En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Contrat doctoral international: Genre et gouvernance urbaine en Asie du Sud (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8564-STETAW-001
Lieu de travail : PARIS 06
Date de publication : mercredi 20 mai 2020
Nom du responsable scientifique : Stéphanie Tawa Lama-Rewal
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

La transition urbaine en cours en Asie du Sud constitue un fait majeur à l'échelle globale, en termes économiques et écologiques, mais aussi – ce qui est moins souvent dit – en termes sociaux et politiques. En effet les villes, et surtout les mégapoles sont à la fois des lieux privilégiés du changement social (ce qui explique en partie leur attractivité) et d'expérimentation politique. Ainsi on peut observer, en Inde notamment, une série d'initiatives locales, s'inscrivant dans des débats nationaux, qui traduisent une nouvelle saillance du genre dans la gouvernance urbaine : instauration de la gratuité des bus urbains pour les femmes, construction massive de toilettes publiques, recrutement accru de femmes dans la police, création de compagnies de taxi conduits par des femmes etc. Ces initiatives d'ampleurs diverses témoignent au minimum d'une nouvelle prise de conscience des enjeux de l'accès à l'espace public urbain pour les femmes (accès à l'éducation, au travail, aux loisirs), mais aussi de la capacité des femmes à peser dans les élections, comme en témoignent les dernières élections législatives dans la ville-Etat de Delhi. Elles sont d'autant plus dignes d'intérêt qu'elles s'inscrivent dans des sociétés où les femmes sont dans l'ensemble dévalorisées, et les minorités sexuelles très marginalisées.
Cette thèse, au croisement de la science politique, des études de genre et des études urbaines, aura pour objectifs de prendre la mesure de ce changement, d'en comprendre les ressorts, les impacts et si possible la réplicabilité.
A titre d'exemples, la thèse pourrait prendre les orientations ci-dessous, ou les combiner avec d'autres :
- Faire l'inventaire des initiatives locales manifestant une prise en compte nouvelle de la place du genre dans la vie urbaine, et identifier les institutions et les dispositifs qui la mettent en œuvre (gouvernements régionaux, municipalités, associations locales, ONG etc.).
- Faire la généalogie de ces initiatives, voir notamment quel rôle a été joué par des organisations féministes et de défense des LGBTQ, des organisations internationales, des partis politiques ou des leaders individuels, et dans quelle mesure des conjonctures exceptionnelles (manifestations contre le viol en Inde en 2012, mouvement #MeToo depuis 2018…) ont été décisives ou pas. Ce travail de généalogie offrira une compréhension des circulations d'idées et de pratiques, qui permettra du même coup d'affiner la compréhension de la gouvernance urbaine, de ses ressources, de ses formes et de leur évolution.
- Proposer une évaluation de l'impact de ces diverses initiatives, en prenant en compte les objectifs visés par les initiateurs, par exemple, de politiques pro-femmes, mais aussi les effets imprévus et néanmoins réels de ces politiques.
Ces orientations sont ici indiquées comme des exemples, et ne sont en aucun cas limitatives.

Contexte de travail

Le ou la doctorant.e sera accueilli.e au Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud (CNRS-EHESS), Paris, et sera amené.e à séjourner au Centre de Sciences Humaines de New Delhi qui sera le laboratoire international d'accueil durant toute la durée de l'enquête de terrain.

Contraintes et risques

Le projet doit prendre en compte la possibilité que l'accès au terrain sud-asiatique reste difficile, du fait de la pandémie de Covid-19, au moins jusqu'en mars 2021. Il est donc recommandé d'envisager un recours à des sources numériques.

Informations complémentaires

Le ou la candidat·e devra être titulaire, au moment de son inscription en thèse, d'un master 2 (ou équivalent) et avoir une formation en sciences sociales (sciences politiques, sociologie, anthropologie, géographie). Elle/il devra avoir une expérience dans l'enquête en sciences sociales (entretiens, ethnographie, étude d'archives, etc.), être à l'aise en anglais et pratiquer une des langues du sous-continent.
Le dossier de candidature comprendra les pièces suivantes :
1. Sur le Portail Emploi du CNRS:
- Un curriculum vitae
- Une lettre de motivation
2. A envoyer par mail à stephanie.tawa-lama-rewal@ehess.fr :
- Un projet de thèse synthétique, d'une longueur de 5 pages, qui précise l'objet de la thèse, la question de recherche principale, les sources ainsi que les méthodes envisagées
- Un ou plusieurs textes de leur production (articles, mémoire, etc.)
- Une lettre de recommandation.

On en parle sur Twitter !