En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre CPJ-2022-002 - MOdélisation mathématique des catastrophes NAturelles et Impacts Environnementaux H/F

Chaire de professeur Junior : MONAIE

MOdélisation mathématique des catastrophes NAturelles et Impacts Environnementaux H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
FrenchEnglish

Date limite de dépôt des candidatures : 31/08/2022

Informations générales

Date de publication : 20/05/2022
Type de contrat : Chaire de professeur Junior
Section du CoNRS : 41 - Mathématiques et interactions des mathématiques
Durée du contrat : 5 ans. A son terme, le titulaire du contrat a vocation à être titularisé dans le corps des directeurs de recherche.
Date d'embauche prévue : 01/12/2022
Rémunération : Rémunération brute annuelle de 54 600 Euros à 57 800 Euros selon l’expérience professionnelle
Environnement Financier : 320 000 € pour la durée du projet

Thématique scientifique

Mathématiques

Stratégie d’établissement

Le profil de cette chaire s’inscrit dans les orientations prioritaires du COP du CNRS, dans la thématique « Mathématiques pour l’humain en interaction avec la planète Terre », qui est évidemment en lien avec le grand défi sociétal « Changement climatique ». Les aspects explicitement interdisciplinaires font également partie des priorités du CNRS, et rejoignent la création de l’Institut des Mathématiques pour la Planète Terre (IMPT) ainsi que les deux PEPR MathsVives et TRACCS (en cours d’évaluation).

Stratégie du/des laboratoires d’accueil

Laboratoires d’accueil envisagés : Chambéry (LAMA - UMR5127), Clermont-Ferrand (LMBP - UMR6620), Nantes (LMJL- UMR6629), Orléans-Tours (IDP - UMR7013), Montpellier (IMAG - UMR5149). Tous les laboratoires envisagés ont des équipes travaillant en interaction avec des géophysiciens, et la chaire doit permettre de renforcer ces collaborations et d’élargir leur champ thématique. Ces interactions devraient être facilitées par la présence systématique d’un laboratoire de géosciences dans l’environnement universitaire. Les thématiques abordées dépendront évidemment du laboratoire d’accueil.

Résumé du projet scientifique

Les catastrophes naturelles constituent un enjeu environnemental, sociétal et économique majeur, en lien avec la problématique du changement climatique. Il est nécessaire de prédire leur occurrence, de comprendre et de modéliser les mécanismes qui les provoquent. Par exemple, les avalanches, les inondations ou les coulées pyroclastiques (éruptions) mettent en jeu des écoulements multiphasiques particulièrement difficiles à décrire et à étudier (théoriquement ou numériquement) et l'apport des mathématiques, en complément des expériences géoscientifiques menées sur le terrain ou en laboratoire, est donc crucial pour comprendre ces systèmes et prédire leur comportement. De même, l'utilisation de données récentes multi-sources (observations satellitaires et terrestres, etc.) et multi-types génère de grandes masses de données qui nécessitent le développement de nouveaux modèles et font appel à divers outils mathématiques.
Le développement de systèmes multi-agents, multi-physiques, multi-échelles, l'étude de leurs propriétés, de leurs approximations numériques, et donc des modèles prédictifs ne peut se faire sans le développement des mathématiques associées : systèmes dynamiques, instabilités et transitions, équations aux dérivées partielles, probabilités, assimilation de données, quantification des incertitudes, statistiques, …, en interaction avec la physique, les sciences de la terre, l'écologie, la biologie et l'informatique notamment. Le CNRS est en France le seul organisme assurant l’interdisciplinarité nécessaire à la réussite de ce projet de grande ampleur au service de la société.
La personne recrutée sur cette chaire devra se positionner sur l’un des thèmes décrits ci-dessus.

Résumé du projet d’enseignement/d’observation

La personne recrutée interviendra dans des enseignements de haut niveau avec une spécialisation mathématique. Elle pourra être amenée à proposer des enseignements interdisciplinaires dans les thématiques de la chaire.

Diffusion scientifique

La diffusion des résultats passera par des publications dans des journaux internationaux reconnus. Par ailleurs, le projet mettra en œuvre une communication vers des cibles diverses telles que communautés scientifiques, médias, décideurs, grand public, scolaires, etc … avec un calendrier adapté. Des outils spécifiques pourront être développés comme des sites web, des news-letter ou encore des rencontres, colloques internationaux, écoles d’été et conférences.

Science ouverte

Le CNRS développe une politique forte en faveur de la science ouverte. La science ouverte consiste à rendre « accessible autant que possible et fermé autant que nécessaire » les résultats de la recherche. À ce titre, le CNRS vise à ce que 100 % des textes des publications issues des travaux de ses unités soient rendues accessibles, notamment grâce au dépôt dans HAL. Les données produites doivent aussi être rendues disponibles et réutilisables, sauf restriction particulière. Par ailleurs, les principes directeurs de l’évaluation individuelle sont revus en conformité avec la déclaration DORA, plus qualitatifs et tenant compte de toutes les facettes du métier de chercheur.

Science et société

La relation science-société est désormais reconnue comme une dimension à part entière de l'activité scientifique.
Le projet développera cette dimension en synergie avec tous les partenaires. Les travaux de recherche qui en seront issus contribueront à éclairer la décision publique. Des initiatives de sciences participatives pourront être initiée avec des acteurs de l’eco-système socio-économique et culturel du projet.

Indicateurs

L’activité sera évaluée notamment sur la base de la production scientifique (publications, logiciels, patent, etc.), sur les partenariats institutionnels et privés formalisés par des contrats, sur le rayonnement international, sur la valorisation des travaux vers des communautés scientifiques pluridisciplinaires, sur l’innovation et son transfert vers la société et sur la diffusion scientifique à destination de publics non spécialistes.

Mots clés

Réduction de modèles, analyse asymptotique, analyse et simulation d’équations aux dérivées partielles, calcul scientifique, statistiques et événements rares, calibration de modèles, calcul et propagation d’incertitudes