En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorat sur les incertitudes dans la description de la source et de l’environnement marin : influence sur l’évaluation de l’impact de la pollution sonore (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
- Français-- Anglais

Date Limite Candidature : mardi 16 avril 2024

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler

Informations générales

Intitulé de l'offre : Doctorat sur les incertitudes dans la description de la source et de l’environnement marin : influence sur l’évaluation de l’impact de la pollution sonore (H/F)
Référence : UMR7031-SANGUE-043
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : MARSEILLE 13
Date de publication : mardi 26 mars 2024
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2024
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : La rémunération est d'un minimum de 3043€ brut € mensuel
Section(s) CN : Ingénierie des matériaux et des structures, mécanique des solides, biomécanique, acoustique

Description du sujet de thèse

Le poste fait partie du MSCA Doctoral Network SEASOUNDS (Innovative marine soundscape characterization to effectively mitigate ocean and sea noise pollution, no. 101119769) qui est coordonné par le CNRS, et plus particulièrement par le Laboratoire de Mécanique et d'Acoustique.
Description du projet MSCA DN SEASOUNDS :
SEASOUNDS vise à mieux caractériser et prédire les paysages sonores marins, afin de fournir des recommandations pour des solutions d'atténuation du bruit sous-marin appropriées et proportionnées, pour améliorer le savoir-faire, la prise de décision et l'établissement de normes pour une croissance bleue durable limitant l'impact sur l’écosystème marin. Le projet aborde d'importantes lacunes dans la compréhension, la caractérisation et la modélisation de l'ensemble de la chaîne de transfert du bruit, depuis la source de bruit (par exemple, l'installation de fondations offshore, l'élimination des munitions non explosées, le trafic maritime) jusqu'au récepteur (qu'il s'agisse d'un outil technologique ou d'un animal). L'approche méthodologique de SEASOUNDS intègre des concepts, des modèles et des outils issus de diverses disciplines, notamment l'acoustique sous-marine, la sismologie, la mécanique, la bioacoustique et la biologie marine. Ainsi, SEASOUNDS formera 10 doctorants/doctorantes aux compétences pluridisciplinaires, intersectorielles et transversales élevées, qui appréhenderont les questions de pollution sonore de manière holistique. Le réseau rassemble 15 partenaires de France, d'Espagne, d'Italie, des Pays-Bas, du Danemark, de Norvège, de Monaco et des États-Unis (cf. https://cordis.europa.eu/project/id/101119769) et durera 4 ans à partir de janvier 2024.
Description du sujet de thèse :
Une évaluation fiable de l'exposition potentielle au bruit est essentielle pour une réglementation efficace en amont des activités anthropiques polluantes dans les océans. La fiabilité des prévisions de bruit dépend fortement de l'utilisation de schémas de propagation numérique optimaux capables de modéliser la physique des ondes dans l'environnement considéré, et de la qualité des données d'entrée relatives à la source de bruit et à l'environnement, en particulier aux basses fréquences (BF), comme le recommande la directive-cadre européenne de la stratégie pour le milieu marin. En pratique, la modélisation de la propagation du bruit est souvent réalisée à l'aide de modèles approchés avec des données environnementales limitées et/ou biaisées. Il en résulte, au mieux, de grandes incertitudes dans les évaluations du bruit, au pire, des résultats peu fiables qui rendent complexes les décisions réglementaires. Tandis qu'un autre doctorant/qu'une autre doctorante du réseau SEASOUNDS étudiera l'influence de la méthode numérique choisie sur les prévisions de bruit, le candidat/la candidate se concentrera sur les données d'entrée (par exemple la bathymétrie, la bathycélérimétrie, les propriétés du fond marin, la surface de la mer...) et leur variabilité spatiale et temporelle. Contrairement aux travaux précédents, leur impact sera étudié de manière qualitative et quantitative pour des environnements marins typiques en s'appuyant principalement sur des simulations HPC de la propagation full-wave, sur une analyse de sensibilité basée sur les adjoints et sur une comparaison avec les observations sur le terrain. L'objectif principal est d'identifier ce qui doit être connu (et à quel degré de précision) pour une évaluation fiable du bruit.
Compétences requises :
• Être titulaire d'un diplôme de Master en mathématiques appliquées et/ou en acoustique et/ou en géosciences et/ou en sciences appliquées et/ou en physique, de préférence en rapport avec les ondes acoustiques et/ou élastiques et/ou les équations aux dérivées partielles ;
• Avoir une excellente connaissance de la langue anglaise ;
• Être familiarisé/familiarisée avec les langages de calcul numérique ;
• Être désireux/désireuse d'accroître ses compétences en modélisation numérique et en acoustique sous-marine.

