En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse : Théorie de la matière topologique amorphe (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 15 novembre 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UPR2940-ELOBER-063
Lieu de travail : GRENOBLE
Date de publication : mardi 13 septembre 2022
Nom du responsable scientifique : Adolfo GONZALEZ GRUSHIN
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 janvier 2023
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : Salaire mensuel brut de 2 135 €

Description du sujet de thèse

Les états topologiques de la matière présentent des caractéristiques universelles dans tous les matériaux, comme des états de bords, avec une robustesse sans précédent au désordre. Ces propriétés sont la clé de technologies quantiques robustes : l'informatique quantique, la spintronique, ou les capteurs thermoélectriques en sont des exemples importants. Par conséquent, la découverte de nouveaux matériaux et phases topologiques est un défi contemporain majeur. En utilisant la symétrie cristalline, on a récemment prédit qu'environ 50 % de tous les cristaux non magnétiques se trouvaient dans une phase topologique, et des chiffres similaires sont attendus pour les matériaux magnétiques. Aucun de ces matériaux n'est amorphe car, par définition, ils ne présentent pas d'ordre atomique à longue portée. Il s'agit d'une absence remarquable car la matière amorphe peut surpasser les cristaux ordinaires sur le plan fondamental et technologique. Ce qui précède suggère que les solides amorphes constituent le plus grand réservoir négligé de matériaux abordables ayant le potentiel de découvrir des phases topologiques aux propriétés nouvelles, supérieures et contrôlables, un objectif central de la matière condensée moderne. Cependant, ce réservoir reste inaccessible, et les deux communautés étudiant la matière amorphe restent largement déconnectées.

L'objectif principal du projet est de développer des modèles réalistes et une phénoménologie pour décrire théoriquement et détecter expérimentalement de nouvelles phases topologiques amorphes dans les isolants et les métaux.

Le/la candidat(e) idéal(e) aura terminé ou sera sur le point de terminer un Master en physique théorique, idéalement avec une connaissance des sujets avancés en physique de la matière condensée.
Des travaux antérieurs liés au sujet seront considérés favorablement.

Contexte de travail

Le/la doctorant(e) va rejoindre l'équipe TMC (Théorie de la Matière Condensée) de l'Institut Néel, une Unité propre de recherche du CNRS (UPR2940) conventionnée avec l'Université Grenoble Alpes.
L'Institut Néel est est l'un des plus grands instituts de recherche français pour la recherche fondamentale en matière condensée, enrichi par des activités interdiscipinaires à l'interface de la chimie, ingénierie et biologie. Il emploie 450 personnes dont 175 chercheurs.
Nous sommes situés sur le Campus CNRS de Grenoble, au centre d'un environnement unique, scientifique, industriel et culturel, au cœur des Alpes françaises.

Le/la candidat(e) retenu(e) travaillera dans le groupe d'Adolfo G. Grushin, développant des méthodes de tight-binding, la théorie des champs et des simulations numériques dans des réseaux amorphes réalistes.
Le/la candidat(e) bénéficiera de collaborations avec d'autres membres du groupe dans ce domaine, allant des méthodes numériques aux descriptions théoriques des champs.
En outre, le candidat bénéficiera des interactions avec les théoriciens et expérimentateurs locaux dans le riche environnement scientifique de Grenoble (CNRS, CEA, ESRF) qui travaillent dans un large éventail de sujets. En outre, un cluster de calcul pour les calculs exigeants est disponible.

Le/la candidat(e) devra interagir activement avec les autres membres du groupe, par exemple dans le cadre de réunions de groupe hebdomadaires, et publier ses travaux de recherche dans des revues évaluées par des pairs.

Le projet s'inscrit dans un réseau solide de collaborations expérimentales et théoriques en Europe et aux Etats-Unis, avec des fonds suffisants pour voyager à des conférences et rendre visite à des collaborateurs.

Informations complémentaires

La date de début de contrat, actuellement fixée au 1er janvier 2023, peut être repoussée en fonction du candidat / de la candidate retenu(e).

On en parle sur Twitter !