En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant.e en chimie organique (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 12 juillet 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR5278-EMMLAC0-004
Lieu de travail : VILLEURBANNE
Date de publication : mardi 21 juin 2022
Nom du responsable scientifique : Emmanuel Lacôte - Abderrahmane Amgoune
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Nous proposons donc d'utiliser la catalyse par les métaux de transition pour la synthèse de polyazanes linéaires et ramifiés. Nous allons particulièrement chercher à concevoir des réactions de couplage décarbonylant de liaisons N-N médiées par des complexes de nickel. Ces réactions, jamais décrites, permettront d'envisager l'assemblage de polyazanes caténés avec une grande économie d'atomes. Cela ouvrira un vaste nouvel espace structurel de molécules mal connues malgré leur intérêt potentiel en tant que ligands, building-blocks pour la synthèse de molécules bioactives etc.
Le.a candidat.e devra posséder de bonnes connaissances en chimie moléculaire. Une expérience en synthèse et / ou chimie organométallique sera un atout supplémentaire. Motivation pour la recherche, curiosité et esprit d'équipe seront vivement appréciés. Merci d'adresser une lettre de motivation, un CV détaillé ainsi que les coordonnées (e-mail et/ou téléphone) d'une personne susceptible de donner une appréciation sur le candidat.

Contexte de travail

La thèse sera menée conjointement au sein du LHCEP – qui est une unité mixte académique/industrielle (UCBL, CNRS, CNES, ArianeGroup) dont le cœur de compétence est dans la chimie des dérivés polyazotés riches en azote – et de l'ICBMS (UCBL, CNRS, CPE Lyon). Elle sera placée sous la double direction des Dr. A. Amgoune, spécialiste de catalyse organométallique et chimie verte – ici par les composés du nickel – et E. Lacôte, spécialiste de la chimie organique du groupe principal – ici l'azote –. Les laboratoires partagent des bâtiments sur le campus de La Doua (Université Claude Bernard-Lyon 1) à Villeurbanne et disposent de laboratoires de synthèse modernes, avec tout l'équipement nécessaire à la synthèse et à l'étude de ces nouveaux composés (RMN, DSC, etc.). La thèse offrira donc une formation en chimie organique verte.

Contraintes et risques

possibilité de travail en enceinte pyrotechnique pour certains composés

On en parle sur Twitter !