En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR9012-ALEHEN-021 - H/F Chercheuse/Chercheur post-doctoral en détecteurs de rayonnement silicium pour la physique médicale

H/F Chercheuse/Chercheur post-doctoral en détecteurs de rayonnement silicium pour la physique médicale

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 6 août 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR9012-ALEHEN-021
Lieu de travail : ORSAY
Date de publication : vendredi 25 juin 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 décembre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2700,00 € à 3900,00 € brut mensuel
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Un paramètre clé pour optimiser les traitements de thérapie des hadrons est l'efficacité biologique relative (RBE) de la qualité de rayonnement, qui dépend de la quantité d'énergie que les dépôts de particules ionisantes par unité de longueur (transfert d'énergie linéaire, LET) et sur le type de cellules irradiées. Le projet caractérisera ces deux facteurs pour la première fois en développant un système de microdosimétrie pré-clinique final. Il mesurera précisément les cartes du LET des particules ionisantes le long de leurs trajectoires dans les installations cliniques. Il optimisera les doses pondérées RBE chez les patients avec la résolution spatiale la plus élevée pour utiliser le potentiel de thérapie de hadron complet.
Nous recherchons un post-doctorant pour un poste de 2 ans, à partir d'octobre 2021, qui travaillera au laboratoire IJCLab. (Campus d'Orsay, à 25 km de Paris). Le candidat participera à l'élaboration d'expériences avancées de microdosimètres et à l'analyse de données. De plus, le postdoctorat travaillera activement à l'élaboration d'une interface graphique personnalisée pour l'optimisation du plan de traitement.

Activités

-Tests de microdosimétrie dans le traitement de l'hadron avec des réseaux avancés de microdétecteurs de silicium.
-Analyse des données des résultats expérimentaux
-Programmation de la communication entre les sorties électroniques de lecture et une interface utilisateur graphique pour une analyse plus poussée des données.

Compétences

-Un doctorat en physique avec une expérience en physique du rayonnement et en détecteurs de silicium est obligatoire.
-Excellente connaissance de la programmation Python.
-Expérience de l'électronique de lecture de base.
-L'expérience de la thérapie aux protons/hadrons ou des détecteurs de rayonnement est appréciée.

Contexte de travail

Le postdoc développera les travaux dans le cadre d'une bourse P2IO Labex, dont l'objectif est de créer un instrument médical vers la mise en œuvre clinique. Le postdoc travaillera au Laboratoire de physique Irène Joliot-Curie de 2 Infinities (IJCLab) qui est un UMR sous la supervision du CNRS (IN2P3), de l'Université de Paris-Saclay et de l'Université de Paris. L'IJCLAB est situé sur le campus de l'Université de Paris-Saclay à Orsay Ville, à 20 km au sud de Paris et facilement accessible en RER en 35 minutes. IJCLab est né en 2020 de la fusion de cinq unités (CSNSM, IMNC, IPN, LAL, LPT). Le personnel est composé de près de 560 permanents (340 ingénieurs, techniciens et administrateurs et 220 chercheurs et enseignants-chercheurs) et d'environ 200 non permanents dont 120 sont doctorants.

Les thèmes de recherche du laboratoire sont la physique nucléaire, la physique des hautes énergies, la physique théorique, les astroparticules, l'astrophysique et la cosmologie, les accélérateurs de particules, l'énergie et l'environnement et la santé. IJCLab dispose de capacités techniques très importantes (environ 280 IT) dans tous les grands domaines requis pour concevoir, développer/mettre en œuvre les dispositifs expérimentaux nécessaires à son activité scientifique, ainsi que la conception, le développement et l'utilisation d'instruments.

Le postdoctorat rejoindra le groupe Radiation et Vivant (REV) dans lequel nous travaillons à la frontière entre la physique médicale, l'informatique (simulations de Monte Carlo) et la radiobiologie. L'équipe REV est un groupe interdisciplinaire qui réunit des physiciens et des biologistes, où le candidat bénéficiera de l'expertise multidisciplinaire de nombreux laboratoires.

Contraintes et risques

- De courtes périodes de voyage en France et à l'étranger pour participer à des expériences dans des accélérateurs et des congrès internationaux et des voyages de travail sont attendus.
- Les protocoles de radioprotection doivent être suivis.

On en parle sur Twitter !