En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

CDD Doctorant (H/F) : Nanofabrication avec des copolymères à blocs par le biais de manipulations contrôlées des interfaces et du mouillage.

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 18 mai 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR5129-MARCLO-054
Lieu de travail : GRENOBLE
Date de publication : mercredi 27 avril 2022
Nom du responsable scientifique : ZELSMANN Marc
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Les nanostructures formées par l'auto-assemblage de copolymères à blocs (BCPs) devraient permettre une nouvelle génération de nanofabrication avec des applications en biologie, en optique ou en microélectronique. Ces opportunités pour les nanotechnologies BCP sont liées à la formation de motifs périodiques bien ordonnés dans une configuration de films minces. En effet, la force motrice thermodynamique conduisant à la ségrégation des chaînes BCP sous la forme de nanodomaines chimiquement dissemblables peut donner lieu à une organisation utilisée ensuite comme masque de nanolithographique. Avec l'avènement des systèmes BCP avec des résolutions inférieures à 10 nm, les manipulations d'interface par le traitement du substrat et l'utilisation de surcouches sont devenues un aspect critique pour obtenir des films nanostructurés uniformes. Néanmoins, l'interaction entre l'auto-assemblage de BCP à l'échelle nanométrique et le mouillage de la couche de polymère orientée perpendiculairement au substrat manque clairement de compréhension fondamentale, alors qu'elle est d'une importance cruciale pour contrôler la stabilité (thermo)dynamique de tels films ou pour réaliser des nano-architectures (3D) complexes basées sur des modifications locales des interfaces et/ou du mouillage. En effet, le démouillage des films de BCP est fréquent et pourrait être exploité afin d'étendre la portée des nanostructures obtenues par auto-assemblage de BCPs.
En conséquence, cette thèse sera consacrée à :
(1) la compréhension approfondie des phénomènes de mouillage et d'auto-assemblage pour les films minces de BCP en mettant l'accent sur leurs relations complexes.
(2) au développement de matériaux et de processus connexes afin de proposer de nouveaux schémas de nanofabrication. En particulier, il est prévu de réaliser l'ordonnancement à longue portée de lamelles perpendiculaires par lithographie de la couche supérieure.
- Des connaissances en nanofabrication/microfabrication en salle blanche sont les bienvenues.
- Chimie des polymères ou physico-chimie des surfaces.
- Des compétences expérimentales et une bonne connaissance de l'anglais sont attendues.

Contexte de travail

Ce projet est développé dans le cadre du projet Bonsai financé par l'ANR qui regroupe 4 laboratoires reconnus dans le domaine (LTM Grenoble, LCPO Bordeaux, PIMM Paris, LPS Saclay, 2022-2025).
Les travaux seront répartis entre Bordeaux (synthèse et caractérisation des polymères) et Grenoble (procédés de nanofabrication dans les salles blanches du CEA-LETI-Minatec) : 20% / 80%.
Le Laboratoire des Technologies de la Microélectronique (LTM) est un laboratoire de recherche publique affilié au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS, "Institut des sciences de l'ingénierie et des systèmes") et à l'Université Grenoble Alpes. Il a été créé en 1999 et est hébergé au sein du campus CEA-LETI-MINATEC (10 000 m2 de salles blanches, 2400 chercheurs, 1200 étudiants et 600 industriels travaillant sur les micro et nanotechnologies). Son personnel est composé de 30 scientifiques permanents / maîtres de conférences / professeurs, 18 techniciens et ingénieurs, 31 docteurs et 16 membres post-doctoraux. L'objectif principal du LTM est de contribuer au développement des matériaux et des technologies nécessaires aux applications de la nanoélectronique et des nanotechnologies.

Contraintes et risques

néant

On en parle sur Twitter !