En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorat en radioprotection (approche bio-inspirée par l'hibernation des ours bruns) H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 1 juillet 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR6533-PATVER-001
Lieu de travail : AUBIERE
Date de publication : vendredi 10 juin 2022
Nom du responsable scientifique : Patrick VERNET - Fabrice BERTILE
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 3 octobre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Dans le cadre de ce contrat doctoral de trois ans, le(la) candidat(e) analysera les capacités de protection conférées par l'état hibernant vis-à-vis des rayonnements ionisants. Ce programme de recherche s'inscrit dans une collaboration étroite entre biologistes, chimistes et physiciens. Il repose sur un programme international étudiant la physiologie de l'Ours brun pour mieux comprendre comment son organisme s'adapte à l'hibernation et pouvoir en dériver des solutions innovantes pour promouvoir la santé des astronautes. Nous avons déjà montré au préalable que le sérum d'ours hibernant est capable de s'opposer à la dégradation protéique dans des cellules musculaires humaines in vitro. Afin de valider et caractériser le concept de radioprotection associé à l'hibernation, le projet de thèse prévoit d'irradier divers modèles cellulaires, disponibles au laboratoire, alors qu'ils seront cultivés en présence ou en absence de sérum d'ours hibernant ou actif. Les mécanismes moléculaires de réponse seront, entre autres mesures, étudiés par des approches à haut débit (protéomique et RNAseq). Dans un premier temps, les irradiations X seront utilisées et serviront de rayonnements références. Ces études se poursuivront ensuite avec des irradiations de plus forte énergie (utilisation de protons de 25 MeV ou de noyaux lourds) afin de se rapprocher d'un contexte expérimental mimant les conditions ionisantes pouvant être rencontrées dans différents environnements.
Mots-clés : Radioprotection, environnement spatial, hibernation, ours brun, -omiques

Contexte de travail

Le(la) doctorant(e) sera co-encadré(e) par des chercheurs du Laboratoire de Physique de Clermont et de l'Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien de Strasbourg. Le projet impliquera des missions de moyenne ou longue durée sur chacun des 2 sites.
L'accès à d'autres sites français de plateformes d'irradiations de manière plus ponctuelle.

Contraintes et risques

Travail avec des radiations ionisantes

Informations complémentaires

Le ou la candidat(e) recherché(e) devra posséder une solide formation en biologie, notamment en physiologie intégrée, et biologie cellulaire et moléculaire. Issu(e) d'un master en Biologie, il ou elle devra avoir un intérêt marqué pour les études à l'interface de différents domaines disciplinaires comme la biologie, la physique, la chimie. Une expérience dans les domaines de la culture cellulaire et /ou des analyses -omiques (RNAseq, protéomique…) serait un plus.
Il ou elle pourra bénéficier d'environnements de travail privilégiés avec des accès aux différentes plateformes d'irradiations des laboratoires IN2P3 du CNRS, ainsi qu'aux équipements classiques d'un laboratoire de biologie et de chimie analytique.

La réponse à cette offre devra être accompagnée de :
- un CV court (1 page)
- une lettre de motivation
- relevés de notes de licence et master avec les moyennes et les classements
- lettre(s) de recommandation sur (1) le cursus universitaire et (2) les activités de stages

On en parle sur Twitter !