En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Contrat doctoral sur l'origine des outils cognitifs pour la quantification (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : lundi 3 mai 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5199-FRADER-002
Lieu de travail : PESSAC
Date de publication : lundi 22 mars 2021
Nom du responsable scientifique : Francesco d'Errico
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 septembre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Les nombres sont omniprésents dans notre monde moderne et globalisé et jouent un rôle fondamental dans son fonctionnement. La quantification - c'est-à-dire la capacité à représenter, penser et à exprimer symboliquement des faits liés aux quantités - est un phénomène universel qui se manifeste à un certain degré dans toutes les cultures et toutes les langues. Alors que les mots pour quantifier sont appris dans le cadre du langage naturel, même sans pratique de l'écriture ou d'une scolarité, l'acquisition des chiffres nécessite un enseignement (souvent par le biais d'un apprentissage ou d'une scolarité institutionnelle). La maîtrise d'un système numérique ouvre la voie à la connaissance des chiffres, c'est-à-dire à la capacité exclusivement humaine d'évaluer, de mémoriser et de transmettre des quantités discrètes de manière exacte. Cela soulève une question fascinante sur l'émergence du phénomène : si notre capacité à compter est un outil cognitif essentiel, comment un tel outil a-t-il pu être inventé en premier lieu ? En d'autres termes : quand, où, comment et pourquoi les humains ont-ils fait la transition entre les quantificateurs naturels et la quantification symbolique exacte avec les chiffres ? Reconstruire l'évolution des outils cognitifs de quantification en tant que produits des pratiques culturelles et de leurs implications cognitives est l'objectif principal du projet ERC Synergy QUANTA. Hautement interdisciplinaire, ce projet impliquera des chercheurs seniors, des post-docs et des doctorants de quatre institutions de recherche (CNRS-Université de Bordeaux, Université de Bergen, Université de Californie San Diego, et Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology, Leipzig).
Le doctorant à Bordeaux contribuera à cet effort global en menant des recherches sur les plus anciens systèmes de quantification connus, datés du Paléolithique supérieur et peut-être du Paléolithique moyen. La recherche comprendra l'analyse taphonomique et technologique d'objets paléolithiques et ethnographiques en os, ivoire, bois de cerf et pierre, la création de protocoles expérimentaux pour guider l'interprétation des découvertes archéologiques, l'étude morphométrique de séries de marques archéologiques et expérimentales selon les principes de la loi de Weber-Fechner, l'application d'analyses statistiques multivariées à partir des données dérivées de la morphométrie géométrique, et l'analyse microscopique d'objets archéologiques et expérimentaux à l'aide de microscopes optiques, confocaux et électroniques à balayage. Les résultats seront analysés à la lumière de modèles et de scénarios théoriques sur l'évolution des moyens de quantification et des grilles conceptuelles développées par les cogniticiens pour caractériser la performance des outils cognitifs de quantification.
Le candidat retenu sera titulaire d'un MA ou d'un MSc en préhistoire, archéologie, paléoanthropologie ou sciences cognitives. Il/elle aura idéalement une expertise dans le paléolithique européen et africain, la taphonomie osseuse, l'analyse technologique des objets en os archéologiques et un intérêt marqué pour l'évolution de la cognition humaine.

Contexte de travail

Le doctorant travaillera à Bordeaux sous la supervision de Francesco d'Errico (CNRS UMR 5199 PACEA, Université de Bordeaux) et Andrea Bender (Université de Bergen) en collaboration avec d'autres membres de l'équipe bordelaise de QUANTA

Contraintes et risques

Le candidat sera motivé pour voyager en Europe et en Afrique, sera prêt à effectuer des stages dans les autres institutions d'accueil impliquées dans QUANTA, et maîtrisera l'anglais écrit et parlé, et de préférence aussi le français.

On en parle sur Twitter !