En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Matériaux moléculaires hybrides à base de polyoxométalate pour la thérapie photodynamique antibactérienne sous irradiation visible H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
- Français-- Anglais

Date Limite Candidature : mardi 30 juillet 2024 23:59:00 heure de Paris

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler

Informations générales

Intitulé de l'offre : Matériaux moléculaires hybrides à base de polyoxométalate pour la thérapie photodynamique antibactérienne sous irradiation visible H/F
Référence : UMR8180-PIEMIA-001
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : VERSAILLES
Date de publication : mardi 9 juillet 2024
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2024
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2135,00 € brut mensuel
Section(s) CN : Chimie de coordination, catalyse et procédés, interfaces

Description du sujet de thèse

La résistance croissante des bactéries aux antibiotiques nécessite le développement de nouveaux agents antibactériens et/ou de nouvelles stratégies thérapeutiques. La thérapie photodynamique (PDT), qui consiste à générer sous une irradiation de faible énergie et par l'intermédiaire d'un photosensibilisateur (PS) des espèces réactives de l'oxygène, représente une technique thérapeutique alternative très attrayante. Très récemment, nous avons développé un nouveau type de polymères photogénérés incorporant des entités inorganiques polyoxomolybdates (POMos), connues pour exalter les propriétés antibactériennes de molécules organiques, connectées de manière covalente à un fragment organique (anthraquinone, benzophénone) actifs sous irradiation UV, ces matériaux présentant alors une activité antibactérienne notable même sous irradiation par de la lumière visible (El Hajj et al., Macromolecules 2023, 56, 6105-6116).
L'objectif de cette thèse est de développer cette nouvelle famille de composites biologiquement actif. Dans une première approche, non pas un mais n (n = 2-4) fragments organiques seront directement greffés à la surface du POMo afin d'induire un effet synergique. Dans une seconde approche, des agents PDT organiques tels que des porphyrines ou des BODIPYs seront connectées de manière covalente au fragment inorganique via des ligands bisphosphonates (BP). Dans ces assemblages, les entités organiques agiront comme agents chimio/PDT sous irradiation visible tandis que le POM agira comme cofacteur et/ou modulateur optique. Dans chaque cas, des polymères incorporant les espèces moléculaires synthétisées seront préparés et leurs propriétés antibactériennes étudiées. Le doctorant recruté devra donc réaliser la synthèse des fragments organiques et inorganiques ainsi que leurs assemblages et leur caractérisation (UVVis, RMN, IR, spectroscopies ESI-MS, analyse XRD,...). La préparation en une étape des polymères et l'étude de leurs activités antibactériennes seront étudiées en collaboration .

Contexte de travail

L’institut Lavoisier de Versailles (UMR 8180 CNRS-UVSQ) rassemble tous les chimistes de l’UVSQ (plus de 50 permanents dont environ 1/3 de personnels CNRS) dans un bâtiment principal (Bâtiment Lavoisier) et deux annexes (Bâtiment Joliot-Curie abritant les spectromètres RMN solide et Bâtiment Germain hébergeant le centre CEFS2) , tous localisés sur le site de l’UFR des sciences .
Cette UMR se caractérise par sa pluridisciplinarité, explorant des thématiques très diverses, qui vont de la chimie des matériaux moléculaires ou poreux, à la chimie organique de synthèse, en passant par l’électrochimie interfaciale. Trois mots clés caractérisent l’unité : Synthèse (organique, matériaux poreux, matériaux inorganiques moléculaires…), Propriétés (biologiques, catalytiques…) et Analyse. Concernant ce dernier point, l’ILV a développé un savoir-faire particulier dans des domaines d’analyse spécifiques, tels que la cristallographie, l’analyse de surface, et la RMN solide, ceci en étroite collaboration avec les groupes de synthèse ou d’électrochimie. Les chercheurs et enseignants chercheurs de l’unité émargent sur les sections 12, 14 et 15 du CNRS, et les sections 32 et 33 du CNU.
L’UMR est structurée en trois groupes de recherche, EPI, SORG et MIM, associés à une plate-forme technique commune (PASTEL), rassemblant les techniques d’analyse telles que la RMN, la diffractométrie, et la masse haute résolution. Un centre d’analyse des surfaces (CEFS2 rattaché au groupe de recherche EPI) ainsi qu’un service administratif, complètent son organigramme.
Les thématiques des groupes de recherche, la présentation de la plate-forme technique PASTEL et du centre CEFS2 sont accessibles ci-après :

1. Électrochimie Physicochimie aux Interfaces (EPI)
2. Synthèse Organique (SORG)
3. Molécules, Interactions et Matériaux (MIM)
4. Plateforme d'Analyses Scientifiques dE Lavoisier (PASTEL)
5. Centre d'Etudes et de Formation en Spectroscopies Electroniques et de Surface (CEFS2)

Ce doctorat ce déroulera au sein de l'équipe MIM.

Le poste se situe dans un secteur relevant de la protection du potentiel scientifique et technique (PPST), et nécessite donc, conformément à la réglementation, que votre arrivée soit autorisée par l'autorité compétente du MESR.