En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5814-CLABOM-012 - Chercheur "étude du processus de diffusion de boson vecteurs avec le détecteur ATLAS" (H/F)

Chercheur "étude du processus de diffusion de boson vecteurs avec le détecteur ATLAS" (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5814-CLABOM-012
Lieu de travail : ANNECY LE VIEUX
Date de publication : mercredi 6 février 2019
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 avril 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2530 euros et 2919 euros bruts par mois, selon expérience.
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Le laboratoire CNRS LAPP (Laboratoire d'Annecy de Physique des Particules) ouvre un poste de postdoctorat d'une durée de deux ans, dans le groupe ATLAS. Le poste est ouvert pour avril 2019.
Le candidat retenu jouera un rôle majeur dans l'étude du processus de diffusion de boson vecteurs avec le détecteur ATLAS en utilisant les données prises au LHC entre 2015 et 2018. Le groupe ATLAS au LAPP est fortement impliqué dans cette analyse.

Activités

Le candidat aura la responsabilité de développer de nouvelles méthodes d'analyses basées sur les technologies de machine learning.

Compétences

Une bonne connaissance et expérience de la programmation en langage C++ et/ou Python est requise.
Des compétences informatiques en Scikit-learn, Keras, Theano, Tensorflow ou tout autre bibliothèque
d'analyse et de traitement de données seront considérées favorablement ainsi qu'une bonne connaissance des méthodes d'apprentissage profond (deep learning).
Les candidats doivent avoir obtenu un doctorat en physique des hautes énergies à la date de nomination.

Contexte de travail

Créé en 1976, le LAPP est l'un des 19 laboratoires de l'Institut de Physique Nucléaire et de Physique des Particules (IN2P3). Il compte près de 140 chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs, techniciens, administratifs, étudiants et visiteurs étrangers. Les travaux menés au LAPP ont pour but l'étude de la physique des particules élémentaires et de leurs interactions fondamentales, ainsi que l'exploration des connexions entre l'infiniment petit et l'infiniment grand. Le LAPP est impliqué dans les expériences du LHC (ATLAS, LHCb), celles des neutrinos (SuperNémo, STEREO, LBNO, ..), d'astrophysique (HESS, CTA) ou des ondes gravitationnelles (Virgo). La localisation du laboratoire à 50 kms du CERN, et la présence d'un laboratoire de physique théorique dans les mêmes locaux, en font un laboratoire très attractif pour tous les scientifiques de ce domaine de recherche. Le LAPP héberge également un mésocentre de calcul et de stockage de taille intermédiaire mais qui contribue de manière significative aux traitement de données des grandes expériences de physique telles ATLAS, LHCb ou CTA.
Le groupe ATLAS du LAPP est actuellement composé de 13 physiciens permanents, de 12 doctorants et post-doctorants, et environ 20 ingénieurs et techniciens. Le groupe a un engagement historique envers les opérations et la maintenance du calorimètre à Argon liquide d'ATLAS. Il est aussi fortement engagé dans les améliorations du calorimètre à argon liquide et du trajectographe à pixels d'ATLAS pour HL-LHC. Le groupe est impliqué dans les activités de déclenchement, dans les étude de performances de reconstruction des électrons, des photons et des jets, et dans les études d'atténuation de l'effet de l'empilement de paquets. Il est aussi impliqué dans les analyses du boson de Higgs, dans les mesures du secteur électrofaible du Modèle Standard, et dans les recherches directes de nouvelle physique. La proximité géographique du LAPP avec le CERN (environ 50 km et 40 min de voiture) permet au groupe de s'engager fortement sur la maintenance du détecteur et de participer continuellement en personne aux réunions de travail de la collaboration ATLAS.

Contraintes et risques

Des déplacements de courtes durées sont à prévoir en France et à l'étranger.

On en parle sur Twitter !