En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorat en chimie biologique supramoléculaire H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
- Français-- Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 24 avril 2024

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler

Informations générales

Intitulé de l'offre : Doctorat en chimie biologique supramoléculaire H/F
Référence : UMR5247-SEBULR-004
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : MONTPELLIER
Date de publication : mercredi 3 avril 2024
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2024
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : La rémunération est d'un minimum de 2135,00 € mensuel
Section(s) CN : Chimie du vivant et pour le vivant : conception et propriétés de molécules d'intérêt biologique

Description du sujet de thèse

Aperçu du projet. La conception de vecteurs intelligents d’acides nucléiques qui se dégradent dans les cellules au bon endroit et dans les délais appropriés constitue un enjeu majeur actuel pour améliorer les performances des thérapies par acides nucléiques. Les stratégies actuelles permettent de libérer seulement 1 à 2 % des acides nucléiques dans les cellules, laissant ainsi d’énormes possibilités d’amélioration.
Ce projet de thèse s'appuie sur nos récentes réalisations dans la fabrication de conjugués peptidiques intelligents sensibles au pH comme vecteurs de siRNA (projet NanoCard, financé par l'ANR, 2022-2025, manuscrit en préparation). Dans ce nouveau projet, nous aborderons l'ingénierie de conjugués multidynamiques à base de peptides avec une sensibilité améliorée et une dégradation contrôlée. Le candidat se concentrera sur la mise en œuvre d'un riche ensemble de réactions covalentes dynamiques afin d'optimiser la sensibilité des vecteurs à divers processus de dégradation qui amélioreront la libération de siARN.
Les travaux porteront sur la synthèse de peptides modifiés et de conjugués covalents dynamiques (SPPS, chromatographies HPLC, RMN, LC-MS, spectroscopies UV-Vis), la détermination de leur cinétique de dégradation et l'évaluation in vitro de la complexation et de la libération des siRNA (électrophorèse sur gel, DLS, mesure du potentiel ζ).
Une étroite collaboration avec le doctorat miroir en biologie contribuera à ce projet interdisciplinaire.

Candidat(e). Vous êtes récemment diplômé (M.Sc., Ecole d’Ingénieur) avec d’excellentes connaissances théoriques et pratiques en chimie bioorganique (synthèse, purification, caractérisation). Vous avez un fort intérêt pour l'interface avec la biologie, avec une envie d'apprendre et de pratiquer. Vous êtes entreprenant, travaillant de manière autonome, prêt à prendre des initiatives et désireux de travailler dans un projet multidisciplinaire. Vous faites preuve d’un enthousiasme évident pour la recherche. Vous êtes un joueur d'équipe doté de très bonnes capacités de communication. La connaissance du français serait utile mais n'est pas indispensable. Date de début : octobre 2024 (flexible), salaire : env. 2100 €/mois.

Intéressé? Les candidatures au projet SMArT doivent contenir 1) une lettre de motivation, signée et datée, 2) un CV, et 3) les relevés de notes de L3, M1, M2 avec classements, et être envoyées par email à idil-team@umontpellier. fr. DATE LIMITE DE CANDIDATURE : 15 AVRIL 2024, 14h00. Pour plus d'informations, contactez le Dr Sébastien Ulrich (sebastien.ulrich@cnrs.fr).

Contexte de travail

Contexte. Le projet SMArT (Smart nanoparticles delivery siRNA to Treat gastrointestinal stromal Tumors) est financé par l'Inter-Driving & In-Lab Graduate Programme de l'Université de Montpellier avec 2 postes de doctorat miroirs à partir de 2024 : un en Chimie @IBMM (UMR5247, P.I. : Sébastien ULRICH) et un en Biologie @PhyMedExp (UMR9214, P.I. : Prisca BOISGUERIN).

Laboratoire d'accueil. L'Institut des Biomolécules Max Mousseron (IBMM) est dédié à la recherche sur les systèmes biomoléculaires pour des applications en santé. Dans ce contexte, nous développons des assemblages et conjugués covalents dynamiques pour des applications de délivrance de gènes (voir par exemple : Chem. Eur. J., 2023, 29, 7, e202202921 ; ChemBioChem, 2023, 24, 19, e202300333 ; Angew. Chem. Int (Ed., 2021, 60, 11, 5783-5787 ; Acc. Chem. Res., 2019, 52, 2, 510-519).

Contraintes et risques

n/a