En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR8212-DIDHAU-007 - Chercheur modélisation de l'hydrogène atmosphérique (H/F)

Chercheur modélisation de l'hydrogène atmosphérique (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 2 février 2023

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR8212-DIDHAU-007
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : GIF SUR YVETTE
Date de publication : lundi 23 janvier 2023
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 18 mois
Date d'embauche prévue : 15 février 2023
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Entre 2889,51 et 4439,35 € bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

Ce poste vise à améliorer la simulation du bilan de l'hydrogène dans un modèle du système Terre (ESM) basé sur le couplage de l'atmosphère avec un modèle interactif de sol et de végétation. Sur la base du modèle de sol et de végétation ORCHIDEE incluant les réservoirs de carbone et d'azote, nous introduirons une représentation interactive de l'échange de H2 entre l'atmosphère et la surface. En particulier, les variables clés du modèle de sol seront utilisées afin de représenter l'absorption d'hydrogène dans le sol. De plus, nous nous concentrerons sur la simulation de la fixation biologique de l'azote (BNF) afin de calculer les émissions naturelles de H2. Le ESM, couplant l'atmosphère (composante LMDZ-INCA) et la surface (ORCHIDEE), sera ensuite utilisé pour étudier l'impact de l'occupation des sols et des changements climatiques sur le bilan simulé de l'hydrogène dans le futur.

Activités

Le candidat devra contribuer au développement, à l'évaluation et à l'utilisation d'un modèle d'hydrogène atmosphérique au sein du modèle de système terrestre IPSL et notamment améliorer les échanges de H2 entre l'atmosphère et la surface représentée par le modèle de sol et de végétation ORCHIDEE. La recherche sera effectuée au LSCE en collaboration avec les principaux partenaires du projet HYDROGEN financé par le Conseil norvégien de la recherche et en particulier avec CICERO en Norvège.

Compétences

-Compétences en programmation, de préférence en Python et Fortran.
-Compréhension et traitement des données du modèle numérique global.
-Connaissance de la chimie atmosphérique et/ou des échanges sol-atmosphère.
-Autonomie, capacité à travailler en équipe et compétences en gestion du temps.
-Compétences pour des activités en équipe multidisciplinaire.
-Capacité à lire, écrire et communiquer en anglais.

Contexte de travail

Le Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement (LSCE) recherche un candidat scientifique post-doctorant motivé pour étudier l'impact d'une future économie de l'hydrogène à grande échelle sur la composition atmosphérique et le climat. En raison de sa densité énergétique élevée, l'hydrogène peut être utilisé pour le stockage et le transport efficaces d'énergie provenant d'autres sources. Le développement d'une future économie de l'hydrogène à grande échelle a le potentiel d'augmenter la source atmosphérique de H2 par des fuites pendant la production, le transport, le stockage et l'utilisation. Étant donné que l'hydrogène n'est pas un gaz à effet de serre, les émissions de gaz d'hydrogène ne conduisent pas directement au réchauffement climatique. Cependant, l'hydrogène est impliqué dans des réactions chimiques dans l'atmosphère qui affectent la durée de vie et les concentrations d'autres gaz ayant un impact sur le climat tels que le méthane, l'ozone dans la troposphère et la stratosphère et la vapeur d'eau. L'absorption par le sol est un puits majeur pour l'hydrogène atmosphérique et sa paramétrisation dans les modèles actuels est sujette à de grandes incertitudes.

Informations complémentaires

Le LSCE est un laboratoire de recherche de classe mondiale établi et une collaboration entre le CEA, le CNRS et l'Université de Versailles Saint-Quentin (UVSQ). Il fait partie de l'Institut Pierre Simon Laplace (IPSL). Le LSCE accueille environ 300 chercheurs, ingénieurs et personnels administratifs dont de nombreux doctorants et étudiants en master. Le LSCE offrira au salarié l'opportunité de travailler directement sur des méthodes avancées avec des chercheurs du LSCE et d'autres institutions.
Localisation : (https://www.lsce.ipsl.fr ) situé à environ 20 km du cœur de Paris dans la zone verte de Gif-sur-Yvette.

On en parle sur Twitter !