En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorat (H/F) Contrôle de l’anisotropie du canal de transistors électrochimiques organiques pour des performances records

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
- Français-- Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 1 août 2024 23:59:00 heure de Paris

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler

Informations générales

Intitulé de l'offre : Doctorat (H/F) Contrôle de l’anisotropie du canal de transistors électrochimiques organiques pour des performances records
Référence : UMR7515-JULBER-066
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : STRASBOURG
Date de publication : jeudi 11 juillet 2024
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2024
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : La rémunération est d'un minimum de 2135,00 € mensuel
Section(s) CN : Matière molle : synthèse, élaboration, assemblages, structure, propriétés, fonctions

Description du sujet de thèse

Les transistors électrochimiques organiques (OECT) sont au cœur de nouveaux capteurs bioélectroniques de plus en plus populaires dans le secteur des soins de santé[1]. À ce jour, la maturation des biocapteurs à base d'OECT est entravée par (i) une stabilité de cycle limitée pour les OECT les plus efficaces et (ii) une stagnation des progrès dans l'amplification du signal, et donc dans l'abaissement de la limite de détection de ces capteurs. Le projet de doctorat consiste à caractériser le dopage électrochimique de nouveaux polymères π-conjugués à haute performance intégrés comme matériau de canal dans des transistors électrochimiques organiques (OECT).

Les résultats records obtenus par l'équipe d'Olivier Bardagot à l'ICPEES en tant que résultats préliminaires promettent un avenir brillant aux canaux hautement anisotropes pour des dispositifs électrochimiques plus performants[2]. [La méthodologie du projet de thèse financé par l'ANR repose sur deux approches : (1) la maturation de canaux hautement anisotropes fabriqués par frottement à haute température en collaboration avec l'équipe de Martin Brinkmann (ICS - CNRS Strasbourg) [3], (2) le développement de l'électrofilage de polymères semi-conducteurs pour fabriquer un canal OECT mésoporeux avec un matelas de nanofibres polymères alignées en collaboration avec l'équipe de Guy Schlatter (ICPEES - CNRS Strasbourg).

Le doctorant (H/F) travaillera avec des polymères innovants conçus et synthétisés à l'ICPEES par l'équipe de Nicolas Leclerc. A l'aide d'un instrument unique combinant la spectroélectrochimie Vis-NIR résolue en temps à la caractérisation des transistors in-operando, les mécanismes fondamentaux régissant l'amplification du signal et la stabilité du cycle de ces structures anisotropes seront étudiés en profondeur afin de rationaliser la conception de la prochaine génération d'OECTs. Les impacts attendus de ce projet de thèse sont les suivants (i) l'amélioration de l'amplification et de la stabilité du signal des OECT en vue d'applications en tant que capteurs bas coûts jetables ou réutilisables à ultra-haute sensibilité, (ii) le développement de méthodes niches de procédés des polymères, y compris le lancement d'un axe de recherche sur l'électrofilage des polymères semi-conducteurs à l'ICPEES, (iii) la caractérisation électrique de nouveaux dérivés du PBTTT avec des chaînes latérales polaires, et (iv) une meilleure compréhension des mécanismes fondamentaux de dopage électrochimique des polymères hautement anisotropes, contribuant ainsi à la rationalisation des approches futures de l'ingénierie moléculaire et de l'ingénierie des dispositifs.

Le candidat (H/F) doit avoir une forte expertise dans le traitement des polymères, l'électrochimie et le codage Python. Une expérience en électronique organique est un avantage. Il/elle doit avoir l'esprit d'équipe, faire preuve d'initiative, d'excellentes compétences en anglais à l'oral et à l'écrit.

Contexte de travail

Contexte labo
Rejoignez l’équipe d’Olivier Bardagot pour un encadrement jeune et dynamique au sein de l’équipe PolyFun de l’ICPEES. PolyFun est mené par Nicolas Leclerc et ses 15 ans d’expertise sur la conception de nouveaux polymères semiconducteurs. Le campus Cronenbourg du CNRS offre également un environnement riche et stimulant, notamment grâce au réseau strasbourgeois sur l’électronique organique (STELORG) incluant 16 équipes de 4 instituts différents avec qui vous travaillez.

Contexte projet
L’ambitieux projet de thèse est financé par une ANR JCJC. Le premier volet est une étude incrémentale basé sur des résultats prometteurs, tandis que le deuxième volet est une étude exploratoire (high risk, high gain).



Le poste se situe dans un secteur relevant de la protection du potentiel scientifique et technique (PPST), et nécessite donc, conformément à la réglementation, que votre arrivée soit autorisée par l'autorité compétente du MESR.

Contraintes et risques

- Manipulation de solvants organiques en faible quantité (mL) sous hotte
- Manipulation de gaz inert sous pression

Informations complémentaires

Savoirs généraux, théoriques ou disciplinaires
- Connaissance en physique du transistor
- Connaissance en physico-chimie des polymères
- Connaissance en physique des semiconducteurs
- Connaissance en électrochimie
- Connaissance en spectroscopie
- Connaissance en microscopie
- Connaissance en électronique organique

Savoirs sur l'environnement professionnel
- Travail d’équipe (++)
- Autonomie et prise d’initiative
- Niveau C1 ou plus en anglais (rédaction scientifique et présentation orale formelle)

Savoirs faire opérationnels
- Dépôt de polymères en solution
- Electrochimie
- Programmation Python