En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant (H/F) Étude de la quiescence chez la levure de fission

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
- Français-- Anglais

Date Limite Candidature : mardi 23 juillet 2024 23:59:00 heure de Paris

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler

Informations générales

Intitulé de l'offre : Doctorant (H/F) Étude de la quiescence chez la levure de fission
Référence : UMR5095-KILAUD-029
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : BORDEAUX
Date de publication : mardi 2 juillet 2024
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 novembre 2024
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : La rémunération est d'un minimum de 2135,00 € mensuel
Section(s) CN : Interactions, particules, noyaux du laboratoire au cosmos

Description du sujet de thèse

Dans certaines conditions, les cellules peuvent sortir de leur cycle de division et entrer dans un état non-prolifératif appelé quiescence. Ces cellules maintiennent un métabolisme actif et sont capables de reprendre leur cycle cellulaire quand l’environnement le permet. Les cellules en quiescence sont communes dans de nombreux organismes et sont cruciales au cours du développement, dans les processus de différenciation, et lors de la réponse à des perturbations externes. Elles contribuent également à la tumorigenèse, aux métastases et à l’acquisition de résistance aux traitements anti-cancéreux. Bien que certains aspects essentiels de la régulation de cet état cellulaire particulier soient conservés de la levure à l’homme, les mécanismes moléculaires associés à l’entrée, au maintien et à la sortie de quiescence restent peu connus.

La réplication et la transmission du matériel génétique constituent une étape clé de la transition d’un état de quiescence vers un état prolifératif. Cependant, la façon dont les cellules organisent la duplication de leur génome au cours de ce processus et comment la réplication de l'ADN interagit avec d'autres aspects critiques de la physiologie cellulaire dans ce contexte, et en particulier la régulation de l'expression des gènes, sont des questions qui restent peu explorées. Pour répondre à ces problématiques, ce projet s'appuiera sur une approche multidisciplinaire, combinant des méthodes de pointe en génomique, imagerie de cellules vivantes, et bioinformatique.

Nous recherchons un(e) candidat(e) ayant un intérêt marqué pour la recherche fondamentale ainsi qu’une solide formation en génétique, en biologie moléculaire et en biologie cellulaire. Le/la candidat(e) devra avoir une expérience préalable de recherche utilisant la levure de fission comme système modèle ainsi que des méthodologies de microscopie de fluorescence et de cytométrie de flux. La personne recrutée devra également avoir un bon niveau d'Anglais parlé et écrit, toutes les réunions d'équipe et discussions se déroulant en Anglais.

Contexte de travail

Le travail de recherche s’effectuera au sein de l’équipe Genome Dynamics and Maintenance dirigée par le Dr. Pei-Yun Jenny Wu à l’Institut de Biochimie et Génétiques Cellulaires (IBGC). Ce projet est financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Les recherches menées à l’IBGC couvrent un large éventail de thématiques liées à la biologie cellulaire et au métabolisme, en tirant parti de différents systèmes modèles tout en encourageant fortement les approches interdisciplinaires. L'IBGC est un institut dynamique composé de 13 équipes représentant une centaine de chercheurs internationaux, qui est affilié au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et à l'Université de Bordeaux.

Informations complémentaires

Les candidats doivent déposer leur dossier, comprenant un Curriculum Vitae décrivant leur expérience de recherche, leurs relevés de notes de Master, et une lettre expliquant leur motivation et leur intérêt pour nos travaux, sur le portail emploi du CNRS.