En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse sur l'anomalie dissipative dans les courants de bord ouest H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 25 mai 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR5672-ANTVEN-002
Lieu de travail : LYON 07
Date de publication : mercredi 4 mai 2022
Nom du responsable scientifique : Antoine Venaille et Bruno Deremble
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Le bilan d'énergie dans les océans fait actuellement l'objet d'une attention considérable de la part des océanographes. Si les sources d'énergie dues au vent et aux flux de chaleur sont bien connues, les puits d'énergie restent très mal identifiés. L'objectif de notre projet est d'identifier une nouvelle route pour la dissipation d'énergie dans l'océan, impliquant une dynamique turbulente de courants limites tels que le Gulf Stream ou le Kuroshio. Ce problème pratique est lié à une question fondamentale centrale qui sous-tend la question de longue date de la dissipation de l'énergie dans les écoulements turbulents. Nous émettons l'hypothèse que le courant de la limite ouest peut conduire à la formation de tourbillons extrêmement forts près de la côte, avec des conséquences de grande portée sur les courants océaniques à l'échelle du bassin. Nous proposons d'embaucher un.e doctorant.e. pour s'attaquer à ce problème en utilisant à la fois des modèles numériques océaniques de pointe et des outils modernes de physique théorique appliqués à la turbulence.

Contexte de travail

La thèse se déroulera au laboratoire de physique de l'ENS de Lyon et à l'IGE Grenoble, dans le cadre d'un projet interdisciplinaire entre physique et océanographie, financé par la MITI - CNRS.

On en parle sur Twitter !