En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant(e) en physique expérimental de l'état solide (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UPR3228-ALEGAS-015
Lieu de travail : GRENOBLE
Date de publication : jeudi 16 juillet 2020
Nom du responsable scientifique : Milan Orlita et Marek Potemski
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Le poste de chercheur doctorant est proposé par le laboratoire National des Champs Magnétiques Intenses (LNCMI) qui dépend du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) : il concerne une recherche expérimentale en physique de l'état solide.
Le projet de thèse a pour but d'étudier les propriétés électroniques de nouveaux matériaux topologiques, qui sont des structures dans lesquelles existe une variété de phases, à gap nul, avec une dispersion des bandes linéaires. La recherche sera focalisée sur deux classes de matériaux : (i) des semi-métaux appelés « nodal-line » avec des bandes électroniques coniques à deux dimensions et dispersant très faiblement suivant la troisième et (ii) des semi-métaux avec une dispersion électronique de Dirac/Weyl ou avec electrons sans masse multibandes à trois dimensions (exemples CoSi, RhSi..), qui éventuellement possèdent un ordre (anti-)ferromagnétique. Le but principal de ce projet est de décrire la structure de bandes de ces matériaux qui pourrait expliquer les expériences de spectroscopie magnéto-optique et aussi de transport en champ faites au laboratoire. On se focalisera sur les effets spécifiques dus à la chiralité ou à la re-normalisation de type relativiste.
Le poste de recherche requiert une connaissance approfondie de la physique de la matière condensée (semi-conducteurs, semi-métaux, matériaux topologiques). Il fournira, à l'étudiant, une expérience solide en spectroscopie magnéto-optique dans le domaine THz/infra-rouge lointain couvrant les techniques de transformation de Fourrier, de réflectivité, de transmission, de rotation Kerr et Faraday.

Contexte de travail

Le candidat sélectionné sera membre du groupe Semiconductor and Nanophysicsdu LNCMI à Grenoble et collaborera étroitement avec le personnel permanent de recherche, les autres chercheurs post-doctoraux et les autres étudiants. La thèse sera préparée sous la supervision conjointe de M. Orlita et M. Potemski.
LNCMI est le laboratoire du CNRS dont la mission est la recherche centrée sur l'application des champs magnétiques intenses. Les activités scientifiques de LNCMI comprennent à la fois le programme de recherche propre du laboratoire et le soutien de nombreux visiteurs ou utilisateurs externes (dans le cadre de EMFL, laboratoire européen de champ magnétique, EMFL). Le candidat potentiel agira dans un environnement scientifique véritablement international, travaillant dans divers domaines des sciences physiques.

Contraintes et risques

L'activité expérimentale proposée comprend les expériences utilisant les installations à hauts champs du laboratoire qui opèrent souvent la nuit et les week-ends.

Informations complémentaires

Durée du contrat : 36 mois
Date de début : à partir du 1 octobre 2020
Proportion : plein temps
Niveau d'éducation requis : Master/ingénieur en physique

On en parle sur Twitter !