En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant en Astrophysique Nucléaire (expérience STELLA) H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
- Français-- Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 17 avril 2024

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler

Informations générales

Intitulé de l'offre : Doctorant en Astrophysique Nucléaire (expérience STELLA) H/F
Référence : UMR7178-REGSOM-183
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : STRASBOURG
Date de publication : mercredi 27 mars 2024
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2024
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : La rémunération est d'un minimum de 2135,00 € mensuel
Section(s) CN : Interactions, particules, noyaux du laboratoire au cosmos

Description du sujet de thèse

Titre : Mesurer des sections efficaces pour la compréhension de la fusion stellaire
La fusion de deux noyaux est l'un des principaux mécanismes de la nucléosynthèse stellaire. En fait, la stabilité et la production d'énergie d'objets géants tels que les étoiles dépendent de manière cruciale des probabilités de réaction entre des objets minuscules tels que les noyaux atomiques. Parmi ceux-ci, les noyaux légers présentent un intérêt particulier car ils marquent le début de l'évolution d'une étoile sur son chemin vers la synthèse de noyaux plus lourds. À ce stade de l'évolution stellaire, seul un petit nombre de réactions domine le destin de l'étoile. Lors de la combustion du carbone, ces réactions sont 12C+12C et 12C+16O. Une détermination claire des probabilités de ces réactions apporte une contribution précieuse à la compréhension de la nature des étoiles et de la nucléosynthèse des éléments qui nous entourent, comme le carbone ou l'oxygène.
La personne retenue rejoindra l'équipe STELLA (STELar LAboratory) à l'IPHC Strasbourg et participera au montage des expériences STELLA, aux tests, à la prise de données à l’accélérateur Andromède (Paris-Saclay, Orsay) et à l’analyse des résultats. Ce travail comprend également la caractérisation de détecteurs au silicium sur banc de tests et des études de simulation pour développer une stratégie d'analyse des données de réactions nucléaires. Le ou la doctorant(e) aura l'occasion de participer à des expériences de fusion en France et à l'étranger et sera encouragé à présenter les résultats auprès de la communauté internationale d’astrophysique nucléaire lors de réunions et conférences.
La personne retenue doit être compétente en physique nucléaire et avoir au minimum quelques connaissances en astrophysique. L'analyse et la simulation seront effectuées avec ROOT et Geant4, respectivement. Une expérience de ces outils logiciels ou du C++ est un plus, de même que la connaissance des scripts bash.
Nous encourageons les personnes curieuses et autonomes qui souhaitent s’engager avec enthousiasme dans un projet international d’envergure. Le travail de thèse sera porté par une équipe bien établie, à la frontière entre la physique nucléaire et l'astrophysique.

Contexte de travail

L’Institut Pluridisciplinaire Hubert CURIEN (IPHC), unité mixte de recherche sous cotutelle du CNRS et de l’Université de Strasbourg (UMR7178), est un laboratoire pluridisciplinaire où des équipes de recherche de cultures scientifiques différentes (écologie, physiologie et éthologie, chimie et physique subatomique) développent des programmes de très haut niveau avec pour socle l’instrumentation scientifique. L'IPHC est structuré en 4 départements et comptabilise un effectif total de 393 agents (H/F) dont 257 agents permanents (soit 119 chercheurs et enseignants-chercheurs et 138 ingénieurs et techniciens H/F), 46 agents en CDD et 102 doctorants H/F.
Le travail du doctorant ou de la doctorante se déroulera au sein de l’équipe de STELLA (groupe DNE) de l’Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien de Strasbourg (IPHC, UMR 7178) sur le campus du CNRS de Cronenbourg.
Le candidat ou la candidate intègrera l’équipe qui est constituée d’une professeure, trois chercheurs, de deux ingénieurs d’étude et d’une doctorante.

Informations complémentaires

Le candidat ou la candidate doit être diplômé-e d’un mastère 2 ou d’un diplôme comparable internationale. Les applications doivent inclure un CV, une lettre de motivation ainsi que le relevé des notes obtenues en Mastère 1 et 2.

Compétences :

- Niveau avancé en programmation C/C++.
- Adaptabilité à travailler sur l’analyse de données pour la caractérisation de capteurs et la modélisation par méthodes Monte Carlo.
- Un très bon niveau en anglais (B2) selon le cadre européen commun de référence pour les langues