En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UPR3266-VERMAR-024 - H/F Post Doc pour analyse des premières expériences du projet MORA

H/F Post Doc pour analyse des premières expériences du projet MORA

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UPR3266-VERMAR-024
Lieu de travail : CAEN
Date de publication : jeudi 3 septembre 2020
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 novembre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2675 et 3800 euros bruts selon expérience
Niveau d'études souhaité : Bac+5
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

La Mission concerne le développement d'outils de simulations pour l'analyse des premières expériences réalisées dans le cadre du projet Matter's Origin from RadioActivity (MORA) [1].
Le projet MORA regroupe des experts de manipulation et de polarisation d'ions dans les pièges pour la recherche de Nouvelle Physique (NP) dans la désintégration . L'expérience préparée dans le cadre du projet MORA pourrait apporter des indices expliquant la violation d'abondance matière-antimatière observée dans l'Univers.
La mesure précise de la corrélation triple dite D est sensible à la violation de la symétrie de renversement du temps T, et via le théorème du CPT, à la violation de la symétrie CP. En tant que tel, la mesure de D dans la désintégration  nucléaire est une sonde complémentaire au moment dipolaire électrique du neutron. Elle est particulièrement sensible à l'existence de Leptoquarks, qui sont des bosons de jauge hypothétiques apparaissant dans les premières théories de baryogenèse, et dans de nombreuses théories au-delà du modèle standard.
Les symétries du système de détection employé pour MORA et les paramètres bien contrôlés du nuage d'ions piégés et polarisés doivent permettre d'atteindre une sensibilité finale de quelques 10-5 sur D. Une telle sensibilité est environ un ordre de grandeur meilleur que les limites actuelles sur D, provenant de la désintégration  du neutron et de 19Ne. Elle devrait permettre, en plus de rechercher des signes de violation du CP, de sonder pour la première fois sur les effets dits d'interaction d'état final (Final State Interaction, ou FSI). Les effets FSI, causés par l'interaction électromagnétique du noyau de recul avec la particule , devraient imiter une corrélation D non nulle à un niveau qui varie entre 10-5 à 10-4, selon le noyau étudié. Leurs évaluations reposent sur des calculs assez anciens (années 1970). Elles sont actuellement révisées par les théoriciens de IJCLab prenant part au projet MORA.
La sensibilité ultime du projet MORA envers une NP dépendra de la façon dont les effets systématiques sont gardés sous contrôle. À cet égard, des études et des outils d'analyse spécifiques doivent être développés. L'objectif de la bourse postdoctorale sera de développer ces outils, en participant à la supervision du travail effectué par les doctorants pour la simulation GEANT 4 des détecteurs individuels de MORA, et en combinant les résultats de ces simulations avec des simulations de la trajectoire des ions piégés réalisées par le LPC Caen. Le résultat de ces travaux devrait être un outil de simulation de haut niveau permettant de prédire les effets systématiques et finalement d'analyser les premières mesures effectuées dans le cadre du projet MORA. Les premières expériences seront réalisées en 2021 et 2022 à JYFL, en Finlande, dans le but de démontrer la technique de polarisation dans le piège de Paul développé pour MORA, et la mesure de corrélation D. Nous nous concentrerons d'abord sur 23Mg+ qui, avec une demi-vie de 11,3s, a un schéma de polarisation simple et sera disponible en intensités abondantes à DESIR, la future installation de basse énergie de GANIL [2], pour des mesures avec la plus grande sensibilité à une NP.
[1] The MORA project, P. Delahaye, E. Liénard, I. Moore et al., Hyp. Int. (2019) 240:63; arXiv:1812.02970
[2] https://anr.fr/ProjetIA-11-EQPX-0012

Activités

Les activités consisteront en :
• Une contribution à la supervision de travaux entrepris par les étudiants pour la simulation du système de détection développé dans le cadre de MORA
• Le développement d'un outil de simulation de haut niveau pour évaluer les effets systématiques de la mesure de D proposée dans le cadre de MORA
• L'analyse des premières mesures du degré de polarization et de la correlation D entreprises à JYFL
• La communication des résultats dans des conferences internationales

Compétences

• Compétences reconnues dans les méthodes numériques et analyse, et en méthodes statistiques
• Bonne connaissance de GEANT 4
• Physique expérimentale
• Bonnes compétences en communication, maîtrise de l'anglais parfaite requise

Contexte de travail

Le (la) postdoctorante sera intégré(e) à l'équipe MORA (principalement 2 chercheurs, 1 ingénieure de recherche et 1 doctorante, 1 administrative) au sein du GANIL. Une partie du travail devra être réalisé en collaboration avec le LPC Caen qui développe des techniques numériques de simulations d'ions piégés. Des communications orales seront demandées au sein de la collaboration MORA (GANIL – LPC Caen – JYFL- IKS Leuven – CERN ISOLDE – IKS Leuven). Des déplacements répétés à JYFL pour la prise de données des premières expériences seront à prévoir.

On en parle sur Twitter !