel éclarage sur ce type de mesures. Les défis expérimentaux et théoriques pour mesurer et décrire la photoproduction de quarkonia en collisions noyaux-noyaux avec recouvrement nucléaire sont encore multiples. En effet, l'excès de J/psi observé à basse impulsion transverse, qui a été interprété comme provenant d'un processus de photoproduction cohérente, impose de nombreux défis aux modèles théoriques, notamment pour expliquer le fait que la condition de cohérence soit conservée alors que le noyau se casse lors de l'interaction hadronique. La grande statistique de données Pb-Pb qui va être collectée durant le Run3 du LHC, permettra de conduire pour la première fois la mesure de la polarisation de l'excès de J/psi, afin de confirmer le mécanisme de production sous-jacent. La mesure de l'excès dans des intervalles fins en centralité et dans les collisions les plus centrales sera réalisée à rapidité avant, pour étudier de potentiels effets du Plasma de Quarks et Gluons sur les taux de production. Si la statistique le permet les études précédentes seront menées pour d'autres quarkonia (Psi(2S), Upsilon(1S)) pour la première fois.
[1] Measurement of an excess in the yield of J/ψ at very low pT in Pb-Pb collisions at √sNN = 2.76 TeV, J. Adam et al., Phys. Rev. Lett., 116(22) : 222301, 2016.

Le/la chercheur/se postdoctoral/e sera en charge de l'analyse de données décrite ci-dessus. Il/Elle rendra compte de son travail à l'intérieur du groupe de physique Dileptons et Quarkonia de ALICE. La publication d'un ou plusieurs articles, dans des journaux à haut facteur d'impact, sur l'analyse des données réalisées par le/la post doc est attendue. Le/La post doctorant/e participera à l'encadrement des thésards et stagiaires du groupe. Le/la candidate participera à la prise de données au CERN, soit par des shifts généraux, soit par des shifts experts pour le spectromètre à muons d'ALICE.

Compétences

Les candidats doivent posséder un diplôme de doctorat en physique subatomique ou dans un domaine proche. Un bon niveau en programmation informatique est attendu (C++, ROOT). En particulier, de l'expérience en simulation et analyse de données au sein d'une grande collaboration internationale sera considérée comme un plus. Les candidats éligibles doivent être capables de communiquer en anglais scientifique. La connaissance du français n'est pas obligatoire mais sera considérée comme un plus. L'université Paris-Saclay est un employeur garantissant l'égalité des chances.
Le poste est d'une durée de 2 ans (financement du labex P2IO). Pour être éligible, un candidat doit avoir obtenu sa thèse au démarrage du contrat et si possible avoir moins de 2 ans d'expérience après l'obtention de son diplôme de doctorat (les candidats ayant obtenu leur thèse depuis moins de 5 ans seront cependant aussi considérés).

Contexte de travail

Le Laboratoire de Physique des 2 Infinis Irène Joliot-Curie (IJCLab) est une UMR sous tutelle du CNRS (IN2P3), de l'université Paris-Saclay et de l'université de Paris. Il est localisé sur le campus de l'Université Paris Saclay à Orsay. IJCLab est né en 2020 de la fusion de cinq UMR situées sur le campus universitaire d'Orsay : le Centre de sciences nucléaires et de sciences de la matière (CSNSM), le laboratoire d'Imagerie et modélisation en neurobiologie et cancérologie (IMNC), l'Institut de physique nucléaire d'Orsay (IPNO), le Laboratoire de l'accélérateur linéaire (LAL) et le Laboratoire de physique théorique (LPT). Le laboratoire compte environ 560 membres permanents (340 ingénieurs et personnels administratifs, 220 chercheurs et enseignants-chercheurs) et 200 membres non-permanents dont 120 doctorants. Les thèmes de recherche du laboratoire sont la physique nucléaire, la physique des hautes énergies, les astroparticules et la cosmologie, la physique théorique, les accélérateurs et les détecteurs de particules ainsi que les recherches et développements techniques et applications associées pour l'énergie, la santé et l'environnement. La structure dispose de capacités techniques très importantes dans tous les grands domaines requis pour concevoir, mettre au point et en œuvre les dispositifs expérimentaux nécessaires à son activité scientifique : mécanique, électronique, informatique, instrumentation, techniques d'accélération et techniques de la biologie.
Le/La postdoctorant/e travaillera dans le groupe ALICE du laboratoire qui est fortement impliqué dans les analyses de quarkonia à rapidité avant pour tous les types de collisions (pp, pPb, Pb-Pb), ainsi que dans les études de la production de saveurs lourdes et de la production du boson Z. L'expertise du groupe dans ces domaines est internationalement reconnue. Le groupe est responsable et a construit la première station de trajectographie du spectromètre à muons de l'expérience ALICE. Durant LS2, le groupe a contribué fortement à l'amélioration de l'électronique des chambres de trajectographie du spectromètre à muons. Le groupe ALICE de l'IJCLab comporte 5 chercheurs permanents, 2 étudiants de thèse et un post-doctorant.
L'offre de postdoctorat fait partie d'un projet local de recherche intitulé "gluodynamics", d'une durée de 4 ans, dont le but est i) l'investigation des propriétés de l'interaction forte, ii) l'investigation de la géométrie du nucléon et nucléaire en connexion avec le domaine de recherche de la QCD à haute température, iii) le développements de projets du futur dans le domaine de la QCD, au LHC et dans EIC.

Contraintes et risques

De fréquents déplacements au CERN en Suisse sont attendus. Le/La post doctorant/e devra aussi voyager fréquemment à l'étranger pour présenter son travail en conférences internationales.

Informations complémentaires

Le poste étant situé dans une ZRR (Zone à Régime Restrictif), le recrutement est conditionné par l'obtention d'un avis favorable du HFSD (Haut Fonctionnaire Sécurité Défense).

On en parle sur Twitter !