En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant (e) H/F en biologie

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 8 décembre 2020

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7267-FRERIC-001
Lieu de travail : POITIERS
Date de publication : mardi 17 novembre 2020
Nom du responsable scientifique : Freddie-Jeanne Richard
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 février 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Les abeilles sauvages et domestiques sont nécessaires au bon fonctionnement des écosystèmes et à la production agricole de nombreux légumes et fruits. L'abeille domestique, dont l'impact économique lié à son action est considérable, est depuis quelques années en danger. Les bioagresseurs (virus, bactéries, parasites) et les composés chimiques (pesticides) testés individuellement ne suffisent pas à expliquer le fort déclin des populations d'abeilles. Pourtant des nouveaux insecticides sont mis sur le marché régulièrement sans études sur les effets subléthaux pouvant avoir un fort impact sur la colonie. Dans le cadre de notre projet nous souhaitons mesurer l'impact des pesticides à partir de tests en laboratoire sur larves et in situ sur des adultes en conditions semi-naturelles. La mortalité et les traits d'histoire de vie des ouvrières sur la totalité de leur cycle, larvaire et adulte, la durée de développement, ainsi que les interactions sociales seront évaluées.
Cette thèse nécessitera l'utilisation et le développement de compétences dans le domaine de l'écologie, du comportement, de l'écotoxicologie, de la biologie moléculaire, et de l'écologie chimique. Elle se fera en collaboration entre des chercheurs appartenant à des laboratoires sur la tutelle du CNRS, de l'INRAe et de l'IRD.
Ce sujet de thèse est financé dans le cadre d'un appel à projet Ecophyto II+ et le financement couvrira les dépenses liées à la réalisation des expériences menées au cours de la thèse ainsi qu'à la valorisation des résultats en participant à des manifestations scientifiques (congrès) et aux frais de publications des résultats.

Références
Aupinel P, et al. 2007. A new larval in vitro rearing method to test effects of pesticides on honey bee brood. Redia. 90: 91-94.
Decourtye A, et al. 2009. Sublethal effects of fipronil on the ability of honeybees (Apis mellifera L.) to orientate in a complex maze. Julius-Kühn-Arch. 423: 75-83.
Fourrier J, et al. 2015. Larval exposure to the juvenile hormone analog pyriproxyfen disrupts acceptance and Social behavior performance in adult honeybees. Plos One. 10(7): e0132985
Henry M, et al. 2012. A common pesticide decreases foraging success and survival in honeybees. Science. 336(6079): 348-350.
Papach A, et al. 2017. Thiamethoxam and A. Foulbrood: in vitro effects on mortality & cognition of honey bee. J Apic Res. 56(4): 475-486.
Richard FJ, et al. 2012. Effects of immunostimulation on social behavior, chemical communication and genome-wide gene expression in honey bee workers (Apis mellifera). BMC Genomics. 13: 558
Richard F-J, et al. 2008. Modulation of social interactions by immune stimulation in honey bee workers, Apis mellifera. BMC Biology. 6: 50.

Contexte de travail

Le doctorant (e) est recruté(e) par le Centre National pour la Recherche Scientifique - CNRS. Le projet scientifique EXPLORA dans lequel s'inscrit la thèse est financé par le plan ECOPHYTO II+ co-piloté par les ministères de l'Agriculture et de l'Alimentation, de la Transition écologique et solidaire, des Solidarités et de la Santé et le ministère de l' Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation ainsi que par l'Office Française pour la Biodiversité.
La thèse se déroulera, sur deux sites (1) au Laboratoire Ecologie et Biologie des Interactions, UMR CNRS (7267) et Université de Poitiers basé à Poitiers et (2) à l'unité APIS de l'INRAe du Magneraud (17700 Surgères).
Le doctorant (e) sera sous la responsabilité de la porteuse du projet Explora basé au laboratoire EBI sur le campus sciences de l'Université de Poitiers et sous la responsabilité du directeur de l'unité de APIS à l'INRAe du Magneraud.
Le laboratoire EBI est composé de trois équipes et le doctorant sera rattaché à l'équipe Ecologie Evolution Symbiose composés de 23 personnels permanents et de 11 contractuels. Le laboratoire EBI dispose de nombreux équipements de biologie moléculaire, d'une chromatographie, d'outils d'analyses comportementales…. L'étudiant(e) bénéficiera également sur le site de l'INRAe du soutien des membres de l'unité et du rucher ainsi que de formations nécessaires pour la réalisation des différentes expériences (élevage larvaire, RFID…).
L'étudiant (e) pourra présenter ses travaux dans différents congrès (internationaux et nationaux).
Le candidat sera inscrit à l'École doctorale Théodore Monod (https://www.u-ldevinci.fr/cega/) de l'Université de Poitiers.

Contraintes et risques

Les expériences de terrains (printemps et été) se dérouleront sur le site de l'INRAe et les expériences de Laboratoire à EBI (automne et hiver). Cette localisation sur deux sites par période de 6 mois induira des contraintes de logement à la charge du doctorant (e). En revanche, les déplacements sur ces deux sites réalisés de façon ponctuels seront pris en charge par le programme (par exemple pour des réunions).
Afin de limiter les déplacements et pour des contraintes expérimentales, le –la doctorant (e) sera amenés à suivre le cours de l'école doctorale entre septembre et mars.
Le candidat(e) devra se former à la manipulation d'animaux vivant (abeille) et ne pas avoir d'allergie connue aux piqures d'abeilles.

Informations complémentaires

Niveau master (ou équivalent) en biologie avec des compétences en apiculture et/ ou en écologie chimique et/ou biologie moléculaire. Le sujet de thèse étant pluridisciplinaire, des compétences ou une affinité dans les champs de compétences indiqués sera un plus.
Le candidat(e) doit présenter un fort intérêt pour les abeilles, le travail de terrain, à la paillasse, des aptitudes pour l'analyse des données, à la rédaction scientifique (exclusivement en anglais).
La curiosité, la rigueur, l'autonomie et les capacités de communication sont atouts importants.
Seuls les candidats titulaires d'un diplôme MSc peuvent postuler. Les services internationaux de l'Université de Poitiers sont très actifs et peuvent apporter un soutien supplémentaire pour la demande de visa ou un soutien spécifique pour les candidats internationaux. Plus d'informations sur notre campus: https://www.univ-poitiers.fr/en/live-campuses/
La date limite de réception des candidatures est fixée au 7 décembre 2020

On en parle sur Twitter !