En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

(H/F) Doctorant en physique des astroparticules

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 23 août 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR9012-SYLPRA0-046
Lieu de travail : ORSAY
Date de publication : mardi 2 août 2022
Nom du responsable scientifique : Tiina Suomijärvi
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Cherenkov Telescope Array (CTA) est une expérience internationale pour l'astronomie gamma de haute énergie. L'Observatoire CTA est composé de télescopes Cherenkov de grande taille (23m de diamètre, LST), de taille moyenne (12m de diamètre, MST) et de petite taille (4m de diamètre, SST) qui serons installés sur deux sites La Palma (les Canaries) et Paranal (Chili).
Avec une excellente résolution angulaire et en énergie et une sensibilité accrue sur une large domaine en énergie (30 GeV à 300 TeV), CTA fournira une contribution majeure sur l'étude des accélérateurs cosmiques. Il permettra d'aborder plusieurs questions clés de la physique
des astroparticules. CTA explorera l'accélération des particules dans un quart du ciel extra-galactique, dans le plan galactique et dans le Grand Nuage de Magellan. Les Key Science Projects (KSP) portèrent sur les phénomènes transitoires, sur l'accélération des particules
jusqu'aux énergies de PeV dans notre Galaxie (PeVatrons), sur les noyaux actifs de galaxie (AGN), et sur les systèmes de formation des étoiles de grande variété. CTA examinera aussi la nature ultime de la matière et de la physique au-delà du modèle standard et recherchera des signatures de la matière noire.
Le groupe CTA de l'IJClab-Orsay contribue au projet NectarCAM, la caméra pour les télescopes de taille moyenne. En particulier, l'IJClab est responsable du design et de la production du système d'étalonnage de NectarCAM. Le développement technique est maintenant terminé et des tests de ce système de calibration sont en cours. L'installation du première télescope MST avec le caméra NectarCam sur le site La Palma est prévue en 2022. L'analyse des données de calibration avec le système développé par l'équipe de l'IJClab est supervisée par Giulia Hull, responsable du groupe détecteurs de l'IJClab.
Le groupe prépare également activement la science et l'exploitation des données de CTA, pour les sources extra-galactiques et galactiques. Concernant les sources galactiques, le groupe étudie en particulier les PeVatrons. En effet, l'observation de rayons gammas de haute énergie peut indiquer l'accélération des particules chargées jusqu'aux énergies de PeV ainsi contribuant à la grande question sur l'origine des rayons cosmiques. L'analyse des données multi-longueurs d'onde combinées à des données de CTA pourront contribuer à résoudre la question sur l'origine des rayons cosmiques.
Conditions scientifiques matérielles et financières du projet de recherche

La construction du CTA est financée en France (50 MEuro « Très grande infrastructure de recherche »). L'étudiant bénéficiera du support technique et administratif d'IJCLab pour les outils informatiques, pour les missions et le fonctionnement général.

Objectif de valorisation des travaux de recherche du doctorant

L'activité de recherche sera valorisée par des publications, des présentations lors des réunions de collaborations et des contributions à des ateliers et conférences.

Références bibliographiques
https://www.cta-observatory.org/
Science with the Cherenkov Telescope Array,
The Cherenkov Telescope Array Consortium, arXiv:1709.07997 [astro-ph.IM]

Contexte de travail

Le laboratoire de Physique des 2 Infinis Irène Joliot-Curie est un laboratoire de physique des deux infinis sous tutelle du CNRS, de l'université Paris-Saclay et de l'université de Paris, né en 2020 de la fusion des cinq UMR situées sur le campus universitaire d'Orsay : le Centre de sciences nucléaires et de sciences de la matière (CSNSM), le laboratoire d'Imagerie et modélisation en neurobiologie et cancérologie (IMNC), l'Institut de physique nucléaire d'Orsay (IPNO), le Laboratoire de l'accélérateur linéaire (LAL) et le Laboratoire de physique théorique (LPT).
Les thèmes de recherche du laboratoire sont la physique nucléaire, la physique des hautes énergies, les astroparticules et la cosmologie, la physique théorique, les accélérateurs et les détecteurs de particules ainsi que les recherches et développements techniques et applications associées pour l'énergie, la santé et l'environnement.
La structure dispose de capacités techniques très importantes (environ 280 ingénieurs et techniciens) dans tous les grands domaines requis pour concevoir, mettre au point et en œuvre les dispositifs expérimentaux nécessaires à son activité scientifique : mécanique, électronique, informatique, instrumentation, techniques d'accélération et des techniques de la biologie. Ces forces techniques représentent un atout de premier plan pour la conception, le développement et l'utilisation des instruments nécessaires (accélérateurs et détecteurs). La présence des infrastructures de recherche et des plateformes technologiques rassemblées sur le site du laboratoire constitue également un atout majeur. Enfin, environ 90 ITA des services administratifs et support travaillent aux côtés des scientifiques et ingénieurs.

Contraintes et risques

La thèse sera rattachée à l'école doctorale de PHENIICS.
Des déplacements en Europe seront à prévoir.

On en parle sur Twitter !