En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre UMR5001-ALEVIA-025 - Chercheur post-doctoral en modélisation océanique ensembliste (H/F)

Chercheur post-doctoral en modélisation océanique ensembliste (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
- Français-- Anglais

Date Limite Candidature : lundi 4 mars 2024

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler

Informations générales

Intitulé de l'offre : Chercheur post-doctoral en modélisation océanique ensembliste (H/F)
Référence : UMR5001-ALEVIA-025
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : ST MARTIN D HERES
Date de publication : lundi 12 février 2024
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 18 mois
Date d'embauche prévue : 1 mai 2024
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2905,76 € brut mensuel.
Niveau d'études souhaité : Niveau 8 - (Doctorat)
Expérience souhaitée : 1 à 4 années
Section(s) CN : Système Terre : enveloppes superficielles

Missions

Ce post-doctorat concerne l’étude des impacts de différentes sources d'incertitude sur la modélisation physique de la Méditerrannée par la réalisation et l’analyse d’ensembles de simulations régionales NEMO au 1/12°. Une fois comparés via des scores probabilistes aux observations spatiales et in situ disponibles, ces ensembles permettront de quantifier les impacts relatifs et cumulés de ces incertitudes sur la physique simulée, sur l'amplitude et la structure de la dispersion des ensembles.

Activités

Les activités de la personne sélectionnée concerneront :

- la prise en main du simulateur stochastique ensembliste de la Méditerranée, actuellement en développement à partir d’une configuration réaliste existante du modèle NEMO au 1/12° ;
- la participation à la calibration et à l’implémentation dans cette configuration de sources stochastiques d'incertitudes, liées par exemple aux conditions initiales, aux forçages atmosphériques, et aux échelles non résolues ;
- la production de simulations ensemblistes incluant différentes incertitudes, et leur évaluation vis-à-vis des observations ;
- la quantification et la caractérisation des impacts océaniques de ces incertitudes par l’analyse physique et statistique des ensembles et leur inter-comparaison ;
- la présentation de ces résultats dans des articles scientifiques et lors de conférences inter-nationales

Ces travaux s’appuieront sur l’expertise des chercheurs et ingénieurs de l’équipe d’accueil sur NEMO, et sur des méthodes et outils (ensemblistes, stochastiques, statistiques, de gestion des incertitudes, de comparaison aux observations…), construits depuis une quinzaine d’années et dans le cadre de projets comme OCCIPUT (https://t.ly/7lpFV), IMMERSE (https://immerse-ocean.eu) ou SEAMLESS (https://seamlessproject.org).

Compétences

- Titulaire d'un doctorat en océanographie physique
- Expérience en modélisation océanique sur super-calculateur
- Appétence pour le travail en équipe
- Intérêt pour l’analyse statistique de simulations ensemblistes
- Intérêt pour la diffusion des résultats scientifiques

Contexte de travail

Ce post-doctorat s’insère dans le projet MEDIATION (https://t.ly/whoEj) financé par le PPR Océan et Climat (https://www.ocean-climat.fr). MEDIATION mène des développements pour la production de projections multi-décennales de la physique, biogéochimie, et biologie des bassins océaniques Manche-Gascogne et Méditerranée, prenant explicitement en compte différentes incertitudes et différents scénarios d’évolution (changement climatique, activités humaines). Les outils numériques développés au sein du projet visent également à contribuer à une meilleure interaction science-société-politique.

La personne sélectionnée rejoindra l’équipe MEOM de l’IGE, dont les recherches concernent l’océanographie numérique, la modélisation et la prévision océan/banquise (https://meom-group.github.io). Elle travaillera en étroite collaboration avec Thierry Penduff, Pierre Brasseur (chercheurs CNRS), et Jean-Michel Brankart (ingénieur de recherche CNRS), et sera en interaction régulière avec les autres participants de MEDIATION.

L’Institut des Géosciences de l’Environnement (IGE, http://www.ige-grenoble.fr) est un établissement public de recherche français sous tutelle du CNRS/INSU, de l’IRD, de l’Université Grenoble Alpes (UGA), de Grenoble-INP et de l’INRAE. Il rassemble environ 330 personnes dont 190 membres permanents (chercheurs, professeurs associés et titulaires, ingénieurs de recherche), et environ 140 doctorants, chercheurs post-doctorants et personnels en CDD. L’Institut accueille également chaque année plusieurs dizaines de stagiaires et de visiteurs scientifiques. L’Institut est installé sur trois sites du Campus universitaire de Grenoble (sites Molière, OSUG-B, et Maison Climat Planète). L’IGE est l’un des principaux laboratoires de l’Observatoire des Sciences de l’Univers de Grenoble (OSUG) qui est une structure fédérative de l’Institut National des Sciences de l’Univers (INSU) du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)