En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse H/F : Développement d’un système d’étude macrophysiologique prédictif mimant l’articulation

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
- Français-- Anglais

Date Limite Candidature : lundi 22 juillet 2024 23:59:00 heure de Paris

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler

Informations générales

Intitulé de l'offre : Thèse H/F : Développement d’un système d’étude macrophysiologique prédictif mimant l’articulation
Référence : UMR7365-ASTPIN-001
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : VANDOEUVRE LES NANCY
Date de publication : lundi 1 juillet 2024
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2024
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : La rémunération est d'un minimum de 2135,00 € mensuel
Section(s) CN : Pharmacologie, bio-ingénierie, imagerie, biotechnologie

Description du sujet de thèse

Les progrès récents de l'ingénierie et de la biologie ont permis l’avènement d’unités fonctionnelles d'organes sur puce, capables de reproduire des maladies humaines et de réduire l’utilisation de modèles animaux en recherche biomédicale. Concernant les atteintes/affections ostéoarticulaires, de nombreuses limitations persistent telles que la difficulté à reproduire la structure et la fonction de la matrice cartilagineuse très complexes mais aussi l’homéostasie de l’articulation synoviale très dépendante des divers échanges biologiques entre les acteurs tissulaires articulaires principaux (membrane synoviale, cartilage, liquide synovial). De plus, la taille de ces systèmes miniaturisés pour répondre aux approches de screening haute densité, ne permet pas de pouvoir réellement prendre en compte la bio-fonctionnalité et la bio-intégration des produits d’ingénierie tissulaire.

Notre projet vise à développer un modèle pertinent macrophysiologique in vitro mimant l’articulation pour comprendre et évaluer les comportements des substituts cartilagineux produits par impression 3D et des tissus articulaires (cartilage et membrane synoviale) exposés aux médiateurs physiopathologiques présents dans une articulation lésée.

Ce projet se déroulera en 4 étapes majeures : (1) Conception schématique et technologique du système microfluidique, (2) Adaptation des paramètres nécessaires pour le bon fonctionnement du système fluidique en accord avec les exigences biologiques, (3) Étude de la conservation de la bio-fonctionnalité dans les conditions opératoires de nos substituts maturés classiquement in vitro et des tissus articulaires (cartilage, membranes synoviales), (4) Après validation des 3 premières étapes, une évaluation de la fonctionnalité du modèle macrophysiologique d’articulation sera entrepris.

Contexte de travail

Le doctorat s’effectuera au sein du laboratoire « Ingénierie Moléculaire, cellulaire et Physiopathologie » (UMR 7365 CNRS-UL) sous la supervision d’Astrid PINZANO en co-direction avec Halima ALEM-MARCHAND (IJL, Nancy).

Le laboratoire IMoPA est une unité de Recherche du CNRS et de l’Université de Lorraine située au sein du Biopôle de l’Université de Lorraine sur le campus Biologie-Santé à Vandœuvre-Lès-Nancy. Il est rattaché à Institut National des Sciences de l'Ingénierie et des Systèmes (INSIS) et à l’Institut National des Sciences Biologiques du CNRS (INSB). L'activité du doctorant s'exercera au sein de l’équipe ReMPaCOAT "Médecine Régénératrice, Pharmacologie et Caractérisation des Tissus OstéoArticulaires » dirigée par Astrid PINZANO et Laurent GROSSIN. Le projet de recherche de l’équipe repose sur une stratégie transversale pour une approche multiaxiale des traitements des lésions ostéoarticulaires focales ou diffuses, allant de l’ingénierie tissulaire au développement de nouvelles thérapeutiques, à leur étude pharmacologique et au développement d’outils innovants pour une meilleure caractérisation tissulaire.

La thèse se déroulera dans le cadre d’un projet MITI du CNRS en collaboration avec l’Institut Jean Lamour (IJL). L’Institut Jean Lamour (IJL) est une unité mixte de recherche du CNRS et de l’Université de Lorraine. Il est rattaché à l’Institut de Chimie du CNRS. Au sein de l’IJL, l'activité du doctorant s'exercera au sein de l’équipe « Nanomatériaux et Santé » dirigée par Olivier JOUBERT.

Contraintes et risques

Le doctorant devra se déplacer régulièrement à l’IJL sur le site Artem pour participer au développement du système. Les risques professionnels liés aux expérimentations sont d’ordre biologique, chimique.

Informations complémentaires

Le profil recherché est le suivant :
Le candidat doit être titulaire d'un diplôme de Master 2 Recherche et/ou diplômée d'une école d'ingénieur
Le candidat doit avoir :
- Des connaissances en biologie et physiologie animale,
- De bonnes aptitudes à la rédaction
- De bonnes compétences en matière de communication et d'organisation.
Il doit également faire preuve d’initiative, de rigueur et avoir des capacités à travailler entre deux laboratoires.

Pour candidater veuillez joindre les documents suivants :
- Un Curriculum Vitae détaillé
- Une lettre de motivation
- Les notes de Master 1 et de Master 2
- Une lettre de recommandation