En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorat en géo-archéologie H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 22 octobre 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5133-JOHLHU-001
Lieu de travail : LYON 07
Date de publication : vendredi 1 octobre 2021
Nom du responsable scientifique : Johanna Lhuillier et Michel Rasse
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 décembre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Titre provisoire : « Trajectoires de l'adaptation en domaine de piémont semi-aride : géohistoire de l'irrigation en province du Surkhan Darya (Ouzbékistan) ».
Description : Le sujet de thèse proposé porte sur l'étude des trajectoires de l'occupation humaine dans le piémont du Kugitangtau, au travers d'une étude de l'évolution des pratiques agricoles, en particulier d'irrigation, de l'âge du Bronze jusqu'à nos jours. Les réseaux irrigués successifs, leurs vestiges et leurs traces dans les paysages constitueront ainsi la clef d'entrée principale d'une recherche portant sur les modalités d'interactions entre sociétés et environnements dans un milieu contraint par la topographie et la saisonnalité marquée des précipitations. Bien que l'analyse porte sur la longue durée (environ 4200 ans), deux périodes clefs de transformations des relations sociétés/environnements seront plus spécifiquement prise en compte : la période du Bronze moyen à la fin de la période Achéménide, surtout le second millénaire av. J.-C., qui fera l'objet d'une étude approfondie en lien avec la fouille de sites de l'âge du Fer ancien menées par la Misson Archéologique Française de Bactriane Protohistorique (MAFBAP, dir. Johanna Lhuillier) ; les 20e et 21e s., dont les transformations intensives des environnements et des paysages occultent partiellement les organisations socio-spatiales et socio-environnementales antérieures. Les travaux viseront donc à documenter à la fois l'évolution des conditions environnementales (paléoenvironnement), les réseaux et les pratiques anciennes (géoarchéologie et géohistoire de l'irrigation), et les évolutions récentes des paysages et des pratiques (géographie et géomorphologie dynamique). Les résultats attendus permettront de mettre en question les notions de déterminisme environnemental, de possibilisme et de construction de niche, et d'analyser les stratégies de résilience et d'adaptation de sociétés montagnardes sur la longue durée.

Contexte de travail

Le/la doctorant·e sera inscrit·e à l'université Lumière Lyon 2 et ses recherches de doctorat contribueront au projet ANR TransOxus - Resilience of Protohistoric Societies: Adaptation Strategies and cultural Transformation during the 2nd Millennium BCE in southern Central Asia (dir. Johanna Lhuillier) qui est à l'origine du financement du contrat, ainsi qu'aux travaux archéologiques de la MAFBAP. Elle/il sera supervisé·e par Michel Rasse (géographe, Archéorient), Johanna Lhuillier (archéologue, Archéorient) et Maël Crépy (géographe, géoarchéologue, IFAO et Archéorient). L'équipe est constituée par des spécialistes issues de disciplines diverses (archéologie, archéobotanique, céramologie, géoarchéologie, géographie, géomatique, géophysique) et propose ainsi une ouverture pluridisciplinaire large.

Contraintes et risques

La réalisation de la thèse nécessitera de séjourner plusieurs mois en Ouzbékistan, durant les travaux de la MAFBAP et lors de séjours de recherche en archives et en centres de documentations.

Informations complémentaires

Le/la candidat·e devra, au moment de la candidature, être titulaire d'un master (ou diplôme équivalent) de géographie incluant une forte composante recherche. Les travaux de doctorat envisagés reposent sur des compétences diversifiées et une expérience solide en :
- Analyses sédimentologiques en laboratoire ;
- Traitement et interprétation d'images satellitaires ;
- Recherche et exploitation d'archives, en particulier cartographiques ;
- Géomatique (traitements vecteurs et rasters) ;
- Géoarchéologie de terrain.
Par ailleurs, la maîtrise de l'anglais (niveau B2 minimum) est nécessaire. Des notions d'ouzbek et/ou de russe sont également souhaitables.
Le poste nécessite une connaissance des contextes environnementaux propres à l'Asie centrale, et particulièrement au sud de l'Ouzbékistan, et/ou une expérience antérieure de travail sur/dans ces milieux.
Enfin, une appétence à travailler en équipe et en contexte pluridisciplinaire et une culture archéologique et/ou historique de l'Asie centrale apparaissent essentielles à la réussite de la thèse proposée.

On en parle sur Twitter !