En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

H/F: Doctorant(e) : Étude théorique des interactions nucléaires pilotées par laser

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
- Français-- Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 18 avril 2024

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler

Informations générales

Intitulé de l'offre : H/F: Doctorant(e) : Étude théorique des interactions nucléaires pilotées par laser
Référence : UMR5107-SOPHEU0-051
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : TALENCE
Date de publication : jeudi 28 mars 2024
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2024
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : La rémunération est d'un minimum de 2135,00 € mensuel
Section(s) CN : Interactions, particules, noyaux du laboratoire au cosmos

Description du sujet de thèse


Presque tous les efforts visant à réaliser une production d’énergie basée sur la fusion impliquent la fusion thermique de deux isotopes de l’hydrogène – le deutérium et le tritium (fusion DT). En raison des progrès récents de la technologie laser – et en particulier de l’amplification pulsée chirpée (CPA) – on pense désormais qu’une voie viable, bien que difficile, vers la fusion peut reposer sur la fusion de l’hydrogène (H) avec du bore (B). La réaction de fusion HB possède le principal avantage d’être aneutronique, c’est-à-dire qu’elle ne libère pas de neutrons énergétiques. Cela éliminerait pratiquement l’impact environnemental néfaste associé au rayonnement neutronique (activation des matériaux) et, globalement, améliorerait considérablement la sécurité opérationnelle et réduirait considérablement la production de déchets radioactifs.

La clé pour libérer le potentiel de la fusion HB est de s’éloigner de l’équilibre thermique en fournissant aux réactifs l’énergie cinétique nécessaire à la fusion non pas par le mouvement thermique mais par l’accélération du champ électromagnétique. Alors que les systèmes laser pétawatt ont déjà été utilisés pour des expériences de fusion fournissant des résultats intéressants, il existe un fort besoin d'explorer le vaste espace de paramètres (en termes de durée d'impulsion, de puissance de crête, de géométrie de focalisation) nécessaire pour optimiser le processus de génération de particules afin pour permettre la fusion HB dans un environnement contrôlé. Ce projet est en collaboration avec le Centro de Laseres PUlsados (CLPU), Salamanque, Espagne et HB11 Energy Pty Ltd, Sydney, Australie.

Contexte de travail

Bourse de thèse en cotutelle:
Université de Bordeaux
University of New South Wales (UNSW)

Le poste se situe dans un secteur relevant de la protection du potentiel scientifique et technique (PPST), et nécessite donc, conformément à la réglementation, que votre arrivée soit autorisée par l'autorité compétente du MESR.