En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse en Neurosciences (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 30 juin 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5292-EMMCOU-001
Lieu de travail : LYON 08
Date de publication : mercredi 19 mai 2021
Nom du responsable scientifique : Emmanuelle Courtiol
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 4 octobre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

L'attention est une fonction cognitive majeure et les déficits attentionnels se retrouvent dans plusieurs troubles du neurodéveloppement et neuropsychiatriques. Une meilleure compréhension des mécanismes sous-jacents aux processus attentionnels dans des conditions non pathologiques constitue une étape indispensable pour guider la mise en œuvre d'outils thérapeutiques pour le traitement des déficits attentionnels. Au cours des dernières décennies, de nombreux progrès ont été accomplis dans la compréhension des mécanismes neuronaux de l'attention. Il a notamment été démontré, dans des tâches d'attention visuelle soutenue, que les performances fluctuent au cours du temps, avec une périodicité dans la bande de fréquence du rythme thêta (4-8Hz) et que ce rythme est lié aux oscillations thêta dans le réseau frontopariétal (Helfrich et al, 2018). Cependant, il reste à déterminer si cette attention rythmique, exprimée à la fois au niveau comportemental et neuronal dans la bande de fréquence thêta, est un principe général du traitement attentionnel quelle que soit la modalité sensorielle concernée. Pour cela, il est nécessaire d'étudier d'autres modalités sensorielles en dehors de la vision et de développer de nouvelles approches, en particulier chez les rongeurs. Dans ce projet de thèse, nous proposons d'utiliser la modalité olfactive, un sens dominant pour les rongeurs.
Ce projet de thèse a deux principaux objectifs visant à 1) tester si les performances lors d'une tâche d'attention olfactive soutenue fluctuent, comme cela se passe dans le système visuel, et si ces fluctuations sont liées au mode d'échantillonnage rythmique du système olfactif : la respiration (Courtiol et al., 2011a,b) et 2) décrypter la dynamique neuronale de certaines structures impliquées dans une tâche d'attention olfactive soutenue chez le rongeur.

Les missions du/de la doctorant(e) consisteront donc 1) à mettre au point des études expérimentales (test comportemental, électrophysiologie, optogénétique) et collecter des données pour répondre à ces deux objectifs, 2) analyser les données et faire de la bibliographie, 3) présenter les travaux lors de conférences scientifiques et 4) rédiger des articles pour des revues scientifiques

Contexte de travail

Le/La doctorant(e) sera intégré(e) dans l'équipe CMO (Olfaction du codage à la mémoire) du CRNL, regroupant des chercheurs, enseignants-chercheurs et ingénieurs (https://www.crnl.fr/fr/equipe/cmo).
Le/La doctorant(e) participera à la vie du Centre (conférences,...) et travaillera sous la supervision d'Emmanuelle Courtiol.
La thèse s'inscrit dans le cadre du projet de recherche SniffAttention (Flairer des indices pour porter attention : l'olfaction comme un modèle de choix pour explorer les bases neurales de l'attention) financé par l'ANR et coordonné par le Dr. Emmanuelle Courtiol.
L'étudiant(e) sera rattaché(e) à l'École Doctorale Neurosciences et Cognition de Lyon (http://nsco.universite-lyon.fr/).

Informations complémentaires

Le/La candidat(e) devra être titulaire d'un Master 2 Recherche en neurosciences ou disciplines associées. Une expérience en comportement animal (rongeur) et/ou dans l'acquisition et l'analyse de données électrophysiologiques (LFP) serait un atout majeur. De plus, des compétences en programmation (python) seront appréciées.
Nous recherchons un(e) jeune chercheur(se) motivé(é) et impliqué(e) dans le projet pour notamment développer des tâches comportementales. Nous recherchons une personne faisant preuve de persévérance, d'organisation et d'une certaine autonomie. Cette personne devra également rendre compte des avancées de son travail avec son encadrante.
Le/la candidat(e) devra également démontrer d'excellentes qualités relationnelles au sein de notre équipe.
La maîtrise du français n'est pas obligatoire tant que le/la candidat(e) parle couramment l'anglais (à l'oral et à l'écrit). Les candidat(e)s hors de l'Union Européenne sont invités à candidater ; s'ils sont sélectionnés pour travailler sur le projet, ils devront obtenir un VISA (non pris en charge par le projet).

Les candidatures devront inclure un CV détaillé (avec notes du master) et une lettre de motivation (mentionnant le nom de deux personnes pouvant être contactées pour référence).

On en parle sur Twitter !