En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Poste de doctorant (H/F) : Analyse et exploitation scientifique des données du fond diffus cosmologique produites par l'expérience au sol de nouvelle génération Simons Observatory

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 15 février 2023

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR7164-KEVVEL-008
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : PARIS 13
Date de publication : mercredi 25 janvier 2023
Nom du responsable scientifique : Josquin Errard
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 septembre 2023
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2135,00 € bruts mensuel

Description du sujet de thèse

Le/la doctorant(e) rejoindra l'équipe SciPol de l'APC pour développer une contribution visible et active dans l'analyse de données du fond diffus cosmologique, au sein de la collaboration internationale Simons Observatory.
La thèse proposée s'inscrit dans le domaine de l'analyse des données CMB et propose de contribuer à l'effort international d'exploitation du potentiel scientifique des données du Simons Observatory en développant de nouvelles méthodes et techniques adaptées à une caractérisation statistique des signaux de polarisation du CMB. Ces outils et méthodes seront ensuite appliqués à l'analyse des données du Simons Observatory, avec l'optique de les exploiter également dans le cadre des futurs projets CMB-S4 et LiteBIRD.

Les activités durant la thèse seront les suivantes :
- Développement d'outils numériques et d'algorithmes pour l'analyse des données du fond cosmologique, validation et applications aux données simulées et réelles en collaboration avec l'équipe SciPol à l'APC et la collaboration Simons Observatory.
- Rapports réguliers sur l'avancement des travaux lors des réunions hebdomadaires du groupe.
- Participation aux téléconférences hebdomadaires et aux réunions des collaborations.
- Préparation de la diffusion des outils numériques (interne et/ou publique)
- Préparation des documentations des outils numériques.
- Présentation des résultats obtenus lors d'ateliers et de conférences.

Contexte de travail

Le Simons Observatory est un réseau de télescopes CMB installés à 5200m d'altitude dans le désert d'Atacama et qui accomplira sa première lumière en 2024. Les "Small Aperture Telescopes" visent à contraindre les signaux inflationnaires avec une grande sensibilité instrumentale — leurs données seront au cœur du travail du (de la) doctorant(e).
Le projet européen SciPol (PI : J. Errard) a démarré en janvier 2023 et durera 5 ans. Il soutient le développement de nouvelles techniques d'analyse des données dont le but est de caractériser de façon robuste et précise la polarisation du CMB aux grandes échelles angulaires, et en particulier les modes-B primordiaux générés par les hypothétiques ondes gravitationnelles inflationnaires. Le projet propose ainsi une modélisation, une caractérisation précise et via soustraction des effets instrumentaux, ainsi que des contaminations astrophysiques et environnementales. Cela implique l'analyse de grands volumes de données et le développement d'algorithmes robustes et numériquement efficaces.
Le/la doctorant(e) interagira avec les membres de l'équipe SciPol (1 permanent, 4 doctorants, 1 ingénieur, 5 collaborateurs externes) et SO de l'APC, ainsi qu'avec les membres du groupe cosmologie.

Contraintes et risques

Des missions en France et à l'étranger sont possibles, dans le cadre d'échanges avec nos collaborateurs sur le projet ainsi que pour participer à des conférences.

Informations complémentaires

Références : simonsobservatory.org ; scipol.in2p3.fr

On en parle sur Twitter !