En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies dans votre navigateur. (En savoir plus)
Portail > Offres > Offre CPJ-2022-009 - Vers une compréhension du cycle de vie des macro-algues à travers des études de biologie fonctionnelle et/ou de génomique évolutive quantitative. H/F

Chaire de professeur Junior : Macro-ALG

Vers une compréhension du cycle de vie des macro-algues à travers des études de biologie fonctionnelle et/ou de génomique évolutive quantitative. H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
FrenchEnglish

Date limite de dépôt des candidatures : 31/08/2022

Informations générales

Date de publication : 20/05/2022
Type de contrat : Chaire de professeur Junior
Section du CoNRS : 23 - Biologie intégrative des organismes photosynthétiques et des microorganismes associés
L’IR/TGIR/SNO impliqué : EMBRC France
Durée du contrat : 5 ans. A son terme, le titulaire du contrat a vocation à être titularisé dans le corps des directeurs de recherche.
Date d'embauche prévue : 01/12/2022
Rémunération : Rémunération brute annuelle de 54 600 Euros à 57 800 Euros selon l’expérience professionnelle
Environnement Financier : 575 000 € pour la durée du projet

Thématique scientifique

Biologie marine, biologie fonctionnelle

Stratégie d’établissement

Le CNRS participe à la dynamique Européenne et plus largement mondiale de recherche sur les macro-algues et s'y impose comme un acteur majeur. Porteur d'infrastructures de pointe d'aide à la recherche, le CNRS propose à ses chercheurs un accès facilité à la mer et à l'océan à travers des stations biologiques, ainsi que des services support dédiés en particulier à la culture des macro-algues et à leur phénotypage à travers une plateforme mutualisée de pointe. Le/la candidat.e bénéficiera donc d'un environnement propice au développement de ses recherches et s'insèrera au sein d'une communauté de chercheurs dynamique et s'inscrivant dans divers réseaux européens et mondiaux. D'ailleurs de grands partenariats mondiaux, dont le projet IDEALG financé par l'UE et la coalition Safe SeaWeed financée par la Lloyd Register et portée par le CNRS, se sont construits avec pour objectif de soutenir des projets ayant pour finalité de garantir la sécurité et la pérennité de l'industrie de algues.

Stratégie du/des laboratoires d’accueil

Le laboratoire d’accueil, Laboratoire de Biologie Intégrative des Modèles Marins (LBi2M) est situé à Roscoff et fait partie de la Station Biologique de Roscoff (SBR);il est copiloté par le CNRS et Sorbonne Université. La station biologique compte au total trois unités mixtes de recherche: le LBi2M, l'UMR "Adaptation et diversité en milieu marine" et le laboratoire de recherche international "Biologie Evolutive et Ecologie des Algues". Le LBi2M composé de 7 équipes de recherche, propose un centre de mutualisation et d'appui à la recherche, avec plusieurs services communs, dont service Bioinformatique, culture des macro-algues, analyses chimiques, production de protéines et cristallographie. Le LBi2M est un précurseur et une référence nationale et mondiale dans l’étude des algues et plus particulièrement des macro-algues. En particulier ce laboratoire a développé la génomique et la génétique de modèle d’algues brunes et rouges ainsi que la biochimie des produits issus des algues. Le laboratoire mène également des actions d'innovations, héberge des jeune sociétés émergentes et coordonne entre autre, deux grands projets autour des macro-algues et de leur exploitation: IDEALG financé par l'UE et la Safe Seaweed Coalition financée par la Lloyd's Register fondation. Dans ce contexte, Le LBi2M et le CNRS cherchent à recruter un.e scientifique talentueux.se, et ayant pour projet de mener des recherches en biologie fonctionnelle, dans le but de mieux connaître les mécanismes moléculaires et/ou cellulaires régissant la croissance, le développement et/ou la réponse au stress des macro-algues.

Résumé du projet scientifique

Les macro-algues, dont les algues brunes ont acquis leur multicellularité indépendamment des lignées des animaux et des plantes terrestres, et représentent le troisième groupe phylogénétique le plus complexe sur la planète. Naturellement impliquées dans la séquestration du carbone et le recyclage de la biomasse marine, les macro-algues se trouvent utiles à la plupart des grands défis du XXIe siècle reconnus par l’Organisation des nations unies (ONU) : la gestion des ressources aquatiques et l’adaptation au changement climatique, mais aussi la production d’énergie propre, le renouveau industriel, la sécurité alimentaire, la santé et le bien-être. Aujourd'hui, nous disposons des séquences complètes des génomes de représentants des algues vertes, rouges et brunes. Les premières analyses de génomique comparative et fonctionnelle, ont confirmé la fascinante histoire évolutive de ces organismes et pointent vers une importance cruciale des processus épigénétiques dans l'adaptation des algues à leur environnement. Conscient de l'enjeu primordial à développer et renforcer ses efforts en direction de la recherche sur la biologie et l'évolution des macro-algues, le CNRS souhaite donc recruter un.e jeune scientifique de haut rang à même de proposer et de développer un projet orienté vers le domaine de la biologie fonctionnelle, de préférence dans le domaine de l'épigénétique ou de la génomique évolutive quantitative afin de renforcer les recherches sur les macro-algues qui sont une force de la station marine de Roscoff, où la chaire sera affectée.

Résumé du projet d’enseignement/d’observation

L’enseignement pourra se faire au sein de l’équipe pédagogique de Sorbonne Université sur la génétique, l’épigénétique et la biologie des algues. Le / la candidate devra assurer un service annuel de 48 h d’enseignement.

Diffusion scientifique

La diffusion des résultats passera par des productions scientifiques (publications, logiciels, patents…) de niveau mondial. Par ailleurs, le projet mettra en œuvre une communication vers des cibles diverses telles que communautés scientifiques, médias, décideurs, grand public, scolaires, etc., avec un calendrier adapté. Des outils spécifiques pourront être développés comme des sites web, des newsletters ou encore des rencontres, colloques internationaux, écoles d’été et conférences.

Science ouverte

Le CNRS développe une politique forte en faveur de la science ouverte. La science ouverte consiste à rendre « accessible autant que possible et fermé autant que nécessaire » les résultats de la recherche. À ce titre, le CNRS vise à ce que 100 % des textes des publications issues des travaux de ses unités soient rendues accessibles, notamment grâce au dépôt dans HAL. Les données produites doivent aussi être rendues disponibles et réutilisables, sauf restriction particulière. Par ailleurs, les principes directeurs de l’évaluation individuelle sont revus en conformité avec la déclaration DORA, plus qualitatifs et tenant compte de toutes les facettes du métier de chercheur.

Science et société

Le projet développera cette dimension en synergie avec tous les partenaires. Les travaux de recherche qui en seront issus contribueront à éclairer la décision publique.  Des initiatives de sciences participatives pourront être initiée avec des acteurs des écosystèmes socio-économiques et/ou culturel locaux ou nationaux.

Indicateurs

L’activité sera évaluée notamment sur la base de la production scientifique (publications, logiciels, patent, etc.), sur les partenariats institutionnels et privés formalisés par des contrats, sur le rayonnement international, sur la valorisation des travaux vers des communautés scientifiques pluridisciplinaires, sur l’innovation et son transfert vers la société et sur la diffusion scientifique à destination de publics non spécialistes.

Mots clés

Macro-algues, biologie fonctionnelle, épigénétique, génétique quantitative