En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant(e) en Biologie financé par l'ERC (h/f)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7247-LUCPEL-002
Lieu de travail : NOUZILLY
Date de publication : mardi 24 mars 2020
Nom du responsable scientifique : Lucie Pellissier
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Les troubles du spectre autistique (TSA) sont devenus un des enjeux majeurs de santé publique, avec un peu plus d'une naissance sur cent affectée par ces troubles dans le monde. Aucun traitement pharmacologique ne permet de soulager les déficits d'interaction sociale, un des symptômes primaires des TSA. Bien que l'ocytocine soit une cible du comportement social, les résultats des tests cliniques avec ce peptide restent mitigés. En réalité, le mode de fonctionnement de l'ocytocine est complexe et très peu élucidé. Les objectifs de la thèse sont donc : 1) de comprendre l'implication des acteurs du système ocytocinergique sur le comportement social, 2) d'identifier des fragments d'anticorps ciblant les récepteurs à l'ocytocine, 3) d'optimiser ces fragments d'anticorps pour leur utilisation in vivo afin d'améliorer l'interaction sociale dans des modèles murins d'autisme.
L'étudiant(e) utilisera des approches diversifiées, alliant biologie moléculaire, pharmacologie des récepteurs couplés aux protéines G, sélection de fragments d'anticorps et études de comportement. Au terme de la thèse, au moins trois publications en premier auteur sont envisagées, ainsi que des revues, des publications coopératives et éventuellement des brevets. Le projet bénéficie de tous les moyens financiers et matériels de l'unité, de l'équipe et de l'ERC Starting (2020-2025).

Contexte de travail

Le doctorant(e) sera recruté(e) au CNRS, un des organismes pluridisciplinaires français de recherche internationalement reconnu et travaillera dans l'unité mixte de recherche "Physiologie de la Reproduction et des Comportements" (PRC ; CNRS UMR7247, INRAe UMR85, Université de Tours, IFCE), dont une des spécialités est l'étude des comportements sociaux. Cette unité se situe sur le site INRAe Val de Loire et bénéficie d'un environnement riche grâce à toutes les tutelles de l'unité : le CNRS, INRAe, l'Université de Tours et l'IFCE. Notre centre est unique en son genre, avec l'accès à de nombreux modèles animaux, des rongeurs jusqu'aux gros mammifères d'élevage. La thèse se déroulera au sein de l'équipe « Biologie et bioinformatique des systèmes de signalisation » (BIOS). Notre équipe pluridisciplinaire a pour thématique l'étude de la signalisation des récepteurs couplés aux protéines G, mêlant des approches de modélisation mathématique, de sélection de fragments d'anticorps, de pharmacologie, de biologie moléculaire et cellulaire jusqu'aux modèles animaux. De plus, ce projet de thèse s'intègre dans une des thématiques du laboratoire d'excellence Labex MAbImprove (http://mabimprove.univ-tours.fr) entre Tours et Montpellier, dans le développement d'anticorps thérapeutiques. Le projet de thèse est co-financé par le Labex, ce qui permettra de bénéficier de l'expertise du Labex et de collaborations fructueuses au sein des 28 équipes qui le constituent, ainsi que de la formation doctorale du Labex.
La thèse sera rattachée à l'école doctorale « Santé, Sciences Biologiques et Chimie du Vivant » (SSBCV, https://collegedoctoral-cvl.fr), spécialité Sciences de la Vie et de la Santé de l'Université de Tours dispensant les formations et crédits doctoraux.

Contraintes et risques

Des déplacements de courte durée en France et à l'étranger sont à prévoir.

Informations complémentaires

L(e/a) candidat(e) devra être titulaire d'un diplôme d'ingénieur et/ou d'un Master (ou équivalent) en biologie. Le poste nécessite de solides connaissances en biologie cellulaire/pharmacologie et/ou en neurosciences, de très bonnes aptitudes de communication orale et écrite (anglais nécessaire) pour présenter ces travaux dans des congrès nationaux et internationaux et rédiger des articles dans des revues scientifiques. Des connaissances en biologie moléculaire, en sélection d'anticorps (phage display) ou en immunologie seraient un avantage.
Nous recherchons une personne dynamique qui saura s'impliquer dans son projet et proposer des nouvelles idées, curieux, avec un esprit critique, démontrant des capacités à travailler de façon autonome et une forte motivation globale pour développer ses compétences. De plus, l(e/a) candidat(e) devra être apte à travailler en équipe sur des projets pluridisciplinaires.
Les candidatures devront inclure un CV détaillé (cursus universitaire, formation, compétences, stages, deux références), une lettre de motivation d'une page, un résumé d'une page du mémoire et les notes obtenues du master ou de l'école d'ingénieur.
La date limite de l'envoi des candidatures est le 30 mai 2020. Les candidats seront auditionnés en juin, pour démarrer leur doctorat à la rentrée 2020. La prise de poste pourra être décalée en fonction de la situation sanitaire.

On en parle sur Twitter !