En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorat "Modèles moyennés pour Poisson-Nernst-Planck et récupération d'énergie des gradients salins par échangeur nano-fluidique" (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
- Français-- Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 31 juillet 2024 23:59:00 heure de Paris

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler

Informations générales

Intitulé de l'offre : Doctorat "Modèles moyennés pour Poisson-Nernst-Planck et récupération d'énergie des gradients salins par échangeur nano-fluidique" (H/F)
Référence : UMR5127-DIDBRE0-001
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : LE BOURGET DU LAC
Date de publication : mercredi 10 juillet 2024
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2024
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : La rémunération est d'un minimum de 2135,00 € mensuel
Section(s) CN : Mathématiques et interactions des mathématiques

Description du sujet de thèse

Il s'agit d'une thèse pluri-disciplinaire à enjeu envionnemental avec 3 co-encadrant(e)s : D. Bresch (LAMA, USMB), E. Charlaix (Liphy, UGA), M. Kazakova (LAMA, USMB) avec spécialités scientifiques extrêmement complémentaires permettant de couvrir modélisation, analyse mathématique, analyse numérique et simulation numérique tout en pouvant bénéficier de données expérimentales par les collaborateurs-collaboratrices d'E. Charlaix. La principale méthode pour récupérer l'énergie des gradients salins (énergie libre basée sur l'entropie de mélange) est basée sur des membranes qui laissent passer soit l'eau seule, soit un seul type d'ion du fait de leurs charges de surface interne. Le projet porté par E. Charlaix est de remplacer la membrane par un échangeur nanofluidique, où l'effort porte sur l'organisation d'une circulation fluide contrôlée depuis la plus petite échelle pour diminuer au maximum les couches limites et récupérer le courant directement à la sortie des nano-pores, tout en ne dépensant pas trop d'énergie mécanique pour cela. C'est dans ce cadre que se situe cette thèse en apportant une composante mathématique dans un travail multi-disciplinaire avec un enjeu applicatif de premier ordre. Il s'agit là d'un sujet autour des équations aux dérivées partielles : plus exactement équation de Stokes avec terme de force électrostatique en volume, + convection-diffusion + équation de Poisson (d'où non-linéarité).

Contexte de travail

LAMA UMR5127 CNRS en co-encadrement.
Le LAMA (Laboratoire de Mathématiques) est une unité mixte de recherche CNRS et Université Savoie Mont Blanc (USMB). Il est organisé autour de trois équipes de recherche qui travaillent en mathématiques pures (GEO), mathématiques appliquées (EDPs²) et mathématiques et informatique (LIMD).
La doctorante ou le doctorant travaillera au sein de l'équipe EDPs² du LAMA. Le laboratoire se situe sur le campus universitaire Savoie Mont Blanc au Bourget du Lac.

Le poste se situe dans un secteur relevant de la protection du potentiel scientifique et technique (PPST), et nécessite donc, conformément à la réglementation, que votre arrivée soit autorisée par l'autorité compétente du MESR.

Contraintes et risques

Déplacements en conférences.
Moyens mis à disposition : Bureau, ordinateur. Accès à la bibliothèque de l’USMB et du LAMA.

Le poste se situe dans un secteur relevant de la protection du potentiel scientifique et technique (PPST), et nécessite donc, conformément à la réglementation, que votre arrivée soit autorisée par l'autorité compétente du MESR.

Informations complémentaires

Thèse financée dans le cadre des programmes et équipements prioritaires de recherche (PEPR) : PEPR MathViVEs.