En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

Doctorant en physiopathologie / Régénération musculaire et adipocytes (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : vendredi 10 février 2023

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Informations générales

Référence : UMR5070-AMAGIR-001
Nombre de Postes : 1
Lieu de travail : TOULOUSE
Date de publication : vendredi 20 janvier 2023
Nom du responsable scientifique : Amandine GIROUSSE
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 mars 2023
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Un contrat doctoral de trois ans sur projet ANR est ouvert pour des candidats (F/H) motivés et talentueux intéressés par la biologie des cellules stromales du tissu adipeux et la régénération musculaire pour un projet qui sera exécuté conjointement au Centre de Recherche en Géroscience et Réjuvénation (Restore) et à l'Institut des Maladies Métaboliques et Cardiovasculaires (I2MC) à Toulouse, France.
Ce projet sera exécuté dans l'équipe 1 STROMAGICS dirigée par le Dr Coralie Sengenès
Unité RESTORE UMR5070, (https://restore-lab.fr/recherche/stromagics/) et encadré par les Dr Amandine GIROUSSE et Coralie Sengnès.
Le projet s'intéresse à la régénération des muscles squelettiques. Les conditions dégénératives musculaires sont le plus souvent caractérisées par un dépôt de graisse ectopique, sous forme de véritables adipocytes entre les fibres musculaires, et qui est largement associé à la perte des fonctions mécaniques et métaboliques du muscle squelettique. Cependant, de manière totalement inattendue, une accumulation transitoire d'adipocytes ectopiques est également décrite dans les muscles squelettiques sains au cours du processus de régénération survenant après une blessure dont l'origine et le rôle fonctionnel n'ont jamais été documentés mais qui laisse supposer leur rôle bénéfique.
Nous avons récemment démontré que le tissu adipeux sous-cutané est capable de libérer des précurseurs d'adipocytes, appelés cellules souches/stromales adipeuses (ASCs), qui infiltrent le muscle très rapidement après une blessure pour soutenir sa régénération (Sastourné-Arrey et al. Nat.Comm 2023. https://doi.org/10.1038/s41467-022-35524-7).
Dans ce projet nous voulons démontrer que les ASCs infiltrées dans le muscle lésé peuvent participer au dépôt transitoire d'adipocytes intramusculaire post lésion et avoir un impact positif sur le processus de régénération. Nous avons 4 objectifs majeurs :
i) caractériser la dynamique de formation des adipocytes dérivés des ASCs post lésion, qui permettra d'obtenir des indices sur leur fonction et de mettre en évidence des fenêtres d'intervention pour des approches fonctionnelles ultérieures
ii) étudier le phénotype des adipocytes dérivés des ASCs ainsi que leur signature lipidique car nous pensons que ces métabolites peuvent influencer le processus de régénération
iii) étudier l'influence des adipocytes dérivés d'ASCs sur la fonction des cellules souches musculaires in vitro
iv) observer les conséquences de la déplétion des adipocytes intramusculaires au cours de la régénération dans différents modèles animaux.
Ce projet offre la première opportunité de reconsidérer les adipocytes intramusculaires comme partenaires cruciaux pour la régénération musculaire.

Le candidat retenu devra:
- participer à la conception du projet
- utiliser et développer des méthodologies
- mener des expériences
- analyser, synthétiser et communiquer les données
- participer à la rédaction d'articles de recherche
Le candidat utilisera un large éventail d'approches de biologie cellulaire (cytométrie, tri cellulaire, culture cellulaire...), de biologie moléculaire et biochimie (RTqPCR, extraction de lipides…) sur des modèles murins originaux. Le doctorant bénéficiera également de l'expertise reconnue de l'équipe dans des technologies de pointes en imagerie (microscopie confocale bi-photon, seconde et 3ième harmonique, feuille de lumière, macroSPIM) avec un accès privilégié à ces instruments. Le doctorant aura accès aux plateformes de Genotoul qui possèdent des équipements de pointe tel que l'imagerie par spectrométrie de masse MALDI qui sera initiée dans ce projet. Enfin, le candidat utilisera également des techniques de mesure de l'activité fonctionnelle du muscle chez la souris.

Contexte de travail

L'Institut RESTORE est un centre de recherche fondamentale transdisciplinaire, basé à Toulouse sur le site de l'Oncopôle Langlade, qui mène des recherches originales dédié à une exploration globale de l'origine des altérations physiologiques liées à l'âge afin de proposer des applications innovantes dans le domaine des géroscience et de la réjuvénation. Unité mixte CNRS-EFS-INSERM, Restore accueille depuis 2021, dans un nouveau bâtiment, une centaine de scientifiques regroupés en 4 équipes autonomes articulées autour d'un Centre d'expertise et de ressources technologiques (CERT) conduisant une recherche hautement collaborative et multidisciplinaire qui allie approches expérimentales, théoriques et cliniques.
L'équipe d'accueil « Stromagics », dirigée par Coralie Sengenès comprend 15 personnes et a pour thématique la réparation et régénération via la circulation des cellules stromales mésenchymateuses (MSC) entre les tissus. Les objectifs scientifiques de Stromagics sont i) d'identifier les caractéristiques moléculaires et cellulaires des MSCs du tissu adipeux (ASCs) mobilisables et les mécanismes régulant cette dynamique originale et ii) de caractériser cette dynamique dans le contexte du vieillissement.
Le projet sera également mené en collaboration avec l'Institut des Maladies Métaboliques et Cardiovasculaires (I2MC), basé à l'Hôpital Rangueil, qui est un centre de recherche dédié à l'étude de la physiopathologie des maladies métaboliques (Obésité, Diabète, dyslipidémie, stéatose hépatique...), cardiovasculaires et rénales regroupant 280 scientifiques organisés en 11 équipes. Notre collaborateur fait partie de l'équipe MetaDiab (Physiopathologie des Désordres Métaboliques et Diabésité) visant à élucider les mécanismes moléculaires sous-jascents de l'insulino-résistance, des dysfonctions métaboliques et des gouttelettes lipidiques dans le muscle squelettique et les tissus adipeux.
Les deux sites de recherche sont reliés par le Téléphérique Téléo.

Contraintes et risques

- travail en animalerie sur modèles murins selon les règles de protection animale prévues par la loi.
- horaires à adapter en fonction de l'avancée du projet et des expérimentations en cours.
- travail en horaires décalés.

Informations complémentaires

Les candidats (H/F) doivent être fortement motivés, titulaires d'un Master 2 ou équivalent et avoir une solide formation en physiologie animale et biologie cellulaire. Une formation dans les deux disciplines serait idéale. Une expérience de manipulation de modèles murins est indispensable (manipulation, injections, dissection). Le candidat doit être rigoureux, posséder d'excellentes compétences en matière d'organisation et de travail d'équipe, être capable de s'exprimer en anglais, à l'écrit et à l'oral (la pratique du français n'est pas obligatoire).

On en parle sur Twitter !