En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Thèse de doctorat en immunologie et maladies infectieuses H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 25 août 2022

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR5089-ETIMEU-003
Lieu de travail : TOULOUSE
Date de publication : jeudi 4 août 2022
Nom du responsable scientifique : Etienne Meunier
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 octobre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Acronyme : PSICOPAK
Impact PhySIopathologique du COntrôle de l'inflammasome par les kinases PAK dans le psoriasis

En affectant plus de 3% des adultes dans la population humaine, le psoriasis est l'une des maladies de peau les plus courantes. Des preuves d'une prédisposition génétique ont émergé avec l'association des polymorphismes des récepteurs NOD-like NLRP1 et NLRP3 formant des inflammasomes avec un risque plus élevé de psoriasis. De plus, la dérégulation des RhoGTPases a également été associée au psoriasis en plaque chez l'homme. Rac1 a été trouvé suractivé dans la peau et dans les kératinocytes isolés des lésions psoriasiques humaines. De plus, la surexpression d'un mutant activé de Rac spécifiquement dans les kératinocytes dans un modèle de souris transgénique, mime le psoriasis humain. Aujourd'hui, le lien existant entre l'activation de Rac, l'activation des inflammasomes NLRP1 et NLRP3 et le phénotype inflammatoire de type psoriasis n'est toujours pas clair. Notre hypothèse est que l'axe de signalisation Rac-Pak-inflammasome détermine le phénotype de type psoriasis observé chez la souris ainsi que le psoriasis chez l'homme et pourrait être une nouvelle cible pour traiter le psoriasis chez les patients. Ici, sur la base de données préliminaires solides, nous proposons un consortium multidisciplinaire qui disséquera la régulation des inflammasomes par Pak1 dans le contexte du psoriasis au niveau moléculaire, in vivo chez la souris ainsi qu'en utilisant des échantillons de patients.

Contexte de travail

L'IPBS est un institut de recherche pluridisciplinaire dont les thématiques vont de la compréhension des mécanismes moléculaires régissant le vivant aux implications physiopathologiques incluant cancer, infections, inflammation.
Le sujet propose d'aborder spécifiquement l'étude d'un nouveau complexe inflammatoire et les interactions entre ce complexe et la susceptibilité aux infections microbiennes mais également son implication dans le développement de pathologies pulmonaires et cutanées (psoriasis).

Contraintes et risques

L'etudiant(e) sera emmené à travailler sur des virus de classe 3 (SARS-CoV2, Influenza), bactéries de classes 2 (Pseudomonas, S. aureus, C. violaceum, B. cenocepaciae, M. abscessus, F. novicida) et 3 (M. tuberculosis) en zone à accès restreint

Informations complémentaires

Ne pas contacter directement les recruteurs. Utiliser le portail de dépôt de candidatures prévu à cet effet.

On en parle sur Twitter !