En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

H/F Doctorant sur le dynamique des tissus épithéliaux

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 3 juin 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR7592-BENLAD-008
Lieu de travail : PARIS 13
Date de publication : vendredi 13 mai 2022
Nom du responsable scientifique : Benoit Ladoux
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

L'étude des effets de la courbure de la surface hors du plan sur le comportement des cellules est récente mais gagne en importance. Elle présente un intérêt particulier dans le contexte des épithéliums pour lesquels les cellules subissent des courbures stéréotypées hors plan négatives et positives comme les épithéliums intestinaux. Bien que l'on sache peu de choses sur le devenir des cellules sur des substrats courbes in vitro, la courbure de la surface, telle que la convexité et la concavité, s'est avérée induire des comportements inattendus dans les épithéliums tels que l'étalement, la migration et l'architecture des cellules. Nous avons développé des méthodes pour fabriquer des structures avec des surfaces courbes à des échelles de longueur de dizaines de microns (dômes et puits). Nous étudierons ainsi comment les surfaces courbes peuvent induire des modes particuliers d'organisation collective des cellules, comment cela affecte leur dynamique et l'extrusion des cellules. Nous utiliserons des lignées cellulaires et des organoïdes intestinaux. Nous anticipons que l'extrusion cellulaire dans un collectif pourrait être contrôlée spatialement par la topographie. Nous étudierons le rôle de la courbure sur la formation et la dynamique des défauts topologiques au sein des tissus épithéliaux courbés.
Notre projet repose sur la combinaison spécifique d'approches originales et complémentaires permettant des cultures cellulaires mécaniquement contrôlées sur des substrats bio-ingénierie et biomimétiques, des techniques d'imagerie vivante à haute résolution et l'établissement de modèles physiques pour élucider les aspects dynamiques et mécaniques des tissus vivants.

Contexte de travail

Notre groupe fait partie de l'Institut Jacques Monod (https://www.ijm.fr), qui est hébergé dans un tout nouveau bâtiment sur le nouveau campus de Paris. L'Institut Jacques Monod est l'un des principaux centres publics de recherche fondamentale en biologie sur la place de Paris et il offre un environnement de recherche de pointe. Il propose un environnement riche, multidisciplinaire, ainsi qu'un accès à différentes approches expérimentales au sein de notre laboratoire et des plateformes technologiques pour assurer un développement adéquat de la recherche. La thèse sera encadrée par Benoit Ladoux, chef d'équipe à l'IJM et co-encadrée par RM. Mège.

Contraintes et risques

Aucune contrainte ou risque particulier n'est à déclarer.

Informations complémentaires

Le projet s'inscrit dans la continuité de nos études sur la migration cellulaire collective. Nous étudions le comportement collectif des cellules dans le contexte de l'homéostasie tissulaire mais aussi de la polarité et de la migration cellulaire. Pour répondre à ces questions, nous développons des outils micro- et nanofabriqués et la micromanipulation pour contrôler l'environnement mécanique des cellules. Ces outils sont combinés avec des approches moléculaires et des techniques avancées en microscopie optique pour étudier l'influence des propriétés physiques de l'environnement sur la migration collective des cellules et l'organisation des couches épithéliales. Nous caractérisons comment les contraintes physiques peuvent conduire à des propriétés dynamiques et mécaniques émergentes de divers tissus épithéliaux. Dans cette optique, nous développons des modèles mécanobiologiques pour mieux comprendre les réponses cellulaires à leur environnement mécanique.

On en parle sur Twitter !