En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR9012-MARLOU-005 - Post-doc H/F : participation au développement du calorimètre électromagnétique de LHCb pour la phase II de son upgrade

Post-doc H/F : participation au développement du calorimètre électromagnétique de LHCb pour la phase II de son upgrade

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR9012-MARLOU-005
Lieu de travail : ORSAY
Date de publication : mardi 15 septembre 2020
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 24 mois
Date d'embauche prévue : 1 novembre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : entre 2728 et 3145 € bruts mensuels selon expérience
Niveau d'études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : 1 à 4 années

Missions

Le candidat devra participer au design d'un nouveau calorimètre électromagnétique pour la phase II de l'upgrade de l'expérience LHCb au CERN. La tâche principal sera de simuler et d'étudier différentes géométries pour ce calorimètre et de travailler sur des méthodes de reconstruction pour déterminer les meilleurs paramètres de ce calorimètre. Le candidat étudiera aussi les performances attendues de ce calorimètre pendant des collisions d'ions lourds au LHC.

Activités

Le candidat devra simuler le comportement du calorimètre avec le logiciel de simulation de l'expérience LHCb basé sur GEANT4. Il devra également développer des outils de simulation rapide. Les algorithmes de reconstruction pourront utiliser des co-processeurs tels que des FPGA qui seront disponibles au laboratoire. Enfin le candidat prendra part à une des activités d'analyse du groupe LHCb déjà en place (étude de la production du quarkonium, étude de la production de saveurs lourdes, étude des désintégrations des mésons B)

Compétences

Il est souhaitable que le candidat ait une expérience dans l'analyse de données d'une expérience de physique des particules, et de l'utilisation des logiciels de simulation. Les compétences acquises seront liées au développement hardware d'un détecteur qui devra fonctionner dans un environnement difficile (collisions proton-proton à haute luminosité, collisions d'ions lourds, …) : développement d'électronique de lecture rapide, mise au point d'algorithmes de reconstruction ultra-rapides.

Contexte de travail

Le Laboratoire de Physique de 2 Infinités Irène Joliot-Curie (IJCLab) est une UMR sous la tutelle du CNRS (IN2P3), de l'Université Paris-Saclay et de l'Université de Paris est situé sur le campus de l'Université Paris -Saclay à Orsay. Le laboratoire est situé sur le campus de l'Université Paris-Sud, Université Paris-Saclay à Orsay. Le campus est situé à 20 km au sud de Paris et est facilement accessible par RER en 35 minutes.
L'IJCLab est né en 2020 de la fusion de cinq unités (CSNSM, IMNC, IPN, LAL, LPT). Le personnel est composé de près de 560 permanents (340 ingénieurs, techniciens et administrateurs et 220 chercheurs et enseignants-chercheurs) et d'environ 200 non-permanents dont 120 doctorants. Les thèmes de recherche du laboratoire sont la physique nucléaire, la physique des hautes énergies, la physique théorique, les astroparticules, l'astrophysique et la cosmologie, les accélérateurs de particules, l'énergie et l'environnement et la santé. L'IJCLab dispose de capacités techniques très importantes (environ 280 IT) dans tous les grands domaines nécessaires pour concevoir, développer / mettre en œuvre les dispositifs expérimentaux nécessaires à son activité scientifique, ainsi que la conception, le développement et l'utilisation d'instruments.
Le chercheur travaillera au sein du groupe LHCb du Laboratoire. Ce groupe comprend une dizaine de physiciens (chercheurs permanents, post-docs et doctorants).

Contraintes et risques

Missions au CERN et à l'étranger possibles

On en parle sur Twitter !