En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorat paléoclimat à partir de l'étude des carottes de glace (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 2 février 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8212-AMALAN-009
Lieu de travail : GIF SUR YVETTE
Date de publication : mardi 12 janvier 2021
Nom du responsable scientifique : Amaelle Landais et Frédéric Parrenin
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Les forages polaires profonds en Antarctique et au Groenland permettent de reconstruire des paramètres climatiques clés des dernières centaines de milliers d'années, comme la température et la précipitation au-dessus des calottes polaires, la teneur en impuretés de l'atmosphère et sa composition gazeuse (notamment la teneur en gaz à effet de serre comme le CO2, le CH4 et le N2O). Pour déterminer de manière précise les relations de causalités dans le fonctionnement du système climatique, il convient de construire une chronologie précise des événements enregistrés dans les carottes de glace. C'est une tâche complexe car il existe une multitude de méthodes de datation qui ont toutes des avantages et domaines d'applications différents. Le comptage des couches annuelles fournit une évaluation précise de la durée des événements mais il n'est applicable qu'aux périodes récentes et aux forages à fort taux d'accumulation de neige et les âges absolus fournis par cette méthode deviennent rapidement imprécis. La synchronisation de divers enregistrements aux variations des paramètres astronomiques de la Terre (qui sont-elles calculées très précisément par les équations de la mécanique céleste) a l'avantage d'être applicable sur quasiment toutes les périodes considérées mais sa précision n'est pas meilleure que quelques milliers d'années. La synchronisation à d'autres enregistrements paléoenvironnementaux datés, comme les laves volcaniques et les spéléothèmes des grottes, fournit des points de contrôle précis mais disparates pour les âges absolus. La modélisation de l'accumulation de la neige, de sa densification en glace (avec piégeage de l'air) et de l'écoulement de la glace fournit une datation continue des carottes de glace à la fois pour les bulles d'air emprisonnées et pour la matrice glace mais cette datation est imprécise, spécialement en âges absolus, lorsque l'on considère des périodes anciennes. Enfin, la synchronisation des différentes carottes de glace grâce à des marqueurs communs permet d'étudier les relations de phase entre des paramètres mesurés dans des carottes différentes mais ne permet pas de déterminer des âges absolus. Ainsi, les datations actuelles des carottes de glace, comme la datation AICC2012 (Bazin et al., 2013; Veres et al., 2013) sont obtenues par une combinaison des différentes sources d'information chronologiques au travers d'un modèle probabiliste (Lemieux-Dudon et al., 2010 ; Parrenin et al., 2015).

Cette thèse consistera à :
1) Améliorer les différentes informations chronologiques disponibles sur les différents forages. Une modélisation du processus de sédimentation pour les carottes de glace majeures sera mise à jour. En collaboration avec l'équipe expérimentale du LSCE, de nouvelles données de composition élémentaire (rapport O2/N2) et isotopique (15N de N2 et 18O de O2) dans l'air piégé dans la glace récemment obtenues permettront de fournir des contraintes orbitales, notamment pour la carotte profonde de Dome C en Antarctique de l'Est sur les 800 000 dernières années ainsi que des contraintes sur la chronologie relative de la glace et de l'air sur différents forages.
2) Combiner les différentes informations chronologiques existant sur les différentes carottes de glace grâce au modèle probabiliste paleochrono (Parrenin et al., GMD, 2015). De nouvelles fonctionnalités de ce modèle pourront être explorées, comme le couplage avec la modélisation du processus de sédimentation, le comptage automatique des couches annuelles ou la synchronisation automatique d'enregistrements. Par rapport à la datation actuelle AICC2012, un maximum de nouveaux forages seront inclus (notamment le forage américain WAIS et le forage japonais Dome F).
3) Etudier les déphasages résultants entre des enregistrements clés sur les transitions glaciaires – interglaciaires: relation de phase entre augmentations de CO2 et de température Antarctique, entre changements de température au Groenland et en Antarctique et entre variations des paramètres astronomiques et variations du climat.

Contexte de travail

Cette thèse implique de larges collaborations avec la communauté internationale des carottes de glace pour fournir une nouvelle datation fédérative de référence. Le travail s'effectuera sous l'encadrement d'Amaëlle Landais au LSCE et de Frédéric Parrenin à l'IGE (Grenoble) et implique donc des déplacements entre les deux site. Enfin, cette thèse s'inscrit dans le projet européen ERC ICORDA avec des liens très forts avec le projet H2020 BE-OIC.

Contraintes et risques

NaN

On en parle sur Twitter !