En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Docotrat - Thèse en co tutelle CNRS/G2Elab/NTU Singapour H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5269-NADMIC-004
Lieu de travail : GRENOBLE
Date de publication : mardi 1 octobre 2019
Nom du responsable scientifique : Nouredine HADJ SAID, Vincent DEBUSSCHERE
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 décembre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Dans un contexte où on considère qu'on peut isoler une partie d'un réseau de distribution pour
un fonctionnement autonome sur une période définie, la question se pose de définir quelle partie
du réseau isoler, dans quel contexte (sur quels critères) et dans quelles conditions
opérationnelles (autonomie d'énergie, limites de stabilité, limites de congestions sur le réseau,
sécurité du système électrique, etc.).
Un composant d'électronique de puissance est développé à NTU fonctionnant sur le principe
du « Soft Open Point » (SOP), faisant office de point de connexion entre une partie du réseau
apte à être isolé à un moment donné et le reste du réseau principal (on peut envisager plusieurs
points de connexion). Afin de dimensionner correctement ce composant, le travail de cette thèse
est de définir à minima un panel de scenarios d'usages qui permettront de définir un cahier des
charges strict. Ces scenarios seront également le cœur d'un système de gestion décentralisé à
vocation d'accompagner la transition du micro-réseau temporaire entre les deux modes :
connecté et autonome. Des critères principalement techniques et économiques seront considérés
dans ces recherches de fonctionnement optimaux, mais d'autres critères pourront être
considérés dans un second temps (comme des critères environnementaux en lien avec la
génération de CO équivalente du mix énergétique).

2
Au cours de la thèse, une expérimentation est prévue pour valider les méthodes de contrôle
optimales, les critères de transition entre les modes et le fonctionnement en intégrant le SOP
développé par NTU. Pour cela, le G2Elab possède une installation unique en France, présentant
un réseau de distribution réel dont l'intégralité des composants physiques sont contrôlables
localement ou à distance. Il est également possible d'y coupler des moyens de simulation temps-
réel pour pallier au manque de certains composants physiques particuliers.
A plus long terme, les études pourront également être utilisées afin d'analyser le
fonctionnement d'un réseau de distribution dont des parties peuvent s'isoler de façon volontaire
ou non, et donc en déduire des informations pertinentes sur le positionnement optimal des SOP
dans le réseau de distribution et pourquoi pas de leur nombre.

Contexte de travail

La thèse doit s'effectuer en cotutelle (ou à minima en co-encadrement) entre le G2Elab à
Grenoble et NTU Singapour. Une seconde thèse est lancée en parallèle à NTU (sur le
développement du composant d'électronique de puissance), qui devrait interagir avec celle-ci.
Dans le cas où une cotutelle est effectivement établie, à minima une année sera à passer à
Singapour (avec à la clé un double diplôme, de NTU et de l'Univ. Grenoble Alpes). Dans le cas
contraire, seules des missions courtes sont à prévoir à NTU, le reste des interactions ayant lieu
en visio-conférences : l'intégralité de la thèse s'effectuera au G2ELab, à Grenoble.

Contraintes et risques

Pas de risques particuliers sont à noter outre ceux liés à la possibilité de valider les travaux lors
d'expérimentations en basse tension (habilitation électrique nécessaire mais proposée par le
laboratoire).

On en parle sur Twitter !