En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant/e (H/F/D) Conception numérique de métasurfaces optiques de Huygens fabriquées de bas en haut

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
- Français-- Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 14 juin 2024 23:59:00 heure de Paris

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler

Informations générales

Intitulé de l'offre : Doctorant/e (H/F/D) Conception numérique de métasurfaces optiques de Huygens fabriquées de bas en haut
Référence : UPR8001-PETWIE-008
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : TOULOUSE
Date de publication : vendredi 24 mai 2024
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2024
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : La rémunération est d'un minimum de 2135,00 € mensuel
Section(s) CN : Micro et nanotechnologies, micro et nanosystèmes, photonique, électronique, électromagnétisme, énergie électrique

Description du sujet de thèse

Les métasurfaces optiques sont des surfaces nanostructurées comportant des éléments plus petits que la longueur d'onde de la lumière dans des arrangements denses (distances également plus petites que la longueur d'onde de la lumière, pour éviter la diffraction optique).
Les métasurfaces peuvent être utilisées pour diverses applications, par exemple comme déflecteurs de faisceau ou comme lentilles plates, avec la possibilité de remplacer des composants optiques encombrants et lourds par un dispositif entièrement plat et extrêmement léger.
Outre les défis évidents liés à leur fabrication, la conception des métasurfaces nécessite également une prédiction fidèle des propriétés optiques des constituants, ainsi que la prise en compte des effets d'interaction dus au couplage optique des structures voisines.

Malheureusement, les simulations nanophotoniques requises prennent généralement beaucoup de temps, et non seulement chaque nanostructure doit être simulée individuellement, mais les propriétés optiques sont complexifiées par les différentes structures locales voisines.
Idéalement, chaque structure d'une table de recherche devrait donc être simulée pour chaque configuration possible des structures voisines, ce qui est une tâche impossible dans les métasurfaces composées de millions d'éléments.

Le doctorat vise à développer des méthodes utilisant des modèles de substitution d'apprentissage automatique pour résoudre ce problème de conception complexe. Le projet vise également à vérifier expérimentalement les conceptions avec des collaborateurs à Bordeaux dans le cadre d'un projet ANR en cours ("AIM", 2023-2027). Le candidat doit être familier avec les techniques d'apprentissage profond et / ou les concepts physiques de la nano-optique, et être à l'aise avec les tâches de programmation (nous travaillerons avec python et pytorch). Un anglais courant est attendu, car le doctorat se déroule dans le cadre d'une collaboration internationale.

Contexte de travail

Le projet s'appuie fortement sur des travaux antérieurs sur l'apprentissage profond pour les prédictions nano-optiques et la conception inverse. Le doctorat se déroulera dans le cadre du projet ANR en cours "AIM", un projet collaboratif entre des physiciens et des chimistes à Bordeaux (Labs ICMCB et CRPP), et le LAAS à Toulouse. Le doctorat sera localisé au LAAS dans le groupe MPN (département MNBT), sous la supervision de Dr. Peter Wiecha.

Le poste se situe dans un secteur relevant de la protection du potentiel scientifique et technique (PPST), et nécessite donc, conformément à la réglementation, que votre arrivée soit autorisée par l'autorité compétente du MESR.

Contraintes et risques

n/a