En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Offre de thèse – Immunologie infectieuse & biologie cellulaire et moléculaire (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 29 juin 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5089-YOAROM-004
Lieu de travail : TOULOUSE
Date de publication : mardi 8 juin 2021
Nom du responsable scientifique : Dr. Yoann Rombouts et Dr. Olivier Neyrolles
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

La tuberculose est une des dix causes majeures de mortalité dans le monde, et la première cause de mortalité due à un agent infectieux unique, Mycobacterium tuberculosis (Mtb). Nous avons récemment identifié le récepteur DCIR (« Dendritic Cell ImmunoReceptor ») comme un acteur clé de la réponse immunitaire et inflammatoire induite par Mtb. Ce projet de thèse vise à étudier précisément la fonction de DCIR dans la réponse immunitaire anti-mycobactérienne à l'échelle moléculaire, cellulaire et de l'organisme. Le/la candidat(e) sera également chargé(e) de générer des anticorps thérapeutiques et/ou ligand synthétiques qui ciblent DCIR et de tester leur potentiel thérapeutique au cours d'une infection par Mtb. Ce projet apportera des connaissances fondamentales et des outils moléculaires clés pour le développement de nouvelles thérapies non seulement contre la tuberculose, mais aussi contre d'autres maladies inflammatoires.

Contexte de travail

La thèse sera encadrée par le Dr. Yoann Rombouts, Chargé de Recherche au CNRS, et le Dr. Olivier Neyrolles, Directeur de Recherche au CNRS, au sein de l'équipe « Interactions des mycobactéries avec les cellules-hôte » de l'Institut de pharmacologie et de biologie structurale (IPBS), à Toulouse en France.

L'IPBS est un centre de recherche conjoint du CNRS et de l'Université de Toulouse au cœur du campus principal de l'Université Toulouse III-Paul Sabatier, qui propose une formation pluridisciplinaire de haut niveau dans les domaines des sciences, de la santé et de l'ingénierie. L'IPBS accueille actuellement plus de 250 personnels scientifiques et administratifs, dont plus de 40 doctorants et post-doctorants de nationalités multiples. L'IPBS comprend 16 groupes de recherche travaillant dans les domaines de l'inflammation, des infections et du cancer, ainsi que 4 plateformes de pointe en protéomique, biophysique et biologie structurale, imagerie moléculaire et cellulaire et exploration fonctionnelle, y compris en laboratoires BSL-3 pour l'étude des maladies infectieuses (tuberculose, SIDA, COVID-19).
http://www.ipbs.fr/ipbs-toulouse

Au sein de l'IPBS, les recherches de l'équipe « Interactions des mycobactéries avec les cellules-hôte » visent à comprendre les interactions hôte-pathogène dans la tuberculose aux niveaux moléculaire et cellulaire, de la découverte de nouveaux gènes de virulence dans Mycobacterium tuberculosis à l'identification des mécanismes immunitaires impliqués dans la défense de l'hôte contre le pathogène, avec l'objectif global de proposer de meilleures stratégies pour contrôler la maladie.
http://www.ipbs.fr/fr/interactions-des-mycobacteries-avec-les-cellules-hote

En plus de son travail expérimental, le doctorant participera aux réunions hebdomadaires d'équipe, aux séminaires à l'institut, et à des congrès nationaux ou internationaux. De plus, un comité de thèse sera mis en place pour le suivi d'avancement des recherches du doctorant.

Contraintes et risques

La bactérie Mycobacterium tuberculosis étant un pathogène humain, une grande partie du travail du candidat sera réalisée dans un laboratoire et une animalerie de confinement de niveau 3.

Informations complémentaires

Nous recherchons un(e) candidat(e):
- avec des connaissances solides en immunologie et physiopathologie
- Motivé(e) par les approches d'expérimentation in vivo, la cytométrie en flux et la biologie cellulaire. Une expérience en expérimentation animale serait un plus.
- Curieux/Curieuse, avec un esprit critique et de bonnes capacités de rédaction et de communication.

On en parle sur Twitter !