En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

(H/F) Offre de thèse : Rôle de la conduction osseuse dans le contrôle de la voix (parole, chant) et de l'expression musicale

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 11 octobre 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR5216-CHRROM-021
Lieu de travail : ST MARTIN D HERES
Date de publication : mardi 20 septembre 2022
Nom du responsable scientifique : Pierre BARADUC / Nathalie HENRICH BERNARDONI
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 décembre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Ce projet vise à comprendre comment une personne, enfant ou adulte, apprend à contrôler la production orale (parole, chant, musique instrumentale) avec une information acoustique (aérienne + par conduction osseuse) différente de celle qu'il cherche à communiquer à l'auditeur (aérienne seulement). Il conjugue expérimentation chez l'homme et modélisation. D'un point de vue expérimental, le.a doctorant.e enregistrera et analysera les vibrations osseuses chez l'homme pendant des tâches de parole, chant ou musique, développera une nouvelle méthode de modification sensorielle afin de caractériser les ajustements comportementaux à une perturbation du retour par conduction osseuse, et testera la perception auditive de reconstructions du retour acoustique complet. D'un point de vue théorique, le traitement du signal, les statistiques et la théorie de l'information seront mises à profit pour séparer l'information sensorielle portée par la composante aérienne vs. osseuse et clarifier l'impact de leur différence.

Contexte de travail

Le Gipsa-lab est une unité de recherche commune CNRS, Grenoble-INP (Institut de Technologie de Grenoble), Université de Grenoble conventionnée l'Inria et l'Observatoire des Sciences de l'Univers de Grenoble.

Avec 350 personnes dont environ 150 doctorants, Gipsa-lab est une unité de recherche multidisciplinaire développant à la fois des recherches fondamentales et appliquées sur des signaux et des systèmes complexes.


Gipsa-lab développe des projets dans les domaines stratégiques de l'énergie, de l'environnement, de la communication, des systèmes intelligents, de la vie et de la santé et de l'ingénierie linguistique.

Par ses activités de recherche, Gipsa-lab maintient un lien constant avec l'environnement économique grâce à un partenariat fort avec les entreprises.


Le personnel du Gipsa-lab est impliqué dans l'enseignement et la formation dans les différentes universités et écoles d'ingénieurs de l'agglomération grenobloise (Université Grenoble Alpes).


Gipsa-lab est internationalement reconnu pour la recherche réalisée en Automatique et Diagnostic, Sciences de l'Information et de l'Image du Signal, Parole et Cognition. L'unité développe sa recherche au travers de 16 équipes organisées en 4 pôles de recherche :
.Automatique et Diagnostic
.Sciences des Données
.Géométries, Apprentissage, Information et Algorithmes
.Paroles et Cognition

Le Gipsa-lab regroupe 150 permanents et environ 250 non permanents (doctorants, post-doctorants, chercheurs invités, personnel administratifs et techniques, stagiaires en master…)

Contraintes et risques

Contraintes : Respect de l'éthique de l'expérimentation humaine. Risques: contacts avec les sujets d'expérience. En cas de flambée de Covid, certaines expériences pourraient devoir être annulées et le travail se déporter sur de la modélisation.

On en parle sur Twitter !