En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Résilience de l'agriculture face aux changements climatiques -- Thèse 2 (H/F), agroécosystèmes du nord Maroc

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5175-DELREN-002
Lieu de travail : MONTPELLIER
Date de publication : jeudi 14 février 2019
Nom du responsable scientifique : Delphine Renard
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 juillet 2019
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 1 768,55 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Nous recherchons un/une étudiant(e) enthousiaste et talentueux(se) pour un poste de doctorat entièrement financé dans le cadre d'un projet interdisciplinaire. Ce projet s'intéresse aux usages de l'agrobiodiversité dans l'objectif d'améliorer la résilience des systèmes agricoles et alimentaires face aux changements climatiques. Le(a) candidat(e) retenu(e) travaillera avec Delphine Renard et Doyle McKey (écologues), Sophie Caillon et Yildiz Aumeeruddy-Thomas (ethnoécologues) au Centre d'Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (CEFE) de Montpellier en France. Le CEFE est actuellement le plus grand centre de recherche français en écologie. L'étudiant fera partie de l'école doctorale GAIA pour les sciences de la vie et de l'environnement et les sciences technologiques à l'Université de Montpellier, qui est la première au monde en écologie d'après le classement des universités de Shanghai.

Description
Assurer la sécurité alimentaire d'une population en croissance démographique, dans un climat qui change, est l'un des plus grands défis sociétaux. Les projections climatiques suggèrent que les impacts sociaux et environnementaux sur l'agriculture seront importants et diversifiés: la pauvreté, la malnutrition et les troubles politiques. L'objectif principal du doctorant(e) sera d'évaluer le potentiel de l'agrobiodiversité pour réduire les risques climatiques et ainsi assurer une sécurité alimentaire viable. Son travail visera à mieux comprendre (1) les liens entre l'agrobiodiversité, la production alimentaire et la variabilité climatique, (2) la manière dont les petits exploitants agricoles perçoivent les changements climatiques et (3) les processus de création, de transmission et d'application des savoirs locaux par ces exploitants pour s'adapter et innover afin de réduire l'exposition et limiter les impacts d'une variabilité climatique accrue.
Ces questions seront abordées selon une approche terrain, plus spécifiquement au sein d'un système agricole de subsistance au Maroc. Le(a) doctorant(e) utilisera des approches quantitatives (collecte de données écologiques et agronomiques, SIG et éventuellement télédétection) pour mesurer l'agrobiodiversité et la productivité agricole in situ. Il/elle combinera cette étude avec des approches ethnoécologiques qualitatives et quantitatives pour identifier les perceptions locales des changements climatiques et les mesures prises par les agriculteurs pour réduire les risques climatiques. Ces méthodes incluent des entrevues ouvertes et des questionnaires portant sur les réseaux sociaux, des listes libres et des méthodes de consensus élaborées par l'équipe de recherche. Les spécificités du projet de thèse :

Agroécosystèmes du nord du Maroc : contribution de l'agrobiodiversité et des connaissances locales à l'adaptation aux changements climatiques et à la durabilité des systèmes alimentaires. Ces agroécosystèmes marocains comptent parmi les systèmes agricoles les plus diversifiés de la région méditerranéenne, combinant de multiples espèces d'arbres, des céréales, des légumineuses et un pastoralisme à petite échelle dans un paysage écologiquement hétérogène. Le(a) doctorant(e) se concentrera sur la façon dont les agriculteurs utilisent l'agrobiodiversité pour s'adapter aux risques climatiques. Un autre objectif est d'évaluer les valeurs multiples de l'agroécosystème et de sa diversité, y compris les valeurs économiques et relationnelles, ainsi que les bénéfices apportés au bien-être des populations.
Ce sujet de thèse sera conduit en parallèle d'une autre thèse sur des systèmes viticoles français (voir autre sujet de thèse).

L'étudiant(e) recevra une formation de pointe en recherche interdisciplinaire à l'interface entre l'anthropologie, la géographie et l'écologie. Le(a) candidat(e) acquerra des compétences dans l'étude des savoirs locaux, des sciences du climat et des liens entre la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes dans les systèmes cultivés. Il y aura de nombreuses possibilités pour suivre des cours avancés, des ateliers et des conférences. Le(a) candidat(e) retenue s'engage à mener des recherches scientifiques originales en étroite collaboration avec les autres doctorants, post-doctorants et chercheurs impliqués dans le projet ainsi qu'indépendamment, à rendre compte de ses recherches dans des publications et présentations internationales, et à en présenter les résultats dans une thèse de doctorat, qui doit être terminée en trois ans.
Qualifications requises
Le(a) candidat(e) idéal(e) doit être très motivé(e), travailleur(se) et créatif(ve), et avoir de fortes affinités pour des approches interdisciplinaire, bioculturelle et participative/collaborative. Il/elle doit avoir les qualifications générales requises suivantes :
- Un Master en écologie, agronomie, géographie, ethnoécologie, anthropologie ou dans des disciplines connexes ;
- L'envie de travailler de façon autonome et en équipe ;
- La capacité de travailler sur le terrain pendant de longues périodes et la capacité d'adaptation à des contextes sociaux divers ;
- De l'expérience en matière d'enquêtes de terrain, de SIG et d'analyses statistiques sera un atout.
- D'excellentes aptitudes à communiquer, tant à l'oral qu'à l'écrit, en français et en anglais.
- La possession d'un permis de conduire

Candidature
La date de début du doctorat que nous privilégions est juillet 2019. Nous recevrons les demandes jusqu'au 15 mars 2019, mais les candidatures seront prises en considération lorsqu'elles seront reçues. Votre candidature à ce poste doit être compilée en un seul fichier pdf, dans la langue de votre choix (français ou anglais), et inclure :
- Un curriculum vitae
- Une lettre d'accompagnement expliquant votre expérience antérieure et votre motivation pour le projet de doctorat.
- Un paragraphe détaillant votre plan de recherche, les questions que vous aimeriez idéalement aborder en relation avec le sujet de doctorat.
- Vos relevés de notes
- Les coordonnées de deux personnes-ressources universitaires qui peuvent fournir des renseignements sur votre aptitude à occuper le poste.

Pour plus d'informations :
Delphine Renard : delphine.renard@cefe.cnrs.fr

Contexte de travail

Conditions d'emploi
Le financement est accordé par la région Occitanie dans le cadre d'un projet plus vaste soutenu par Investissements d'Avenir, plus spécifiquement le programme Make Our Planet Great Again (projet AgrobiodiverSity for a food SEcure planeT, ASSET). Le salaire offert sera de 1 768,55 € brut par mois (1 421,89 € net par mois) pendant les trois années du projet. L'étudiant(e) bénéficiera de prestations sociales (y compris l'assurance maladie française). Montpellier est un haut lieu de la recherche en écologie et en ethnoécologie, et une localité très dynamique et agréable pour réaliser son doctorat. Pour plus de détails sur le CEFE, veuillez consulter le site : https://www.cefe.cnrs.fr/en/

Contraintes et risques

Travail de terrain

On en parle sur Twitter !