En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse: La conception du pouvoir et du genre chez l'enfant (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 30 septembre 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5292-JEAVAN-001
Lieu de travail : LYON 08
Date de publication : vendredi 30 juillet 2021
Nom du responsable scientifique : Jean-Baptiste Van der Henst
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 3 janvier 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Sujet
Le projet de thèse a pour ambition de comprendre comment les enfants conçoivent les relations de pouvoir entre des individus de genres différents. Ce travail s'inscrit dans le domaine de la cognition sociale et s'appuiera sur des travaux expérimentaux de psychologie du développement menés auprès d'enfants âgés de 4 à 8 ans. L'objectif de ce projet est de saisir les attentes des enfants quant au genre de la personne qui exerce le pouvoir, comment ces attentes diffèrent selon l'âge des enfants, leur propre genre, ou leur environnement culturel.

Contexte et Problématique
La notion de genre est indissociable de celle de pouvoir. Les catégories de genre se définissent les unes par rapport aux autres selon des inégalités de ressource, de droit, de statut et par des rapports d'influence asymétriques. Par ailleurs, sur le plan des représentations mentales, les individus considèrent souvent les différences hommes/femmes comme des différences de statut susceptibles d'encourager des comportements conformes à une hiérarchie de genre. On sait aussi que l'intériorisation des normes de genre et l'adoption de comportements genrés apparaissent dès la petite enfance.
Si l'on connaît assez bien la manière dont les adultes conçoivent les liens entre le genre et le pouvoir, la question reste largement en suspens chez les enfants. D'un côté, la plupart des études expérimentales sur la compréhension du pouvoir pendant l'enfance ont occulté la question du genre. Elles utilisent comme stimuli des interactions entre deux personnages qui sont non genrés ou qui sont du même genre. D'un autre côté, les études sur les conceptions précoces du genre occultent la façon dont les enfants perçoivent la dynamique de pouvoir dans les interactions, et se concentrent plutôt sur leur capacité à distinguer les traits, les comportements, les préférences, ou les activités associées de façon stéréotypée au genre.

Missions
Dès l'âge de 4 ans, les enfants ont acquis de multiples connaissances sur le sexe et le genre des individus. Au même âge, ils montrent également une maîtrise sophistiquée des rapports de dominance et de pouvoir dans les interactions sociales. Un premier volet de la thèse cherchera à établir si le genre des individus, constitue chez les enfants, un critère pour décider qui exerce le pouvoir dans des interactions mixtes. Il s'agira d'étudier plusieurs expressions du pouvoir (pouvoir de décision, de punition, de récompense…) et de déterminer comment, du point de vue des enfants, le genre se distribue dans ces différentes expressions.
Le second volet de la thèse aura pour objectif d'étudier les attitudes des enfants vis-à-vis d'un pouvoir genré. Il s'agira de savoir dans quelle mesure les enfants jugent que la légitimité du pouvoir repose en partie sur le genre de la personne qui l'exerce. Par exemple, estiment-ils que le genre qui domine le plus souvent dans leur environnement est plus légitime à exercer du pouvoir ? Ou considèrent-ils que les individus du même genre qu'eux sont plus légitimes à détenir le pouvoir?
Les travaux expérimentaux menés dans la thèse consisteront à présenter des scènes d'interactions sociales aux enfants et à analyser leurs réactions par différents types d'outils observationnels. Les expérimentations se dérouleront principalement dans des écoles de la région lyonnaise. Certaines expériences feront l'objet de comparaisons interculturelles avec des populations d'enfants issues de pays différents.
Le projet prolonge une étude menée par l'équipe de recherche publiée en 2020 dans la revue Sex Roles :
Charafeddine, R., Zambrina, I., M., Triniol, B., Mercier, H., Kaufmann, L., Clément, F., Reboul, A., Pons, F., & Van der Henst, J-B (2020). How Preschoolers Associate Power with Gender in Male-Female Interactions: A Cross-Cultural Investigation. Sex Roles, 83, 453-473.
https://www.researchgate.net/publication/338410647_How_Preschoolers_Associate_Power_with_Gender_in_Male-Female_Interactions_A_Cross-Cultural_Investigation

Collaborations
La thèse s'inscrit dans le cadre du projet de recherche collaborative CHILD-GAP (How Children think about Gender And Power: beliefs, attitudes and self-perception) financé par l'Agence Nationale pour la Recherche (ANR). CHILD-GAP implique trois laboratoires : le Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon (CRNL), le Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition (LPNC – Grenoble), et le Laboratoire Lorrain de Psychologie et Neurosciences de la dynamique des comportements (2LPN – Nancy). Les recherches menées pendant la thèse se feront principalement au CRNL mais pourront donner lieu à des collaborations avec le LPNC et le 2LPN, ainsi qu'avec des institutions étrangères pour les études interculturelles.

Contexte de travail

Laboratoire d'accueil de la Thèse : Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon (UMR 5292 CNRS – 1028 INSERM - Université Lyon 1)
Neurocampus 95 Bd Pinel, 69500 Bron et bâtiment IDEE 59 Boulevard Pinel 69500 Bron
Equipe d'accueil au sein du CRNL : TRAJECTOIRES
Ecole doctorale de rattachement : Ecole doctorale Neurosciences et Cognition (ED 476 – NSCO, Université de Lyon)
Directeur de thèse : Jean-Baptiste Van der Henst (chercheur CNRS)
Financement : Agence Nationale pour la Recherche (ANR)
Gestion du Financement : CNRS – Délégation Rhône Auvergne
Contrat : Contrat doctoral de 3 ans à temps complet.
Date de commencement de la thèse : janvier 2022
Rémunération : environ 2135 euros brut par mois

Informations complémentaires

Prérequis : maîtriser la langue française (niveau bilingue ou natif) et être titulaire d'un master 2 en psychologie cognitive, psychologie du développement, sciences cognitives, sciences humaines.
Pièces à fournir :
- Lettre de motivation (Positionnement par rapport au projet décrit dans l'annonce 5000 caractères max)
- Curriculum Vitae
- Mémoires de Master 1 et 2
- Relevés des notes de Master 1 et Master 2
- Lettres de recommandation (facultatif).

On en parle sur Twitter !