En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Dotoctant(e) H/F Couplages du secteur de HIGGS aux quarks lourds et tests de nouvelles physique

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8627-SARMEM0-003
Lieu de travail : ORSAY
Date de publication : vendredi 27 septembre 2019
Nom du responsable scientifique : Benoît BLOSSIER
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 novembre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Parmi les différentes possibilités de mettre en évidence des effets de nouvelle physique, l'étude du couplage du secteur de Higgs au secteur des quarks, en particulier les quarks lourds, se révèle prometteuse. A fortiori depuis l'observation d'un écart entre les mesures expérimentales et les attentes théoriques, dans le cadre du Model Standard, d'universalité de la saveur leptonique dans les désintégrations de mésons beaux. L'exploitation phénoménologique des données expérimentales impliquant les quarks nécessite un contrôle fin de la partie hadronique des processus, les quarks étant confinés dans les hadrons. Le confinement est un phénomène non perturbatif de l'interaction forte et sa prise en compte s'effectue par des simulations numériques en QCD sur réseau. L'estimation de la partie hadronique des désintégrations de quarkonia et de mésons B_s et B_c avec une incertitude théorique comparable à ce qu'on peut espérer des futures données expérimentales recueillies à LHCb et à Belle-2 aidera à établir des contraintes solides sur le couplage entre les extensions du secteur de Higgs et le secteur des quarks lourds.

Contexte de travail

Laboratoire de Physique Théorique d'Orsay. Ce laboratoire est une unité mixte de recherche (UMR 8627) du CNRS et de l'Univ. Paris-Sud , située sur le campus de la Faculté des Sciences d'Orsay (Université Paris-Saclay). Ses thèmes de recherche principaux sont la physique des particules, la cosmologie, la physique statistique et la physique mathématique.Le LPT est un laboratoire pluridisciplinaire qui s'attache à comprendre le comportement de la matière dans ses aspects les moins connus :

- l'infiniment petit (physique des particules),

- l'infiniment complexe (physique statistique),

- l'infiniment grand (cosmologie et gravitation).

Ces recherches requièrent des concepts et des outils de calcul communs, étudiés et développés en physique mathématique.

Les modèles élaborés par les chercheurs du LPT sont continuellement affinés et améliorés en comparant leurs prévisions aux résultats obtenus au sein de laboratoires expérimentaux : accélérateurs de particules, expériences en physique du solide et de la matière condensée, observations astronomiques...

Contraintes et risques

NA

On en parle sur Twitter !