En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR6634-CHRVUR-029 - Chercheur(se) pour modéliser à l'échelle atomique la propagation de l'interface austénite/martensite (H/F)

Chercheur(se) pour modéliser à l'échelle atomique la propagation de l'interface austénite/martensite (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 21 mai 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR6634-CHRVUR-029
Lieu de travail : ST ETIENNE DU ROUVRAY CEDE
Date de publication : vendredi 30 avril 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d'embauche prévue : 16 août 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2 648 et 3768 € brut mensuel selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Le ou la candidat(e) sélectionné(e) sera recruté(e) dans le cadre du projet ANR C-TRAM (projet Redistribution du carbone à l'échelle atomique pendant la transformation de l'austénite en martensite dans les aciers). Ce projet a commencé en 2018.

Un des points clefs du développement des aciers martensitiques est le contrôle de leur microstructure en fin de cycle de production. La formation de la ferrite/martensite à partir de l'austénite dans ces aciers est un processus dynamique dont la cinétique dépend d'interactions complexes entre les éléments d'alliage et l'interface de transformation austénite/martensite. Dans certaines conditions de composition et de température, la mobilité de cette interface peut être fortement ralentie durant la transformation martensitique.

Dans ce travail on se focalisera sur des alliages modèles Fe-C et Fe-Ni-C. L'objectif central du projet est de modéliser à l'échelle atomique la propagation de l'interface austénite/martensite dans des systèmes binaires et ternaires. Le développement de l'approche atomistique dans le cadre de ce projet aura deux objectifs principaux :
- Le premier objectif sera de rendre quantitative l'approche numérique des Quasi-Particules (QA) développée par l'équipe ERAFEN du GPM, de manière à simuler la structure de l'interface austénite/martensite dans des matériaux s'approchant des cas d'étude réels, notamment en présence de la ségrégation de multiples espèces chimiques de solutés.
- Le second objectif sera d'exploiter de manière optimale les résultats numériques et les observations expérimentales disponibles au GPM, pour comprendre l'influence de la température sur la vitesse de propagation des interfaces étudiées dans les matériaux réels.

Les simulations, basées sur l'approche des quasi-particules, s'appuieront sur le code déjà développé au GPM. Les simulations numériques seront effectuées sur le supercalculateur CRIANN. Le ou la candidat(e) travaillera également en collaboration avec les partenaires de l'Institut Max Planck à Düsseldorf en Allemagne.

Activités

- Développement du code basé sur l'approche des Quasi-Particules pour les systèmes binaires et ternaire où les atomes de soluté se trouvent dans les postions substitutionelles ou interstitielles
- Développement de nouveaux potentiels d'interaction pour soluté/atome de fer pour la méthode des Quasi-Particules
- Rédaction d'un ou deux articles dans des revues à comité de lecture.

Compétences

- Le ou la candidat(e) doit être titulaire d'un doctorat en Physique ou Sciences des Matériaux.
- Idéalement, le ou la candidat(e) devra disposer d'une double compétence physique des matériaux/simulation numérique.
- Au minimum, le ou la candidat(e) devra impérativement disposer d'une très bonne maîtrise de la simulation numérique et de la programmation informatique, dans au moins un des domaines suivants : dynamique moléculaire, Monte-Carlo, approches mésoscopiques comme le champ de phase.
- La maîtrise des langages informatiques Fortran et Python est exigée.
- Une connaissance de la transformation de phase martensitique sera un plus.

Contexte de travail

Le GPM (Groupe de Physique des Matériaux, UMR CNRS 6634) est structuré en 5 départements: Matériaux-Vieillissement-Mécanique, Instrumentation Scientifique, Nanosciences, Systèmes Désordonnés-Polymères et Nano-Santé-Physique. Il rassemble 160 personnels dont 60 Enseignants-Chercheurs/Chercheurs, 30 ITA et 70 Doctorants/PostDoct/Stagiaires. Le laboratoire est situé sur le Campus Sciences et Ingénierie Rouen Normandie (à Rouen), au sein de l'Université de Rouen Normandie et de l'INSA Rouen Normandie (7000m2).
Le ou la chercheur(se) recruté(e) sera rattaché(e) au département Science et Mécanique des Matériaux au sein de l'équipe ERAFEN (aspects fondamentaux des transformations de phases à l'échelle nanométrique (9 enseignants et chercheurs, 1 IR, 1 PDoc et 4 Doctorants). Cette équipe s'est spécialisée dans la modélisation et la simulation des transitions de phase dans les matériaux, notamment par le biais d'approches de type champ de phase et champ de phase cristallin/Quasi-Particules.

Contraintes et risques

Le travail s'effectuera exclusivement sur ordinateur et ne comportera pas de risque spécifique.

On en parle sur Twitter !