En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant : Transport et transformation des micropolluants urbains – émissions et devenir dans les milieux urbains récepteurs en conditions hydro-climatiques extrêmes (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
- Français-- Anglais

Date Limite Candidature : dimanche 4 août 2024 00:00:00 heure de Paris

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler

Informations générales

Intitulé de l'offre : Doctorant : Transport et transformation des micropolluants urbains – émissions et devenir dans les milieux urbains récepteurs en conditions hydro-climatiques extrêmes (H/F)
Référence : UMR7063-GWEIMF-010
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : STRASBOURG
Date de publication : lundi 6 mai 2024
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2024
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : La rémunération est de 2135€ brut mensuel
Section(s) CN : Surface continentale et interfaces

Description du sujet de thèse

Nous recherchons un.e jeune scientifique créatif, hautement qualifié et motivé pour rejoindre notre projet de recherche INTERREG VI sur le transport et la transformation des micropolluants urbains, notamment les résidus pharmaceutiques et les pesticides, ainsi que leurs produits de transformation, dans les écosystèmes aquatiques et les risques qui y sont associés. Ce projet de doctorat est mené en collaboration avec l'Institut Terre et Environnement de Strasbourg (ITES-UMR 7063 ; https://ites.unistra.fr/) de l'Université de Strasbourg (https://www.unistra.fr/), en partenariat avec les universités de Freiburg et de Landau, et est cofinancé par l'Union européenne dans le cadre du programme INTERREG VI Rhin-Supérieur (https://www.interreg-rhin-sup.eu/projet/reactivecity-une-ville-pro-active-sans-biocides/).

La caractérisation des micropolluants dans l'environnement aquatique urbain est un défi, car à la fois le bilan hydrique et les concentrations de contaminants présentent une variabilité prononcée dans le temps et dans l'espace. Les processus d'émission des micropolluants urbains vers les milieux aquatiques, leur devenir et les risques écotoxicologiques qui en découlent sont encore mal connus. En particulier, la surveillance des produits de transformation est encore peu intégrée aux suivis environnementaux urbains. Le projet comprendra : (i) le développement d'études in situ sur la transformation des micropolluants dans les zones de stockage des eaux pluviales et à la sortie de stations d'épuration, à partir d'échantillonnages continus composites ; (ii) la collecte de données hydrochimiques et d'analyses de micropolluants à haute résolution et d'isotopes stables, notamment l'utilisation d'analyses isotopiques multi-élémentaires spécifiques pour des micropolluants urbains emblématiques, à partir d'études en laboratoire et sur le terrain ; (iii) l'interprétation quantitative et qualitative des flux, de la transformation et de l'atténuation naturelle des micropolluants urbains dans les milieux récepteurs, ainsi que l'évaluation des risques associés.

Le candidat sélectionné contribuera à l'élaboration d'approches telles que des bilans de masse, des schémas conceptuels et des modélisations de différents scénarios de réduction de l'usage de micropolluants urbains à la source. L'objectif sera d'évaluer les émissions et la transformation de micropolluants urbains prioritaires et de leurs produits de transformation dans les principaux milieux aquatiques récepteurs à l'échelle de la ville, ainsi que d'évaluer les risques qui en découlent.

Le travail de doctorat consistera à :
• Évaluer quantitativement les émissions de micropolluants et leur transformation dans les principaux milieux aquatiques récepteurs, en utilisant des méthodes d'échantillonnage et des analyses chimiques spécifiques, en tenant compte des événements et des périodes hydro-climatiques extrêmes.
• Appliquer des techniques d'analyse spectrométrique à haute résolution ainsi que des méthodes d'analyse des isotopes stables pour étudier le devenir micropolluants présents dans les eaux de surface et les sédiments urbains.
• Interpréter et prédire le transport des sources d'émission de micropolluants et leur transformation dans les zones urbaines réceptrices, telles que les bassins de rétention des eaux pluviales et les zones de déversement des eaux usées traitées dans les cours d'eau.
• Travailler en collaboration au sein d'une équipe interdisciplinaire et avec des partenaires externes (Université de Freiburg et Landau, services de l’Eurométropole de Strasbourg), notamment pour élaborer des scénarios visant à réduire les émissions de micropolluants urbains à la source.
• Préparer des publications scientifiques et des présentations pour des conférences scientifiques.

Contexte de travail

L'Institut Terre & Environnement, comptant environ 200 collaborateurs, s'appuie sur quatre piliers disciplinaires pour explorer la Terre et son environnement de surface : l'hydrologie, la géochimie, la géologie et la géophysique. Au sein de l'ITES, des expériences en laboratoire et sur le terrain sont menées pour étudier le transport de l'eau et des contaminants. Notre groupe de recherche interdisciplinaire se concentre spécifiquement sur la transformation des polluants dans les bassins versants, les sols et les aquifères. Cette étude combine des approches hydrologiques, microbiologiques et d'isotopes stables. La recherche à l'Université de Strasbourg couvre une large gamme de domaines scientifiques et encourage activement les collaborations interdisciplinaires et internationales. Nichée au cœur de l'Europe, dans une région trinationale dynamique sur le plan social et économique, Strasbourg se distingue par son engagement en faveur de l'environnement et de la durabilité en France. De plus, la ville offre un cadre de vie très agréable.

Contraintes et risques

Travaux de terrain. Travaux au laboratoire.

Informations complémentaires

Les candidats devront :
• Être titulaires d'un Master ou d'un diplôme d'ingénieur en sciences de l'environnement, en biogéochimie aquatique et/ou en chimie environnementale, obtenu au cours des deux dernières années (les candidats ayant obtenu leur diplôme après le 1er janvier 2022 seront considérés).
• Avoir de l'expérience dans le travail sur le terrain, les analyses hydrochimiques, la chimie analytique, et éventuellement dans l'analyse isotopique.
• Posséder une bonne maîtrise de la langue anglaise, à l'écrit comme à l'oral.
• Avoir une capacité démontrée à présenter des résultats scientifiques, avec au moins un article publié ou en cours de publication dans des revues à comité de lecture dans le domaine.
• Avoir des compétences en communication et être capable de travailler au sein d'une équipe interdisciplinaire composée de scientifiques, d'ingénieurs et de techniciens. Une expérience avérée de la recherche internationale est requise.
• Posséder de préférence une connaissance pratique du travail sur le terrain, de la transformation des polluants, de la chimie des micropolluants, des méthodes d'échantillonnage, de la modélisation en contexte urbain et/ou de l'analyse à haute résolution et des isotopes stables, ce qui constitue un avantage supplémentaire.

Veuillez soumettre votre candidature (1 seul fichier PDF) en intégrant une lettre de motivation, un CV détaillé, une liste de publications, des copies de certificats, des lettres de recommandation d'au moins deux personnes de référence et toutes les autres informations pertinentes.