En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)

H/F Contrat doctoral - Sensibilité sonore aux enjeux socio-écologiques

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : lundi 30 novembre 2020

Assurez-vous que votre profil candidat soit correctement renseigné avant de postuler. Les informations de votre profil complètent celles associées à chaque candidature. Afin d’augmenter votre visibilité sur notre Portail Emploi et ainsi permettre aux recruteurs de consulter votre profil candidat, vous avez la possibilité de déposer votre CV dans notre CVThèque en un clic !

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR1563-JEATHI-002
Lieu de travail : GRENOBLE
Date de publication : lundi 9 novembre 2020
Nom du responsable scientifique : Rachel Thomas
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 janvier 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 € brut mensuel

Description du sujet de thèse

Le développement du champ des ambiances ces trente dernières années a largement contribué à rendre explicite le rôle des environnements sensibles, des modalités perceptives et des tonalités affectives dans la construction de la vie sociale et des mondes habités. En s'appuyant sur une posture de nature phénoménologique ou plus délibérément pragmatiste, ces travaux, en décrivant des formes d'expérience en situation, révèlent comment les ambiances affectent et imprègnent les formes de la vie sociale. Mais peu d'entre eux jusqu'à présent posent explicitement la question des enjeux socio-écologiques liés aux mutations actuelles de nos milieux de vie. Qu'en est-il de la reconfiguration de nos manières d'être, de percevoir et d'éprouver à l'ère de l'Anthropocène ? Comment rendre compte des transformations écologiques à l'aune des expériences sensibles, en s'intéressant en particulier aux gestes quotidiens, aux pratiques habituelles et aux modes d'attentions ordinaires ? Dit autrement, en quoi et comment l'approche des ambiances permet-elle d'appréhender la transformation des sensibilités contemporaines à nos milieux de vie ?

L'enjeu de cette thèse réside précisément dans sa capacité à questionner la dimension opératoire et critique de l'ambiance eu égard aux transformations socio-écologiques actuelles et à venir des mondes habités. L'hypothèse centrale du travail prendra appui sur un champ de connaissance largement constitué au sein de la problématique des ambiances : celui du sonore. Précisément, il s'agira de faire valoir et de mettre à l'épreuve la puissance heuristique des diverses manières d'écouter le monde : se mettre à l'écoute des milieux de vie permet de révéler les relations d'interdépendance au monde qui nous entoure, de rendre manifeste ce qui est en train d'advenir en matière écologique, et de questionner aussi bien nos façons d'y être sensible.

La problématique générale de la thèse s'organisera à partir de trois orientations principales : un questionnement spécifique sur l'articulation entre ambiance et écologie (à quelle écologie sensible conduit l'ambiance ?), une attention toute particulière accordée à l'écoute et à l'écologie sonore (comment se mettre à l'écoute d'un monde précaire et incertain ?), l'inscription de ce questionnement au sein d'une approche critique et d'une écologie politique renouvelée (en quoi une approche sensible ouvre-t-elle de nouvelles pistes à une écologie politique ?).

La thèse s'appuiera fortement sur les travaux de deux collectifs de chercheurs. D'une part, elle s'inscrit au sein de la recherche ANR Sensibilia (Sensibilité à l'épreuve de l'Anthropocène) dont l'objectif est de mettre à l'épreuve de l'anthropocène les divers paradigmes sensibles qui s'intéressent aux expériences et aux transformations contemporaines des milieux de vie. Trois entrées sont plus particulièrement développés dans ce collectif de chercheurs et serviront de base au développement d'une approche des ambiances de l'anthropocène : une cartographie raisonnée des approches sensibles en matière d'enjeux socio-écologiques ; une série de séminaires de recherche qui mettra en discussion les propositions théoriques, outils conceptuels et dispositifs méthodologiques en matière d'approche sensible ; une expérimentation et mise à l'épreuve de ces démarches dans le cadre de divers terrains d'étude et chantiers mis en oeuvre dans la région grenobloise. Un suivi ethnographique de l'ensemble de ces chantiers sera effectué dans le cadre de cette thèse.

D'autre part, la thèse s'appuiera aussi sur le groupe de recherche « ambiances urbaines, critique, politique » de l'UMR 1563 AAU. Ce groupe s'interroge sur la possibilité de formuler une critique à l'égard de l'urbain à partir d'une attention portée aux effets des transformations des ambiances urbaines sur le sensorium humain et les formes sensibles de la vie urbaine. Il s'agira ici de participer aux différents chantiers amorcés et à venir concernant la mise en œuvre d'une écologie politique des ambiances.

Contexte de travail

La thèse sera menée au CRESSON (UMR 1563 Ambiances Architectures Urbanités) situé à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble. Elle sera aussi en lien direct avec l'équipe partenaire de la recherche ANR Sensibilia : l'UMR PACTE, équipe Environnement. Cette recherche doctorale bénéficiera de la dynamique et des collaborations actives entre les 2 équipes (CRESSON et PACTE). Un bureau et une infrastructure (réseau, documentation,...) sera mis à disposition du ou de la doctorant.e.

On en parle sur Twitter !