En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorat - Mathématiques, Analyse des EDP - H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5219-STELEC-001
Lieu de travail : TOULOUSE
Date de publication : jeudi 11 avril 2019
Nom du responsable scientifique : Stefan Le Coz
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 septembre 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Les ondes périodiques sont des solutions des équations de Schrödinger non linéaires de type ondes progressives/stationnaires, c'est à dire qu'elles ont un profil fixe, éventuellement translaté ou tourné par le flot de l'équation, et ce profil est périodique (ou quasi-périodique) en espace. Les ondes périodiques sont la contrepartie dans le cadre périodique des ondes solitaires. Alors que l'analyse des ondes solitaires est bien développée depuis les travaux précurseurs des années 1980, l'étude des ondes périodiques en est encore à ses balbutiements. En effet, l'étude des ondes périodiques est intrinsèquement plus difficile que celle des ondes solitaires pour plusieurs raisons, par exemple l'analyse de modulation des ondes solitaires conduit en général à des équations différentielles ordinaires, alors que l'analyse des ondes périodiques conduit à des équations aux dérivées partielles. Le but de cette thèse est de faire avancer l'analyse des ondes périodiques des équations de Schrödinger non linéaires.

Contexte de travail

Le ou la futur doctorante sera inscrite à l'université Paul Sabatier Toulouse III et travaillera sur place sous la supervision de Stefan Le Coz. Au cours des trois années de la thèse, il ou elle passera plusieurs mois à l'université de Colombie britannique à Vancouver, où il ou elle travaillera sous la tutelle scientifique de Tai-Peng Tsai.

Contraintes et risques

Au cours des trois années de la thèse, le ou la doctorante passera plusieurs mois à l'université de Colombie britannique à Vancouver.

Informations complémentaires

Le ou la candidate devra être titulaire d'un diplôme de Master ou équivalent en mathématiques avant le début de la thèse. Un bon niveau d'anglais est attendu. Les candidatures devront inclure un CV détaillé, une lettre de motivation, les notes de Master 1 et de Master 2, ainsi que tout document démontrant l'adéquation du ou de la candidate pour le poste. De plus, deux lettres de recommandation devront être adressées directement par leurs auteurs à Stefan Le Coz (stefan.le-coz@math.univ-toulouse.fr).

La revue des candidatures commencera à partir du 13 mai et continuera jusqu'à ce que le poste soit pourvu.

On en parle sur Twitter !