En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Offre de thèse (H/F) en écologie forestière et climatologie

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7058-JONLEN-001
Lieu de travail : AMIENS
Date de publication : mardi 1 octobre 2019
Nom du responsable scientifique : Jonathan Lenoir, Ronan Marrec et Guillaume Decocq
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 6 janvier 2020
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Modélisation du réchauffement des microclimats forestiers et de son impact sur la biodiversité de la sous-trame boisée

Les modèles de niche, couramment utilisés pour prédire la redistribution du vivant en contexte de réchauffement climatique, sont habituellement calibrés sur les températures synoptiques (i.e. macroclimat) mais ignorent la variabilité des conditions microclimatiques locales. Pourtant, ces variations locales peuvent entraîner de fortes différences entre la température ressentie par les organismes vivants et celle mesurée au niveau du macroclimat régional, surtout au sein des habitats forestiers qui tamponnent les fluctuations climatiques extérieures et dont la sylviculture peut servir de médiateur entre microclimats et macroclimat. Des progrès récents permettent aujourd'hui de spatialiser les microclimats forestiers en combinant des mesures microclimatiques locales à haute fréquence temporelle (p. ex. microsondes météo) avec des variables environnementales issues de la télédétection 3D à haute définition (p. ex. technologie LiDAR). Néanmoins, cette spatialisation des microclimats forestiers n'intègre pas la dynamique des fluctuations interannuelles à long terme du macroclimat (échelle de la décennie) mais plutôt les variations météorologiques intra-annuelles (météo plutôt que climat), témoignant d'un manque de données sur le suivi à long terme des microclimats forestiers. Observe-t-on un réchauffement des microclimats forestiers ? Si oui, quel est son impact sur la biodiversité de la sous-trame boisée ? Le projet « IMPRINT » (IMpacts des PRocessus mIcroclimatiques sur la redistributioN de la biodiversiTé forestière en contexte de réchauffement du macroclimat) mené par Jonathan Lenoir vise justement à répondre à ces questions en combinant : (i) des microsondes de température et d'humidité afin de mesurer en continue les microclimats de la sous-trame boisée ; (ii) des images 3D à très haute définition issues de la technologie LiDAR aéroportée ; et surtout (iii) des données issues d'un réseau national de suivi à long terme des écosystèmes forestiers (RENECOFOR : http://www1.onf.fr/renecofor). Dans le cadre du projet IMPRINT, la ou le doctorant(e) aura pour mission de coordonner la mise en place de deux réseaux nationaux de suivis des microclimats forestiers. Le premier réseau, de niveau I, aura pour objectif de capturer la variabilité des conditions microclimatique le long d'un gradient macroclimatique représentatif des forêts feuillues françaises. La personne recrutée pourra s'appuyer sur les 102 placettes du dispositif RENECOFOR qui sont suivies depuis 1995, mais non équipées de microsondes de température et d'humidité. Le second réseau, de niveau II, aura pour objectif de capturer la variabilité des conditions microclimatique liée à la sylviculture forestière, allant de peuplements très ouverts à des peuplements plus dense et au couvert fermé. Pour cela, la personne recrutée installera un maillage de 60 placettes capturant ce gradient de fermeture du couvert au sein de trois forêts domaniales (FD) dominées par le chêne ou le hêtre (FD de l'Aigoual, FD de Blois, FD de Mormal) et gérées par l'Office National des Forêts (ONF). Chaque placette sera équipée de microsondes de température et sera décrite par des inventaires : dendrométriques ; floristiques ; et de la faune carabique. Sur la base des données issues de ces deux réseaux, la ou le doctorant(e) modélisera les microclimats forestiers et l'impact de ces derniers sur la biodiversité de la sous-trame boisée en contexte de réchauffement.

Contexte de travail

Une thèse de trois ans à l'interface entre écologie forestière et climatologie est disponible au sein de l'unité de recherche « Ecologie et Dynamique des Systèmes Anthjropisés » (EDYSAN, CNRS, Université de Picardie Jules Verne, Amiens, France; https://www.u-picardie.fr/edysan/). L'unité EDYSAN est une jeune unité de recherche dont les thématiques de recherche tournent autour des effets des changements dits « globaux » (réchauffement global du climat, changements d'usage des terres et invasions biologiques) sur les écosystèmes et les agrosystèmes. La thèse sera encadrée par Jonathan Lenoir (CR CNRS), Ronan Marrec (MCU UPJV) et Guillaume Decocq (PUPH UPJV), en étroite collaboration avec Emilie Gallet-Moron (IE UPJV), Fabien Spicher (IE UPJV) et Vincent le Roux (MCU UPJV). Au niveau national, la ou le doctorant(e) pourra également bénéficier de l'appuie scientifique et technique de Sylvie Durrieu et Samuel Alleaume de l'IRSTEA de Montpellier, tous deux spécialistes en télédétection. Au niveau international, la ou le doctorant(e) aura la possibilité d'interagir avec de nombreux collaborateurs de l'unité EDYSAN, dont : Pieter De Frenne de l'Université de Gand (Belgique) ; Jonas Lembrechts de l'Université d'Anvers (Belgique) ; Kristoffer Hylander de l'Université de Stockholm (Suède) ; et Miska Luoto de l'Université d'Helsinki (Finlande).

Il est recommandé que la ou le candidat(e) soit titulaire du permis B et propriétaire d'un véhicule personnel. En effet, de nombreux déplacements sur les sites, parfois éloignés de la structure d'accueil basée à Amiens (p. ex. déplacements en FD de l'Aigoual), sont à prévoir. Au cours des missions sur le terrain ou bien lors de participation à des colloques nationaux ou internationaux, les frais de déplacements (remboursement des frais kilométriques) ainsi que les frais d'hébergement et de repas seront pris en charge par la structure d'accueil via le budget du projet IMPRINT, financé par l'agence nationale de la recherche (ANR).

Contraintes et risques

NA

Informations complémentaires

Thèse financée par le projet ANR Jeunes Chercheuses Jeunes Chercheurs (JCJC) « IMPRINT »

On en parle sur Twitter !