Contexte de travail

Le poste sera localisé au sein du Laboratoire de Mécanique et d'Acoustique (LMA) qui est un laboratoire de recherche tripartite (CNRS/Aix-Marseille Univ./Centrale Marseille). Le laboratoire accueille environ 130 personnes. Le LMA développe des activités de recherche en lien avec la mécanique des solides et l'acoustique, et est structuré autour de 3 équipes de recherche : Matériaux & structures, Sons, Ondes & imagerie. Le poste sera localisé dans l'équipe Ondes & Imagerie et travaillera en étroite collaboration avec le groupe « Acoustique en environnement marin & Imagerie sismique » qui possède une expertise reconnue en acoustique sous-marine et en sismo-acoustique, en modélisation numérique de la propagation des ondes et en imagerie sismique. Le doctorant/la doctorante collaborera également avec d’autres doctorants/doctorantes du projet SEASOUNDS. Le groupe « Acoustique en environnement marin & Imagerie sismique » a facilement accès à des installations modernes et puissantes pour effectuer des simulations haute performance : un supercalculateur local (~3 750 cœurs) hébergé par Aix-Marseille Univ. et cofinancé par le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER), ainsi que des supercalculateurs nationaux (~ 300 000 cœurs - GPUs) pour des travaux plus exigeants en terme de calcul. Ce groupe est également impliqué dans des projets européens et a de nombreuses collaborations internationales.
Conformément au règlement des actions MSCA Doctoral Network, le doctorant/la doctorante recevra un salaire brut mensuel comprenant une allocation de mobilité. Le cas échéant, des allocations supplémentaires peuvent être accordées. Des allocations de famille seront versées si le candidat a ou acquiert des obligations familiales au cours du projet (par exemple, mariage ou relation reconnue comme équivalente à un mariage, enfants à charge dont le candidat assure effectivement l'entretien). Pour les candidats présentant un handicap certifié par une autorité nationale compétente, le salaire peut également comprendre une allocation pour besoins spécifiques, si elle n'est pas déjà financée par une autre source (par exemple, la sécurité sociale ou l'assurance maladie). L'allocation pour besoins spécifiques contribue aux coûts supplémentaires liés à l'acquisition d'articles et de services répondant à des besoins spécifiques.

Contraintes et risques

Des déplacements et des séjours de courte durée sont à prévoir en France et en Norvège.
Critères d’éligibilité et de mobilité :
• Ne pas encore être titulaire d'un doctorat à la date de recrutement dans le projet,
• Ne pas avoir résidé ou exercé son activité principale (travail, études, etc.) en France pendant plus de 12 mois au cours des 3 années précédant immédiatement la date de recrutement. Le service national obligatoire, les séjours de courte durée tels que les vacances et le temps passé dans le cadre d'une procédure visant à obtenir le statut de réfugié au titre de la Convention de Genève ne sont pas pris en compte. Les candidats peuvent être invités à fournir des documents prouvant leur(s) lieu(x) de résidence ou de travail au cours des trois années précédentes.
L'éligibilité et la mobilité des candidats seront déterminées au moment de leur recrutement dans le projet.