En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

H/F Doctorant-e sur les oxyfluorures inorganiques comme nouvelle famille de catalyseurs basiques

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mercredi 22 septembre 2021

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR5026-FREBON0-092
Lieu de travail : PESSAC
Date de publication : mercredi 1 septembre 2021
Nom du responsable scientifique : Alain DEMOURGUES
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 janvier 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Au cours des dernières décennies, la catalyse acide a été largement développée pour le traitement du pétrole, laissant la catalyse basique à l'arrière-plan. En ce qui concerne la transformation de la biomasse, qui contient une grande quantité de fonctions oxygénées, la catalyse basique joue un rôle majeur. L'objectif de cette thèse qui s'inscrit dans le projet ANR FluHOMat est de proposer des matériaux originaux qui répondent à ce cahier des charges. Ainsi des oxyfluorures à base d' alcalino-terreux et de métaux de transition seront envisagés afin d'ajuster la quantité, la nature et la force des sites basiques/acides de Lewis/Brønsted. En fonction du rapport atomique OH(O)/F, l'ionicité de la liaison chimique peut être adaptée et est fortement liée au caractère acide/basique de Lewis des solides sélectionnés. Dans ce but, 3 objectifs principaux sont visés : (i) la synthèse d'oxyde d'hydroxyde de fluorure à base d'alcalino-terreux (Ca, Mg, Ba) avec un rapport atomique O/F et des caractéristiques structurales contrôlées par la méthode sol-gel et la voie solvothermale assistées par micro-ondes, (ii) l'incorporation ou l'addition dans une seconde étape d'éléments p tels que Al ou Ga ainsi que des métaux de transition (Mn, Fe), formant alors des composés ternaires/quaternaires adoptant une structure bien déterminée avec des environnements particuliers qui contribueront à créer de nouveaux sites acides de Lewis avec une force accordable (iii) Le développement d'une combinaison de méthodes de caractérisation et de réactions modèles permettant de déterminer précisément la force et la quantité de sites acide-base afin d'établir les relations structure/composition et propriétés catalytiques.

Contexte de travail

Créé en 1995, l'Institut de chimie de la matière condensée de Bordeaux (ICMCB) focalise ses recherches sur la Chimie du Solide, la Science des Matériaux et les Sciences Moléculaires : concevoir, préparer, mettre en forme et caractériser les matériaux pour découvrir, maîtriser et optimiser des fonctions spécifiques. L'ICMCB réalise des recherches fondamentales sur des matériaux modèles et/ou susceptibles d'avoir des applications.
La complémentarité des approches et la synergie ainsi créées ont permis à l'Institut de conforter sa position nationale et internationale dans le domaine des matériaux.

Contraintes et risques

-

On en parle sur Twitter !