En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

DOCTORAT H/F CONTEPAV Impact environnemental des épaves de navires dans la Manche: caractérisation des relargages de contaminants et de leurs variations spatio-temporelles

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
- Français-- Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 15 juin 2023

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Intitulé de l'offre : DOCTORAT H/F CONTEPAV Impact environnemental des épaves de navires dans la Manche: caractérisation des relargages de contaminants et de leurs variations spatio-temporelles
Référence : UMR6566-GAEDIE-001
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : NANTES
Date de publication : jeudi 25 mai 2023
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 2 octobre 2023
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel
Section(s) CN : Mondes modernes et contemporains

Description du sujet de thèse

Titre : Impact environnemental des épaves de navires dans la Manche : caractérisation des relargages de contaminants et de leurs variations spatio-temporelles.
Mots-clés : patrimoine maritime, épaves, contaminants, HAP, pollution.
Cette recherche vise à évaluer l'impact environnemental d'une série d'épaves de la Seconde Guerre mondiale situées en baie de Seine et au large de Dieppe. C'est une étude inédite France, qui possède pourtant une des plus grandes concentrations d'épaves des grands conflits au monde. Elle doit permettre de combiner une approche qui répond aux attentes de l'évaluation du Descripteur 8 « Contaminants dans le milieu » de la directive cadre « stratégie pour le milieu marin » 2008/56/EC (DCSMM), avec une recherche innovante pour analyser les effets spatio-temporels des épaves sur les composantes chimiques et biologiques des écosystèmes marins. La zone d'étude sera la sous-région maritime Manche-Mer du Nord (SRM MMN), qui apparait comme la plus contaminée des 4 sous-régions maritimes. Dans les sédiments de la masse d'eau côtière, les métaux sont les contaminants les plus problématiques, principalement le nickel, le plomb, le zinc, le chrome et le mercure. La contamination aux hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) est en majorité localisée entre Dieppe et l'est de la baie de Seine. Chez les bivalves, aucun dépassement de seuil sanitaire n'a été observé pour les métaux. Des dépassements en HAP, fluoranthène et benzo(a)pyrène, ont été pour leur part relevés en baie de Seine. Ce projet, qui fait converger les sciences de l'environnement et les sciences humaines, trouvera sa place dans l'Axe 2 du GdR OMER, Caractérisation et diagnostic des systèmes marins. Il devra apporter des connaissances nouvelles sur des pressions anthropiques supplémentaires des écosystèmes, et amènera également à d'autres réflexions sur la gestion de ce patrimoine. Si jusqu'à maintenant le dialogue sur la protection et la valorisation des épaves historiques s'est porté sur la mise en valeur culturelle et patrimoniale (Convention UNESCO, 2001), il sera question de l'aborder sous un aspect écologique et environnemental. Les données obtenues amèneront à un nouveau dialogue entre les pouvoirs publics et les acteurs du monde maritime sur la gestion et la protection de ce patrimoine ; dialogue qui alimentera le Groupe de travail du GdR OMER « Océans & processus de patrimonialisation ». Pour répondre au défi de ce projet, il s'agira de caractériser les relargages de contaminants et leurs variations spatio-temporelles à l'aide du couplage de différentes méthodes de surveillance (analyses directes par prélèvements, capteurs passifs) et de matrices (sédiments, eau, biote). Les objectifs sont : 1) Mettre en évidence la diffusion des contaminants par des prélèvements à différentes distances de l'épave ; 2) Déterminer les pollutions historiques en lien avec les épaves par des prélèvements de sédiments en profondeur ; 3) Mesurer les relargages court terme des contaminants par prélèvement de biote et la pose d'échantillonneurs passifs ; 4) Identifier les épaves comme source de pollution historique, diffuse ou ponctuelle ; 5) Comparer les valeurs mesurées avec les mesures des stations ROCCH pour corréler les dépassements de seuils observés et les substances problématiques. Les résultats seront également comparés avec les seuils de recommandations OSPAR pour déterminer le bon état écologique des écosystèmes proches ; 6) Mettre en relation les données historiques des épaves, en lien avec le naufrage et évènement post-naufrage (ferraillage, contre-minage) et les niveaux de contaminants mesurés, et démontrer l'influence de l'état de conservation du navire sur les niveaux de pollution.

Contexte de travail

Le doctorat se déroulera au sein de l'UMR 6566 CReAAH-LARA qui est un laboratoire fortement pluridisciplinaire (Archéologie, Archéosciences, Histoire) et de l'Institut des Substances et Organismes de la Mer (ISOMER) qui analyse la diversité, le fonctionnement et les perturbations des écosystèmes marins, tous deux hébergés par Nantes Université. La partie traitement et analyse des prélèvements se fera essentiellement à l'ISOMER, mais également en partenariat avec l'IFREMER et le laboratoire ECOCHEM-ODNature de l'Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique.

Contraintes et risques

Ce projet nécessite une bonne condition physique et une habilitation à la plongée sous-marine. La réalisation et la manipulation des échantillons seront réalisées conformément aux protocoles de l'ISOMER et des structures partenaires (IFREMER, ACOCHEM-ODNature, DRASSM). Le ou la candidat(e) devra effectuer des missions de terrain nécessitant des déplacements entre le laboratoire d'accueil (à Nantes, campus Science et Tertre à 1 km) et le terrain de recherche en région Normandie, le permis B est donc souhaité.

Informations complémentaires

Le projet se situe à l'interface de l'archéologie et de la chimie des écosystèmes marins, ainsi la candidate ou le candidat doit avoir une compétence certaine sur l'une de ces deux disciplines. Enfin le ou la candidat(e) devra participer à des publications, des manifestations scientifiques et prendre part aux activités du GDR Océan et Mer et dans l'un des axes développés.
Modalités de candidature : pour postuler, veuillez adresser une lettre de motivation accompagnée d'un Curriculum Vitae.